EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Guillermo del Toro sur son choix d'abandonner le live action et son appel au monde du cinéma

Guillermo des Toro au Festival international du film d'animation d'Annecy
Guillermo des Toro au Festival international du film d'animation d'Annecy Tous droits réservés David Mouriquand
Tous droits réservés David Mouriquand
Par David Mouriquand
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Euronews a rencontré le cinéaste mexicain au Festival international du film d'animation d'Annecy.

PUBLICITÉ

Cette année, le Festival international du film d'animation d'Annecy a choisi de mettre à l'honneur l'animation mexicaine au sein de sa programmation exceptionnelle et diversifiée .

Pour marquer l'occasion, le réalisateur et animateur primé de La Légende de Manolo, Jorge Rodolfo Gutiérrez Arvizu, a été invité à concevoir l'affiche officielle de l'événement, et l'animation mexicaine a fait l'objet de plusieurs masterclasses au cours du festival.

Et qui de mieux placé pour diriger plusieurs de ces masterclasses que le célèbre réalisateur Guillermo del Toro, l'homme derrière des films acclamés comme Hellboy, Le Labyrinthe de Pan, Nightmare Alley et les films oscarisés The Shape of Water et Pinocchio ?

L'animation était le premier amour de Guillermo del Toro, comme il l'a souligné à Annecy en racontant ses débuts dans le genre, en utilisant la caméra Super 8 de son père. Et compte tenu de ce qu'il nous a dit lors de deux masterclasses stellaires, ce sera sa dernière.

En effet, après son Oscar du meilleur film d'animation pour Pinocchio, le réalisateur a déclaré qu'il ne lui restait plus que quelques longs métrages live action, et a affirmé qu'il préférait se concentrer sur l'animation.

"Il y a quelques autres films live action que je veux faire, mais pas beaucoup", a déclaré del Toro. "Après cela, je ne veux faire que de l'animation. C'est le plan."

David Mouriquand
Guillermo del Toro avec David Mouriquand d'Euronews Culture - "Non David, je ne veux pas entendre parler de ton pitch pour Hellboy III !"David Mouriquand

Le virage du réalisateur de 58 ans vers l'animation à plein temps est à célébrer, car c'est un projet qui lui tient à coeur. Guillermo del Toro aime parler de ses débuts à Guadalajara, et partage de nombreuses anecdotes et son amour pour l'animation, un médium vraiment addictif et très drôle selon lui.

Il nous a raconté ses débuts, sans le sous, ce qui allait de paire avec la recherche constante d'une réduction des coûts, y compris sur la nourriture ("Nous avons découvert que la nourriture la moins chère était celle pour chien - c'est plein de calcium, donc nous avions de la nourriture pour chien et tout l'argent que nous avons économisé nous a servi à acheter une lentille ou une nouvelle lumière"), son respect éternel pour son professeur d'effets spéciaux et "professeur de maquillage"Dick Smith (Le Parrain, L'Exorciste), et comment son futur beau-père lui a dit qu'il croyait que les gens du cinéma étaient "très indécents" - ce à quoi Guillermo del Toro a répondu : "Je suis un homme bien, je vais fabriquer mes marionnettes avec de l'argile - il y a très peu de place pour la cocaïne !"

Il a également détaillé comment son premier film était censé être réalisé en stop-motion, et comment ce plan a échoué lorsque des vandales ont cambriolé le studio et détruit des centaines de marionnettes et de décors, mettant ainsi fin à son rêve initial et le poussant vers le live action - son premier film Cronos .

David Mouriquand
Guillermo del Toro au Festival du film d'animation d'AnnecyDavid Mouriquand

Un "sandwich de merde"

Malgré ses deux Oscar et son statut de "légende du cinéma", le cinéaste mexicain toujours soumis à de nombreuses contraintes.

Guillermo del Toro considère quel'industrie cinématographique est "orientée vers le broyage de merde et la destruction de votre art""Au cours des deux derniers mois, ils ont dit non à cinq de mes projets", a-t-il confié au public annécien. _"Faire des films, c'est manger un sandwich de merde."__"Il y a toujours de la merde, ce qui change, c'est que parfois vous avez un peu plus de pain",_dit-il, peignant ainsi une image assez visuelle.

Il ajoute: "Le taux de productivité par rapport à vos efforts restera frustrant difficile et frustrant long. Et vous rencontrerez toujours des connards. Mais gardez confiance dans les histoires que vous voulez raconter, et attendez que quelqu'un veuille les acheter."

L'animation dit "va te faire foutre" au monde tel qu'il t'a été présenté quand tu étais enfant. C'est la chose la plus importante avec les monstres. Je les aime parce qu'ils représentent un moyen de dire "va te faire foutre" au monde".

