Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Activisme écologique : deux militants se collent la main sur des tableaux de Francisco Goya

Les deux militantes au musée du Prado à Madrid avec l'inscription "+1,5°C" derrière elle en référence au réchauffement maximal que s'est fixé la communauté internationale.
Les deux militantes au musée du Prado à Madrid avec l'inscription "+1,5°C" derrière elle en référence au réchauffement maximal que s'est fixé la communauté internationale.   -   Tous droits réservés  AFP   -  
Par Euronews

Deux activistes écologistes ont collé leurs mains sur des œuvres de Francisco Goya au musée du Prado à Madrid samedi 5 novembre. Les militants ont collé chacun une main sur le cadre de "La Maja nue" et "La Maja vêtue" et ont écrit au milieu des deux "1,5°C" en référence au réchauffement maximal souhaité par la communauté internationale.

 Selon le musée, les peintures n'ont pas été endommagées mais la salle a été fermée quelques heures. Les deux jeunes adultes ont été placés en garde à vue et le ministre espagnol de la Culture a jugé l'action "injustifiable".

Ces opérations coup-de-poing se multiplient à travers le monde avec pour intention de dénoncer l'inaction climatique. Le 27 octobre, "la Jeune fille à la Perle" de Johannes Vermeer a été visé par le même type d'opération au musée Mauritshuis de La Haye aux Pays-Bas. Les militants du groupe "Just Stop Oil" ont depuis été condamnés à deux mois de prison dont un ferme pour cette action. 

Une semaine avant, ce sont les "Tournesols" de Vincent Van Gogh à la National Gallery de Londres qui avaient fait l’objet d'une action militante. Cette fois de la sauce tomate avait directement été jetée sur la vitre de l'oeuvre.

Jugées choquantes et "absurdes" par une partie de l'opinion publique, ces actes de vandalisme font beaucoup de bruit et sont souvent portées par des associations internationales de désobéissance civile très actives comme Extinction Rebellion ou Just Stop Oil.