Ed Sheeran témoigne dans le procès sur les droits d'auteur de Marvin Gaye

Ed Sheeran is denying allegations that his song 'Thinking Out Loud' plagiarised Marvin Gaye's 'Let's Get it On' in a New York courtroom this week
Ed Sheeran is denying allegations that his song 'Thinking Out Loud' plagiarised Marvin Gaye's 'Let's Get it On' in a New York courtroom this week Tous droits réservés Getty Images - Tamla / Jim Britt / Archives Michael Ochs
Tous droits réservés Getty Images - Tamla / Jim Britt / Archives Michael Ochs
Par David Mouriquand
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Ed Sheeran a témoigné cette semaine à la barre d'un tribunal new-yorkais pour démentir les allégations selon lesquelles sa chanson à succès "Thinking Out Loud" aurait plagié le classique de Marvin Gaye "Let's Get It On". Une bataille juridique comme l'industrie musicale en connaît régulièrement.

PUBLICITÉ

Ed Sheeran a témoigné à la barre d'un tribunal new-yorkais cette semaine pour démentir les allégations selon lesquelles sa chanson à succès "Thinking Out Loud" aurait plagié le classique soul de Marvin Gaye "Let's Get It On" de 1973.

M. Sheeran, âgé de 32 ans, a été appelé à témoigner le mardi 15 avril dans le cadre du procès civil intenté par les héritiers d'Ed Townsend, le coauteur de la chanson de Marvin Gaye sur ce slow. La famille accuse la star anglaise d'avoir violé leurs droits d'auteur, affirmant que son tube de 2014 présente des "similitudes frappantes" avec le célèbre morceau de Gaye, paru sur son treizième album "Let's Get It On", qui célèbre cette année son 50e anniversaire.

M. Sheeran a affirmé sans ambages qu'il avait lui-même inventé la chanson. "Thinking Out Loud" est l'un des titres les plus populaires de l'artiste ; il a atteint la première place des charts dans 11 pays et a été écouté plus d'un milliard de fois sur YouTube.

Seth Wenig/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Kathryn Townsend Griffin (au centre), fille du chanteur et compositeur Ed Townsend, devant le tribunal fédéral de New York, le 25 avril 2023.Seth Wenig/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Son témoignage a parfois été controversé, en raison d'échanges parfois vifs avec l'avocate de la plaignante, Keisha Rice.

En réponse à une vidéo diffusée dans la salle d'audience, qui montrait le musicien en train d'enchaîner sur scène entre les deux chansons, M. Sheeran a déclaré qu'il était "assez simple d'enchaîner des chansons" qui sont dans la même tonalité.

"On peut passer de Let it Be à No Woman, No Cry et revenir en arrière", a poursuivi M. Sheeran sous serment, en faisant référence aux classiques des Beatles et de Bob Marley. "Je serais idiot de monter sur une scène devant 20 000 personnes et de faire cela", a-t-il déclaré à propos des accusations de plagiats.

Pour L'avocat des héritiers de Townsend, Ben Crump, il s'agit de "rendre à César ce qui appartient à César", expliquant aux jurés que la fusion des deux chansons équivalait à une "confession". "Nous avons un pistolet fumant", a-t-il déclaré à propos de la vidéo du concert montrant Sheeran en train de passer d'une chanson à l'autre.

La plainte a été déposée en 2017 et le procès devrait durer jusqu'à deux semaines. Il intervient alors que le chanteur s'apprête à lancer une tournée nord-américaine des stades et à sortir un nouvel album.

Un historique d'accusations

Ce n'est pas la première fois que l'artiste fait face à des poursuites pour plagiat. En 2016, Ed Sheeran a également été mis en cause lors d'un procès sur les droits d'auteur concernant l'écriture de son single "Photograph". Les auteurs-compositeurs Martin Harrington et Tom Leonard ont affirmé que la chanson était trop similaire à la chanson "Amazing", qu'ils avaient écrite pour Matt Cardle, un gagnant de l'émission The X Factor. Ils ont intenté un procès à Sheeran pour 20 millions de dollars.

