EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Voici les 12 expositions d'art européen à ne pas manquer ce printemps

Voici les meilleures expositions d'art à voir en Europe ce printemps
Voici les meilleures expositions d'art à voir en Europe ce printemps Tous droits réservés Credit: Canva Images
Tous droits réservés Credit: Canva Images
Par Theo Farrant
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Europe est un trésor d'expositions artistiques de premier ordre, et ce printemps n'est pas différent ! Découvrez nos coups de cœur à ne pas manquer.

PUBLICITÉ

Du musée d'Orsay, qui célèbre les 150 ans de la naissance de l'impressionnisme, au musée écossais de Perth, qui découvre les origines de la licorne, c'est un véritable florilège d'expositions artistiques qui vous attend au cours des deux prochains mois.

Si vous ne savez pas par où commencer, voici notre sélection :

Angelica Kauffman à la Royal Academy of Arts (Londres, Royaume-Uni)

Portrait d'Emma, Lady Hamilton, en tant que muse de la comédie" par Angelica Kauffman, huile sur toile, 1791.
Portrait d'Emma, Lady Hamilton, en tant que muse de la comédie" par Angelica Kauffman, huile sur toile, 1791.Credit: RA/Angelica Kauffman

Décrite par l'un de ses contemporains comme "la femme la plus cultivée d'Europe", l'artiste suisse du XVIIIe siècle, Angelica Kauffman, fait l'objet d'une grande exposition à la Royal Academy de Londres. L'exposition retrace son parcours d'enfant douée à peintre renommée, recherchée dans toute l'Europe pour ses portraits néoclassiques de femmes et ses scènes mythologiques. L'exposition met également en lumière son rôle essentiel dans la fondation de la Royal Academy, ainsi que sa carrière ultérieure à Rome. Les visiteurs peuvent découvrir ses peintures, ses dessins préparatoires, y compris des autoportraits remarquables, et admirer ses chefs-d'œuvre au plafond créés spécialement pour la Royal Academy. 

L'exposition Angelica Kauffman à la Royal Academy of Arts a ouvert ses portes le 1er mars et durera jusqu'au 30 juin 2024.

Une collection brillante d'œuvres novatrices et profondément romantiques de l'une des rares femmes artistes à avoir réussi au XVIIIe siècle.

Moving the Needle de Britta Marakatt-Labba au Musée national d'art, d'architecture et de design (Oslo, Norvège)

Britta Marakatt-Labba, "The Crows", 2021
Britta Marakatt-Labba, "The Crows", 2021Credit: Britta Marakatt-Labba / BONO

L'exposition Moving the Needle, la plus grande exposition à ce jour de Britta Marakatt-Labba, invite les visiteurs à un voyage à travers son œuvre, depuis ses premières esquisses inédites jusqu'à des pièces emblématiques telles que Garjját (les corbeaux) et Girddi noaiddit (les chamans volants). Au cœur de l'exposition se trouve l'époustouflant chef-d'œuvre Historjá, une broderie monumentale de 24 mètres de long qui tisse de manière complexe des scènes de l'histoire, de la mythologie et de la vie quotidienne des Samis.

Britta Marakatt-Labba - Moving the Needle au Musée national d'art, d'architecture et de design ouvre ses portes le 15 mars 2024 et se poursuit jusqu'au 25 août 2024.

Plus de cinq décennies d'art textile sami époustouflant, dont le chef-d'œuvre monumental Historjá de 24 mètres de long.

Obumu de Leila Babirye au Yorkshire Sculpture Park (West Yorkshire, UK)

Diverses sculptures de Leilah Babirye
Diverses sculptures de Leilah BabiryeCredit: Leilah Babirye/YSP

Obumu (Unité) est la première exposition solo de l'artiste ougandaise, Leilah Babirye, dans un musée, qui se tient dans la chapelle du 18e siècle du Yorkshire Sculpture Park (YSP). Le parcours artistique de Leilah Babirye a commencé comme une forme d'activisme, découlant de son identité de femme homosexuelle en Ouganda, un pays où l'homosexualité est illégale et passible de la peine de mort. À la suite d'une résidence à YSP au cours de l'été 2023, elle a créé une série de sculptures frappantes en bois et en céramique reflétant sa culture, son héritage et ses expériences de vie en exil. Cette exposition présente sept sculptures en bois plus grandes que nature, taillées dans un hêtre tombé il y a 200 ans et provenant du parc, ainsi que cinq vastes portraits-sculptures en céramique.

Leila Babirye : Obumu au Yorkshire Sculpture Park a ouvert ses portes le 23 mars 2024 et durera jusqu'au 8 septembre 2024.

Pourquoi cela vaut la peine d'y jeter un coup d'œil ? Des œuvres d'art ougandaises queer vraiment uniques, réalisées à partir de la nature.