Lors de ses conférences à Annecy, Guillermo del Toro souligne à quel point le stop-motion est "la plus belle forme d'animation parce que c'est la plus intime".

"Il y a toujours un lien fort entre l'animateur et le modèle physique", poursuit-il, ajoutant : "L'animation est pour les esprits non domestiqués. L'animation dit"va te faire foutre" au monde tel qu'il t'a été présenté quand tu étais enfant. C'est la chose la plus importante avec les monstres. Je les aime parce qu'ils représentent un moyen de dire "va te faire foutre" au monde"

Guillermo del Toro a également souligné à quel point l'animation est un média collaboratif et l'importance de transmettre les connaissances afin que les générations futures puissent aider à maintenir la forme d'art en vie.

PUBLICITÉ

"Si vous aimez l'animation, alors enseignez-la, partagez-la. Si vous avez cet amour, partagez-le. Nous sommes une bande d'enfoirés essayant de maintenir en vie une ancienne forme de magie. Alors partagez-la et faites-la circuler."

Le partage, mais aussi la passion. Rares sont les réalisateurs comme Guillermo del Toro qui font preuve d'autant d'amour, d'humour et de générosité. Pendant tout le festival, ce fut un plaisir de le voir prendre le temps de parler aux spectateurs, de les saluer et d'entendre les projets de jeunes cinéastes et animateurs.

Ce qui est génial à Annecy, c'est que vous n'êtes pas seul, vous faites partie d'une communauté de monstres. C'est fantastique, profitez-en !

Lors de son deuxième séminaire, il a souligné la nécessité pour cette communauté au grand cœur de se rassembler, de partager des ressources et d'apprécier ce que les autres font sur le terrain.

"Ce qui est génial à Annecy, c'est que vous n'êtes pas seul, vous faites partie d'une communauté de monstres. C'est fantastique, profitez-en !"

PUBLICITÉ

Cela est sans aucun doute réconfortant, mais si un lauréat d'un Oscar comme del Toro voit ses projets annulés, quel espoir y a t'il pour les autres ? Une pensée qui donne à réfléchir et plutôt déprimante.

Guillermo del Toro est cependant ravi de l'existence des festivals comme Annecy. Selon lui, c'est un événement qui non seulement célèbre le meilleur de l'animation, mais offre une plate-forme importante aux talents émergents qui ont besoin d'être exposés pour faire entendre leur voix sur une scène internationale plus large.

Pourtant, si vous êtes toujours sous le choc du fait que même les plus grands voient un ou plusieurs de ses cinq projets rejetés (nous attendons toujours sa longue adaptation de At the Mountains of Madness de HP Lovecraft), préparez-vous à plus de jurons...

Pas seulement pour les enfants

PUBLICITÉ

Le réalisateur mexicain a insisté sur le fait que le médium d'animation n'est pas réservé aux jeunes publics. "Je crois que vous pouvez faire un drame fantastique pour adultes avec du stop-motion et émouvoir les gens", a-t-il déclaré. "Je pense que le stop-motion peut être intraveineux, il peut aller directement aux émotions d'une manière qu'aucun autre médium ne peut."

Tout en reconnaissant cette récente série de succès au box-office animés comme Spider-Man: Across the Spider-Verse et T_he Super Mario Bros. Movie_ – ainsi que citant Teenage Mutant Ninja Turtles: Mutant Mayhem, qui a été créée à Annecy et sortira en salles en août – ont aidé le genre et lui ont donné "un peu plus de latitude", Guillermo del Toro a souligné qu'"il reste encore de gros combats à mener".

Le cinéaste mexicain n'a pas mâché ses mots en ce qui concerne Hollywood et les grands studios, affirmant que l'animation est la forme d'art la plus pure et qu'elle a été "kidnappée par une bande de voyous" - faisant apparemment référence aux studios d'animation grand public qui évitent les risques avec un barrage sans fin de films facilement consommables.

"Nous devons le sauver. Je pense que nous pouvons détourner beaucoup de bonnes merdes dans le monde de l'animation, comme une cheval de Troie."

PUBLICITÉ

Son analogie avec le cheval de Troie est pertinente, car il reste encore un long chemin à parcourir pour que l'animation soit considérée à égalité avec les films "classiques". Tout comme l'horreur a été considérée comme l'avorton de genre à Hollywood pendant des décennies et connaît récemment une sorte de réévaluation par les grands studios, l'animation doit gagner en appréciation. Le Festival international du film d'animation d'Annecy témoigne de la passion et de l'engouement qui entourent l'animation, avec certains des téléspectateurs les plus reconnaissants et les plus ravissants que vous êtes susceptible de rencontrer et de partager avec vous. L'animation doit se voir accorder une place à la table des grands garçons par une industrie qui met constamment en place des barrages routiers.