L'affaire a été réglée en avril pour un montant non divulgué, ce dont Sheeran a admis plus tard qu'il se sentait "sale" parce que cela avait "ouvert les vannes" pour que d'autres tentent des poursuites similaires.

L'année dernière, M. Sheeran a remporté une bataille judiciaire concernant son tube de 2017 "Shape of You" après avoir été accusé d'avoir copié la chanson de 2015 "Oh Why" de Sami Chokri et Ross O'Donoghue. Sami Chokri a déclaré lors du procès qu'il s'était senti "volé" par la star de la musique et qu'il avait été choqué lorsqu'il avait entendu "Shape Of You" pour la première fois à la radio.

Le juge a déclaré que s'il existait des "similitudes" entre la phrase musicale dans laquelle les mots "Oh why" sont répétés dans la chanson de Chokri et "Oh I" dans celle de Sheeran. Ces similitudes n'étaient "qu'un point de départ" pour une plainte pour atteinte au droit d'auteur, du fait de "différences significatives" entre les phrases des deux chansons. Le juge a accordé à Sheeran et à ses collègues auteurs-compositeurs 1,1 million de dollars en frais d'avocat à la suite de leur victoire.

Mary Altaffer/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Le chanteur-compositeur britannique Ed Sheeran devant le tribunal fédéral de New York, le 25 avril 2023.Mary Altaffer/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Quelques récentes affaires de plagiat

Le cas d'Ed Sheeran est loin d'être isolé. Voici un bref aperçu des affaires de plagiat musical les plus marquantes de ces dernières années.

Artikal Sound System contre Dua Lipa

L'année dernière, Dua Lipa a été menacée par deux procès coûteux en matière de droits d'auteur, tous deux concernant sa chanson à succès de 2020, "Levitating".

Les auteurs-compositeurs L Russell Brown et Sandy Linzer ont affirmé que la mélodie d'ouverture du tube est un "double" de la mélodie de leur chanson "Wiggle and Giggle All Night" de 1979 et de leur chanson "Don Diablo" de 1980.

PUBLICITÉ

Le groupe de reggae Artikal Sound System, basé en Floride, a également intenté une action en justice l'année dernière, affirmant que "Levitating" est proche de leur titre de 2017 "Live Your Life". Ces affaires n'ont pas encore été plaidées.

Missy Elliot contre Bad Bunny

La chanson "Safaera" de Bad Bunny, parue en 2020 sur son deuxième album, "YHLQMDLG", reprenait la même note de six de la fantastique chanson "Get Ur Freak On" de Missy Elliot, parue en 2001.

Les deux artistes ont trouvé un arrangement et aujourd'hui, Elliot reçoit 25 % des droits d'auteur de "Safaera".

Marvin Gaye contre Robin Thicke et Pharrell Williams

PUBLICITÉ

En 2018, la succession de Marvin Gaye a poursuivi avec succès Robin Thicke et Pharrell Williams pour leur chanson de 2013 "Blurred Lines". Le jury a reconnu que la chanson ressemblait trop au titre "Got to Give it Up" de Gaye et a confirmé un jugement de 5,3 millions de dollars à l'encontre de Thicke et Williams.

Bien qu'extrêmement populaire, "Blurred Lines" a suscité une levée de boucliers considérable à l'époque de sa sortie en raison de ses paroles sur le sexe et le consentement. Il a été interdit dans plusieurs associations d'étudiants au Royaume-Uni et Williams s'est dit "embarrassé" par l'attitude envers les femmes exprimée dans certaines de ses anciennes chansons.