Paris 1874 : le moment impressionniste au Musée d'Orsay (Paris, France)

Claude Monet, "Impression", 1872, huile sur toile
Claude Monet, "Impression", 1872, huile sur toileCredit: Musée Marmottan Monet, Paris

En 1874, une bande de rebelles de l'art - composée de 31 artistes dont Claude Monet, Cézanne, Renoir et Degas - décide de rompre avec les règles traditionnelles en organisant la première exposition impressionniste à Paris. Aujourd'hui, 150 ans plus tard, le prestigieux musée d'Orsay présente une exposition exceptionnelle de 130 œuvres ayant figuré dans cette exposition devenue légendaire. Dans le contexte de l'agitation de l'après-guerre, ces artistes, relativement peu connus à l'époque, ont formé un "clan de rebelles", capturant la vie moderne et les paysages avec des coups de pinceau légers mais visibles et des teintes pâles. Paris 1874 juxtapose leurs œuvres radicales à celles du Salon officiel de la même période, révélant l'impact visuel et les parallèles inattendus entre les deux. Une exposition à ne pas manquer !

Paris 1874 : le moment impressionniste au musée d'Orsay a ouvert ses portes le 26 mars 2024 et se poursuit jusqu'au 14 juillet 2024.

Pourquoi cela vaut la peine d'y jeter un coup d'œil ? Une série d'œuvres parmi les plus belles de l'impressionnisme, à l'occasion du 150e anniversaire de ce mouvement artistique bien-aimé.

Pino Pascali à la Fondazione Prada (Milan, Italie)

Pino Pascali avec "Vedova blu (Veuve bleue)", 1968, Galleria Nazionale d'Arte Moderna, Rome.
Pino Pascali avec "Vedova blu (Veuve bleue)", 1968, Galleria Nazionale d'Arte Moderna, Rome.Photo credit: Claudio Abate

Pino Pascali est mort en 1968 à seulement 32 ans à Rome, en Italie, à la suite d'un tragique accident de moto. Malgré sa mort prématurée, ses sculptures, décors et performances ont apporté une contribution importante à l'art de l'après-guerre. Aujourd'hui, plus de 50 œuvres de l'artiste italien sont exposées au musée de la Fondazione Prada à Milan. La pratique artistique de Pino Pascali, incarnée par ses "fausses sculptures" et sa série Armi, reflète une exploration ludique mais profonde de l'illusion et de la réalité, s'inspirant souvent de ses expériences d'enfance liées à la guerre. "Pino Pascali a exploré la relation entre la sculpture et les éléments scéniques et a mis en contraste la sculpture et les objets de la vie quotidienne. Il a créé des œuvres qui, de loin, semblent être des ready-mades, mais qui, en y regardant de plus près, se révèlent être fabriquées à partir de matériaux recyclés", explique Mark Godfrey, commissaire de l'exposition.

PUBLICITÉ

L'exposition Pino Pascali à la Fondazione Prada ouvrira ses portes le 28 mars 2024 et se poursuivra jusqu'au 23 septembre 2024.

Pourquoi elle vaut le détour ? Une exposition gigantesque de certaines des œuvres les plus emblématiques de Pino Pascali, dont une araignée géante aux allures de conte de fées, recouverte d'une fausse fourrure bleue.

Unicorns au musée de Perth (Perth, Écosse)

'Unicorns' par John Duncan, 1933
'Unicorns' par John Duncan, 1933Photo Credit: University of Edinburgh

Cette exposition fascinante au musée de Perth propose un voyage séduisant dans le symbole national de l'Écosse, la licorne, en présentant une étonnante collection d'objets rares et d'œuvres d'art provenant du monde entier. Parmi les prêts vedettes figurent des pièces remarquables telles que l'enchanteur "Danny Jewel", un pendentif élisabéthain en corne de narval et en or émaillé, habituellement conservé au Victoria and Albert Museum (V&A) de Londres. Les visiteurs peuvent également s'émerveiller devant une défense de narval de 2,5 mètres de long, vieille de 700 ans, provenant de la prestigieuse collection Wellcome, ainsi que devant la peinture à l'huile, La dame et la licorne, de l'artiste italien de la fin de la Renaissance, Luca Longhi (1507-1580), qui est exposée pour la première fois au Royaume-Uni.

L'exposition Unicorn au Perth Museum ouvrira ses portes le 30 mars 2024 et durera jusqu'au 22 septembre 2024.

PUBLICITÉ

Deux millénaires d'histoire pour explorer l'importance culturelle de cette créature mythique et son évolution en un symbole de diversité et de résilience.

