La crise climatique pourrait sonner le glas de la moitié des stations de ski européennes

Des personnes skient sur une piste de ski de fond à Ramsau, en Autriche, le 6 janvier 2023.
Des personnes skient sur une piste de ski de fond à Ramsau, en Autriche, le 6 janvier 2023. Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Charlotte EltonJames Keaton avec Associated Press
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Selon une nouvelle étude, la moitié des stations de ski européennes seraient confrontées à un "risque très élevé" de pénurie de neige dans le cadre d'un scénario de réchauffement de deux degrés.

PUBLICITÉ

Le changement climatique pourrait dévaster le ski européen, plus de la moitié des stations européennes étant exposées à un "risque élevé" de pénurie de neige d'ici à 2100.

Les montagnes enneigées d'Europe représentent quelqu'uns des paysages emblématiques et une part importante de l'industrie touristique du continent.

Mais 53 % des stations européennes risquent de souffrir d'un manque d'enneigement, si les températures augmentent de 2°Celsius, comme le révèlent des recherches publiées dans "Nature Climate Change".

Actuellement, le monde est engagé sur une trajectoire de réchauffement de +2,7°C.

L'enneigement artificiel ne compensera que partiellement le déclin, prévient l'équipe d'experts, et impliquerait des machines, telles que les fraises à neige, qui génèrent davantage de gaz à effet de serre... qui réchauffent la planète.

"L'enneigement incarne certains des principaux défis à relever à la jonction entre l'adaptation au changement climatique, l'atténuation de ses effets et le développement durable dans les montagnes", écrivent les auteurs de l'étude.

L'impact du changement climatique sur les stations de sports d'hiver

Ces dernières années, des dégels hivernaux répétés et de plus en plus fréquents ont accablé de nombreuses stations de ski européennes, laissant de nombreuses pistes dépourvues de neige.

Avec la fonte des glaciers, le manque de neige est devenu un symptôme visible des effets du changement climatique. Tous les secteurs économiques de la montagne, du tourisme aux compétitions de ski professionnelles, en subissent les conséquences. Et la situation pourrait encore s'aggraver.

Alors que la hausse des températures mondiales flirte déjà avec la limite de +1,5 degré fixée par l'accord de Paris de 2015, et qu'une hausse plus importante semble inévitable, les chercheurs ont analysé l'impact sur plus de 2 200 stations de ski à travers 28 pays européens.

Les chercheurs ont évalué l'évolution de la couverture neigeuse en fonction d'une série d'augmentations de température : 53 % des stations de ski européennes seraient confrontées à un "risque très élevé d'enneigement insuffisant", si la température augmentait de 2°C, et presque toutes - 98 % - seraient confrontées à ce niveau de risque si la barre des 4° était franchie.

AP Photo
L'Europe n'est pas la seule région du monde à perdre de la neige. Les pistes de ski étaient dépourvues de neige à la station de Tūroa, en Nouvelle-Zélande, à l'hiver 2022.AP Photo

Même avec l'utilisation de neige artificielle, plus d'un quart des stations seraient toujours confrontées à un manque de neige, si les températures augmentaient de 2 degrés, et plus de 70 % le seraient, si elles augmentaient de 4 degrés, selon les prévisionnistes.

"Cette étude fournit également une analyse des besoins en eau et en électricité, ainsi que des émissions de gaz à effet de serre associées à l'enneigement", affirme Samuel Morin, coauteur de l'étude et chercheur au sein du service de prévision météorologique Météo France.

Vers des stations plus au nord et des pistes plus élevées

Responsables du tourisme et pouvoirs publics devront probablement réagir par un mélange d'atténuation - en essayant d'empêcher les températures d'augmenter - et d'adaptation, consistant adapter les comportements dans des endroits comme les Pyrénées espagnoles, le mont Trysilfjellet en Norvège, les Alpes suisses, ou la station d'Erciyes, en Turquie. Cela induit donc de repenser enneigement et de réduire les émissions liées.

"Dans le secteur du tourisme, si l'on veut limiter l'ampleur des conséquences du changement climatique, il faut aussi se préoccuper de limiter l'empreinte carbone de cette activité - et donc tout faire pour réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre de l'ensemble du secteur", explique Samuel Morin.

Ruth Mottram, climatologue à l'Institut météorologique danois, salue l'utilisation de la neige de culture renouvelable, en faisant toutefois remarquer que le transport vers les pistes de ski représente une importante source d'émissions.

"Dans l'ensemble, il semble que les skieurs européens pourront continuer à skier, mais l'activité se déplacera plus au nord et plus haut dans les montagnes, même avec des investissements supplémentaires dans l'enneigement". L'étude prévoit en effet que les destinations plus élevées et plus froides devraient être davantage prisées par les skieurs

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Manifestations pour le climat : les Européens descendent massivement dans les rues

Sécheresse en hiver : les Européens cherchent des plans d'urgence

Élections européennes : quelles sont les ambitions vertes des différents partis ?