3LW contre Taylor Swift

Même Taylor Swift n'a pas pu échapper aux procès pour plagiat. En 2018, une plainte a été déposée, sans succès, selon laquelle sa chanson "Shake it Off" aurait été partiellement plagiée à partir de la chanson "Players Gon' Play" (2001) du groupe de filles américain 3LW. Les deux chansons reprennent les paroles "the players gonna play" et "the haters gonna hate". Un juge fédéral a déclaré que les auteurs-compositeurs de 3LW, Sean Hall et Nathan Butler, n'avaient pas la propriété créative de ces phrases.

Cependant, avant la sortie de la chanson "Look What You Made Me Do" de Swift en 2017, ses avocats ont approché le groupe britannique Right Said Fred en raison d'une ressemblance détectée avec leur tube "I'm too Sexy". Le groupe a obtenu un pourcentage des droits d'auteur.

PUBLICITÉ

Radiohead contre Lana Del Rey

Toujours en 2018, Radiohead a menacé de poursuivre en justice la chanteuse américaine Lana Del Ray en raison de similitudes entre sa chanson "Get Free" et le premier grand succès du quintette d'Oxford, "Creep". Bien que Lana Del Ray ait affirmé avoir été poursuivie en justice, les éditeurs de Radiohead ont déclaré qu'ils n'avaient jamais intenté de procès et Lana Del Ray a annoncé, sans autre explication, que le différend juridique était "terminé".

Ironie du sort, Radiohead a été poursuivi en justice pour plagiat par les auteurs Albert Hammond et Mike Hazlewood en raison des similitudes entre Creep et leur chanson "The Air That I Breathe", un succès des années 70 pour The Hollies. Hammond et Hazlewood sont désormais crédités en tant que coauteurs de Creep.

The Gap Band contre Bruno Mars et Mark Ronson

Le tube rétro de 2014 "Uptown Funk" de Bruno et Mark Ronson a dominé les charts à l'époque. Cependant, The Gap Band a déclaré que la chanson était une copie de leur jam de 1979 "Oops Upside Your Head" et le groupe s'est vu accorder 17 % des redevances de "Uptown Funk", ainsi que le crédit d'écriture de la chanson.

PUBLICITÉ

Tom Petty contre Sam Smith

Le premier single de Sam Smith, "Stay with Me", sorti en 2014, n'a pas été du goût de Tom Petty. Il a déclaré que la chanson de Smith partageait une trop grande similitude avec sa propre chanson "I Won't Back Down". Pourtant, Petty s'en est bien accommodé et a décrit l'affaire comme un "accident musical, ni plus ni moins". L'affaire n'a jamais été portée devant les tribunaux et Petty s'est vu attribuer 12,5 % des droits d'auteur pour "Stay with Me".

Joe Satriani contre Coldplay

Le guitariste de rock instrumental à succès Joe Satriani a estimé que la chanson "Viva La Vida" de Coldplay ressemblait un peu trop à sa propre chanson "If I Could Fly". Il a accusé le groupe britannique d'avoir utilisé des parties originales substantielles de sa chanson.

Les détails de cette affaire restent inconnus, les deux parties ayant décidé d'un règlement à l'amiable en 2009.

PUBLICITÉ

DJ Lynn Tolliver contre Black Eyed Peas

Les Black Eyed Peas ont fortement samplé l'influente chanson rap/électro de 1983 de Sexual Harassment / DJ Lynn Tolliver, "I Need a Freak", dans leur tube "My Humps"... sans donner à Tolliver le crédit d'écriture de la chanson.

Verdict : Le jury new-yorkais a accordé près de 1,2 million de dollars à DJ Lynn Tolliver.

Y a-t-il des exemples récents de plagiat musical que nous avons oubliés ? N'hésitez pas à nous en faire part, et à rendre à César ce qui appartient à César.

Sources additionnelles • AP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La chanteuse Shakira accusée de plagiat pour son titre "La Bicicleta"

Marvin Gaye peut reposer en paix : Pharrel Williams et Robin Thicke sont condamnés pour plagiat

World Nature Photography Awards 2024 : découvrez les spectaculaires images lauréates