"Nous sommes toujours tenus à la putain de table des enfants dans l'industrie", a commenté Guillermo del Toro. "Nous devons nous battre pour changer cela – pour reprendre l'asile et ensuite le diriger ! (...) C'est pourquoi des festivals comme Annecy sont si importants."

Craignez l'animation "de style emoji", pas l'IA

Le réalisateur a déclaré que l'animation "de style emoji" où tout le monde est "heureux et impertinent" est stérile. Contrairement à l'animation commerciale, il préfère voir "la vraie vie dans l'animation" et estime qu'il n'y a pas un instant à perdre.

Si je vois un personnage lever son putain de sourcil, ou croiser les bras, avoir une pose impertinente – je déteste cette merde. Pourquoi tout se passe-t-il comme s'ils étaient dans une sitcom ? Je pense que c'est de la pornographie émotionnelle.

"Je pense qu'il est urgent de voir la vraie vie dans l'animation. Les émotions sont codifiées dans une sorte de comédie romantique pour adolescents, presque un comportement de style emoji. Si je vois un personnage lever son putain de sourcil, ou croiser les bras, avoir une pose impertinente – je déteste cette merde. Pourquoi tout se passe-t-il comme s'ils étaient dans une sitcom ? Je pense que c'est de la pornographie émotionnelle. Toutes les familles sont heureuses et impertinentes et rapides, tout le monde a une ligne. Mon père était ennuyeux, j'étais ennuyeux. Tout le monde dans ma famille était ennuyeux. Nous n'avions pas de "one-liners". Nous sommes tous foutus. C'est ce que je veux voir animé. J'aimerais voir la vraie vie dans l'animation. En fait, je pense que c'est urgent."

PUBLICITÉ
Quand les gens disent qu'ils ont peur de l'IA, je leur dis: "n'ayez pas peur d'aucune intelligence, mais plutôt de la stupidité".

Un autre avertissement lancé par Guillermo del Toro concernait la stupidité des entreprises, et non l'intelligence artificielle.

"Quand les gens disent qu'ils ont peur de l'IA, je leur dis: "n'ayez pas peur d'aucune intelligence, mais plutôt de la stupidité", clame Guillermo del Toro. "Toute intelligence est artificielle. La bêtise est naturelle. Complètement, 100 pour cent naturel, organique. Avoir peur de la stabilité. C'est le véritable ennemi."

Cela étant dit, il a souligné comment il essaie d'éviter autant que possible les décors et les effets numériques : "je pense que nous avons besoin de choses dont nous savons qu'elles sont faites par des humains pour récupérer l'esprit humain. J'aime les choses qui ont l'air faites à la main. Putain, je déteste la perfection."

Il a conclu, en référence au langage du studio : "je pense que lorsque quelqu'un appelle les histoires" contenu ", quand quelqu'un dit " pipeline ", il utilise un langage d'égout."

PUBLICITÉ
David Mouriquand
Guillermo del Toro lors de sa deuxième masterclass à AnnecyDavid Mouriquand

En ce qui concerne ces films live action qui lui restent encore à faire, Guillermo del Toro est censé tourner son projet à longue gestation Frankenstein cet été (tout dépend de la grève de l'écrivain en cours). Oscar Isaac, Mia Goth et Andrew Garfield vont y prendre part.

Il reviendra également sur Netflix pour sa prochaine aventure en stop-motion, l'adaptation animée du roman de Kazuo Ishiguro, The Buried Giant. Le livre suit un couple de personnes âgées vivant dans une Angleterre post-arthurienne fictive dans laquelle personne ne peut conserver ses souvenirs à long terme. Guillermo del Toro prévoit de tourner le film en utilisant la même technique de stop-motion qu'il a utilisée sur Pinocchio. Et compte tenu de l'étonnant métier présenté dans ce film oscarisé, vous pouvez parier que The Buried Giant ne fera que cimenter tout l'amour et le talent que Guillermo del Toro concentre sur l'animation.

Après tout, les mondes saisissants et fantastiques du réalisateur ne doivent pas être enchaînés par le monde réel, surtout lorsque l'animation peut faire bien plus que la réalité. Guillermo del Toro lui-même le sait. Annecy l'a compris. Et il est temps que tout le monde le comprenne aussi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

William Friedkin, réalisateur de "French Connection" et de "L'Exorciste", est mort

La Hongrie remporte plusieurs prix au Festival du film d'animation d'Annecy

Le FIFDH 2023 honore un cinéma de combat et de résilience