Cet article n'est pas disponible depuis votre région

De l'espoir pour la Grande Barrière de corail australienne

De petits poissons se mettent en banc dans les eaux du Ribbon Reef No 10 près de Cairns, en Australie (septembre 2017).
De petits poissons se mettent en banc dans les eaux du Ribbon Reef No 10 près de Cairns, en Australie (septembre 2017).   -   Tous droits réservés  J. Sumerling/Copyright Commonwealth of Australia (Great Barrier Reef Marine Park Authority). This image is licensed by the Commonwealth of Au
Par AFP

Des parties de la Grande Barrière de corail d'Australie comptent d'avantage de coraux, pour la première fois depuis des décennies, selon un rapport du gouvernement, qui suscite cependant la prudence des scientifiques.

Selon l'Institut australien des sciences marines, les parties situées au nord et au centre de ce vaste site classé au patrimoine de l'Unesco ont enregistré l'an passé une nette croissance de la couverture corallienne, pour la première fois depuis 36 ans, date de la mise en place d'une surveillance.

Les scientifiques en charge de 87 sites affirment que le récif a connu un rebond plus rapide que prévu, notamment grâce à la croissance rapide des coraux de type "acropora", qui participent à la création de récifs coralliens. 

"Ces résultats démontrent que le récif peut encore se remettre lors de périodes exemptes de graves perturbations", a déclaré Paul Hardisty, directeur général de l'Institut australien des sciences marines. Mais loin de crier victoire, il estime que des cyclones, des épisodes de blanchiment et l'apparition d'étoiles de mer dévoreuses de coraux pourraient mettre facilement fin à ces progrès.

Ainsi, la partie sud du récif, qui semblait en voie de guérison il y a un an, connait à nouveau un déclin. "Cela montre à quel point le récif est vulnérable aux perturbations aiguës et graves qui se produisent plus souvent et durent plus longtemps", a déclaré Paul Hardisty.

La couverture corallienne a atteint 36% sur les sites surveillés dans la partie nord du récif, contre 27% en 2021. Les chiffres sont moins encourageants plus au sud. Dans la partie centrale, la hausse est moins importante et leur nombre est en baisse dans le sud.

Un progrès encourageant mais vulnérable

Depuis des décennies, la Grande Barrière de corail subit un "blanchiment" dû au réchauffement de la température de la mer. La propagation de l'étoile de mer, qui tue les coraux, a également fait des ravages. Nombreux sont ceux qui redoutent une accélération du rythme des dégâts qui pourrait entraîner la destruction totale du récif.

Pour Terry Hughes, spécialiste des sciences marines, les espèces à l'origine de cette reprise sont très vulnérables au réchauffement des océans. Il estime que le remplacement des grands coraux, vieux et à croissance lente, qui ont défini le récif, n'est probablement "plus possible".

C. Jones/Copyright Commonwealth of Australia (Great Barrier Reef Marine Park Authority). This image is licensed by the Commonwealth of Au
Des paysages de récifs de coraux blanchis dans la Grande Barrière de Corail en Australie (mars 2015).C. Jones/Copyright Commonwealth of Australia (Great Barrier Reef Marine Park Authority). This image is licensed by the Commonwealth of Au

En mai dernier, environ 91% de la Grande Barrière de corail d'Australie a subi un "blanchissement" en raison d'une vague de chaleur prolongée lors de l'été austral, selon un rapport gouvernemental. C'était la première fois que le plus grand récif corallien du monde était touché par un tel blanchissement.

Zoe Richards, chercheuse à l'université Curtin, a également mis en garde contre un excès d'optimisme. Elle affirme ainsi que "cette tendance au rétablissement est alimentée par une poignée d'espèces d'Acropora et cela signifie que le prochain événement de stress thermique pourrait facilement décimer ces communautés coralliennes une fois de plus".