Jean Cocteau : la revanche du jongleur à la Peggy Guggenheim Collection (Venise, Italie)

Jean Cocteau, photographié par Philippe Halsman, New York, 1949
Jean Cocteau, photographié par Philippe Halsman, New York, 1949© PHILIPPE HALSMAN / MAGNUM PHOTOS

Après le succès de l'exposition, Marcel Duchamp et l'attrait de la copie, la Peggy Guggenheim Collection présente la plus grande rétrospective de l'icône de l'avant-garde Jean Cocteau jamais organisée en Italie. Jean Cocteau, figure éminente du monde de l'art du XXe siècle, qui a côtoyé des personnalités telles que Pablo Picasso, Coco Chanel, Apollinaire et Édith Piaf, a excellé en tant qu'écrivain, poète, dramaturge, essayiste, illustrateur, cinéaste et acteur. Avec un éventail remarquable de plus de 150 œuvres - dessins, graphiques, bijoux, tapisseries, livres, magazines, photographies et films - La revanche du jongleur explore l'évolution du style unique et profondément personnel de Jean Cocteau à travers les moments cruciaux de sa carrière tumultueuse.

Jean Cocteau : la revanche du jongleur à la Peggy Guggenheim Collection ouvre le 13 avril 2024 et se poursuit jusqu'au 16 septembre 2024.

Pourquoi cela vaut la peine d'être vu ? Apprenez-en plus sur l'une des figures les plus fascinantes et les plus influentes de l'art du début du XXe siècle.

PUBLICITÉ

Le dernier Caravage à la National Gallery (Londres, Royaume-Uni)

Le martyr de Sainte-Ursule du Caravage (1610)
Le martyr de Sainte-Ursule du Caravage (1610)Credit: Metropolitan Museum of Art, New York.

En mai 1610, Le Caravage termine son tableau "Le martyre de sainte Ursule". Deux mois plus tard, il est mort. Une nouvelle exposition de la National Gallery de Londres se concentre sur les dernières années de la vie du grand peintre baroque italien, dont les peintures à grande échelle sont réputées pour leur réalisme intense et troublant. L'exposition présente notamment son dernier tableau connu, Sainte-Ursule, accompagné d'une lettre décrivant sa création, ainsi que Salomé avec la tête de Jean-Baptiste, qui offre aux visiteurs un aperçu de la vie tumultueuse du Caravage, marquée par une violence constante et des démêlés avec la justice.

L'exposition, Le dernier Caravage, à la National Gallery de Londres ouvrira le 18 avril 2024 et durera jusqu'au 21 juillet 2024.

Pourquoi cela vaut la peined'être vu ? - Explorez la fin troublée de la vie du Caravage, les histoires d'Ursula et de Salomé, et réfléchissez à la violence d'aujourd'hui.

Caspar David Friedrich : paysages infinis à l'Alte National galerie (Berlin, Allemagne)

The Abbey in the Oakwood par Caspar David Friedrich (1809-10)
The Abbey in the Oakwood par Caspar David Friedrich (1809-10)Credit: Wikimedia Commons

Pour commémorer le 250e anniversaire de la naissance de Caspar David Friedrich, l'Alte National galerie accueille une grande exposition présentant 60 de ses peintures, ainsi que 50 dessins provenant d'Allemagne et de l'étranger. Caspar David Friedrich est considéré comme le plus important peintre paysagiste du mouvement romantique allemand du XIXe siècle. L'exposition présente un grand nombre de ses œuvres les plus célèbres, notamment Moine au bord de la mer et Abbaye dans la forêt de chênes, et met l'accent sur le rôle de la National galerie dans la renaissance de l'art de Caspar David Friedrich au début du 20e siècle. Alors que le peintre était tombé dans l'oubli à la fin du XIXe siècle, la National galerie lui a rendu hommage en lui consacrant une rétrospective complète en 1906. En présentant 93 de ses œuvres, le musée a contribué à faire revivre son héritage en tant que grand peintre de tous les temps.

PUBLICITÉ

Caspar David Friedrich : paysages infinis à l'Alte National galerie ouvre ses portes le 19 avril 2024 et se poursuit jusqu'au 4 août 2024.

Pourquoi cela vaut la peine d'être vu ? Plongez-vous dans plus de 100 œuvres magnifiques de Caspar David Friedrich, 250 ans après sa naissance.

L'Olympisme : invention moderne, héritage antique au Musée du Louvre (Paris, France)

Survol de l'avion au-dessus du Musée du Louvre
Survol de l'avion au-dessus du Musée du LouvreCredit: Paris 2024

Alors que la ville de Paris se prépare à accueillir les Jeux olympiques, une exposition fascinante intitulée L'Olympisme : Invention moderne, héritage antique sera présentée au prestigieux musée du Louvre. En se penchant sur les origines des premiers Jeux olympiques modernes, l'exposition vise à mettre en lumière le contexte politique qui a donné naissance à ces Jeux et à explorer les efforts visionnaires des organisateurs pour ré-imaginer les compétitions sportives de l'Antiquité grecque. Au-delà de la figure bien connue de Pierre de Coubertin, le "père" des Jeux modernes, l'exposition explore des personnages clés d'origine franco-grecque, notamment Emile Gilliéron, un artiste et dessinateur archéologique suisse résidant en Grèce, qui fut nommé artiste officiel des Jeux olympiques de 1896 et 1906. L'exposition présente notamment la première coupe olympique, créée pour le vainqueur du marathon des Jeux de 1896 à Athènes. À noter dans vos agendas !

L'Olympisme : Invention moderne, héritage antique au Musée du Louvre ouvre ses portes le 24 avril 2024 etse poursuit jusqu'au 16 septembre 2024.

PUBLICITÉ

Pourquoi cela vautla peine d'être vu ? Explorez l'histoire des Jeux olympiques antiques et l'influence de la France sur les jeux modernes.

Ana Lupas : de ce côté de l'Elbe au Stedelijk Museum (Amsterdam, Pays-Bas)

Ana Lupas, Coats to Borrow, 1989.
Ana Lupas, Coats to Borrow, 1989.Credit: Carlo Favero/Stedelijk Museum, Amsterdam

Cette exposition, qui ouvrira le 9 mai 2024 au Stedelijk Museum d'Amsterdam, constitue le premier aperçu complet de l'œuvre d'Ana Lupas. L'artiste roumaine, spécialisée dans les installations et les textiles, s'est imposée dans les années 1960 comme l'une des principales artistes féminines d'Europe de l'Est. L'exposition On This Side of the River Elbe couvre sa carrière des années 1960 à aujourd'hui et présente de nombreux points forts de sa production artistique, de ses textiles à ses sculptures. L'une des pièces maîtresses de l'exposition est Coats to Borrow (1989), qui présente des manteaux fabriqués à la main et suspendus à des meubles en métal peints en orange. Les manteaux ont traversé plusieurs villes de Roumanie, passant d'un ami à l'autre, chaque personne étant invitée à inscrire son nom sur une étiquette discrètement placée à l'intérieur du manteau. L'œuvre d'art portant les noms, dissimulée au regard extérieur, symbolise les liens sociaux au sein d'une communauté incapable de résister ouvertement en raison des contraintes du régime communiste oppressif. Parmi les autres œuvres remarquables présentées à l'exposition figurent Humid Installation (1970), qui dépeint la culture agricole de son pays natal, ainsi que The Solemn Process (1964-1976, 1980-1985 et 1985-2008), qui fait appel aux communautés locales de la Transylvanie rurale.

Ana Lupas : de ce côté de l'Elbe au Stedelijk Museum ouvre ses portes le 9 mai 2024 et se poursuit jusqu'au 15 septembre 2024.

Pourquoi cela vaut la peined'être vu ? Il s'agit de la première grande exposition de l'œuvre profondément politique et personnelle d'Ana Lupas.

PUBLICITÉ

Silvia Bächli : Partitura au Centro Botín (Santander, Espagne)

das (to Inger Christensen) by Silvia Bächli, 2008/2009
das (to Inger Christensen) by Silvia Bächli, 2008/2009Credit: Silvia Bächli

Si vous aimez les œuvres d'art minimales et conceptuelles, vous devez absolument visiter la première exposition de l'artiste suisse, Silvia Bächli, en Espagne au Centro Botín, qui présente ses dernières œuvres ainsi que des dessins antérieurs. Les dessins abstraits et minimaux de Silvia Bächli sont profondément liés aux mouvements de son corps, reflétant des expériences sensorielles et des gestes corporels. "Les dessins sont des actions. Les lignes racontent des histoires. Que font ces lignes ? Où commence une ligne, touche-t-elle une autre ligne ? Comment les touche-t-elle ? Des mots apparaissent, lesquels viennent sur la langue ?", explique l'artiste. Créées avec des matériaux simples comme le papier et l'encre, ses œuvres sont disposées en grappes rythmiques dans l'espace de la galerie, invitant les spectateurs à contempler les liens entre les lignes, les gestes et les émotions.

Silvia Bächli : Partitura au Centro Botín ouvre ses portes le 11 mai 2024 et se poursuit jusqu'au 20 octobre 2024.

Pourquoi cela vaut la peine d'êtrevu ? Découvrez l'intersection captivante du minimalisme et de l'exploration sensorielle dans la première exposition de Silvia Bächli.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Damien Hirst est le premier artiste à occuper les 200 hectares du Château La Coste

Découvrez les plus belles fresques murales du monde en 2023

Un musée de l'Holocauste va ouvrir à Amsterdam