EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Comment le changement climatique menace les sites du patrimoine mondial ?

Comment le changement climatique menace les sites du patrimoine mondial ?
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Jeremy Wilks
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Outre la faune et la flore, le changement climatique représente une menace croissante pour les sites historiques, les rendant de plus en plus difficiles à entretenir en raison de la fréquence des vagues de chaleur.

PUBLICITÉ

Le célèbre palais et les parcs de Sanssouci à Potsdam en Allemagne, site classé au patrimoine mondial de l'humanité, sont confrontés à des menaces croissantes dues au changement climatique. 

Dans cet épisode de Climate Now, nous verrons l'impact dévastateur des phénomènes climatiques extrêmes, tels que les sécheresses, les vagues de chaleur et les pluies torrentielles, sur ce joyau historique vieux de trois siècles.

Le mois d'août le plus chaud jamais enregistré

Selon les dernières données du service Copernicus sur le changement climatique, le mois d'août a été le plus chaud jamais enregistré à l'échelle mondiale, avec des températures dépassant la moyenne de 0,7 degré Celsius pour la période 1991-2020.

De plus, cette année a connu la saison estivale la plus chaude jamais enregistrée entre juin et août, marquée par des vagues de chaleur en Europe, en Afrique du Nord, aux États-Unis et ailleurs.

Copernicus Climate Change Service implemented by ECMWF
Août 2023 était le moins d'août le plus chaud jamais enregistré sur TerreCopernicus Climate Change Service implemented by ECMWF

Les vagues de chaleur ne se limitent pas aux continents, elles ont également touché les océans. Les températures de surface de l'océan ont augmenté de manière significative depuis les années 80. 

Le graphique ci-dessous montre une nette augmentation des températures de surface de l'océan, avec l'année 2023 marquant un record inquiétant, avec une augmentation moyenne de plus d'un demi-degré par rapport aux années précédentes.

Copernicus Climate Change Service implemented by ECMWF
Températures en AntartiqueCopernicus Climate Change Service implemented by ECMWF

Quant à l'Antarctique, en hiver en ce moment, les concentrations de glace de mer étaient inférieures à la moyenne dans ces vastes zones en rouge sur cette carte récente.

Copernicus Climate Change Service implemented by ECMWF
AntartiqueCopernicus Climate Change Service implemented by ECMWF

L'étendue de la glace de mer, qui mesure les zones où au moins 15 % de l'océan est gelé, a également baissé à un niveau record au mois d'août, avec des niveaux historiquement bas depuis mai de cette année.

Copernicus Climate Change Service implemented by ECMWF
AntartiqueCopernicus Climate Change Service implemented by ECMWF

Le palais et les jardins de Sanssouci menacés par le changement climatique

Le palais et les jardins de Sanssouci de Potsdam, est un joyau historique datant du XVIIIe siècle, mais aussi le terrain de jeu estival de Frédéric le Grand, roi de Prusse, qui lui avait donné le nom "Sanssouci," signifiant "sans souci."

Cependant, aujourd'hui, avec le réchauffement climatique Sanssouci est loin d'être un lieu "sans problème."

 
Michael Rohde, directeur des parcs, explique : "Nous ressentons les effets du changement climatique ici depuis une dizaine d'années, mais les six dernières années ont été beaucoup plus sévères. Il pleut moins ici, nous avons les impacts de la chaleur, nous avons le sol sec, l'assèchement de la nappe phréatique, elle ne se recharge plus. Et bien sûr, nous avons le problème des arbres qui tombent à cause de cela."

Le faible niveau des eaux souterraines rend les arbres plus vulnérables aux champignons et aux insectes. Le nombre d'arbres mourant chaque année est passé de quelques dizaines il y a vingt ans à plusieurs centaines aujourd'hui.

Comment sauver les parcs ?

Katharina Matheja, conservatrice à la Fondation des palais et jardins prussiens, a pris des mesures audacieuses pour contrer ces effets. Elle a introduit un système d'irrigation, chose impensable dans un jardin historique d'un pays relativement humide comme l'Allemagne. "Dans un endroit aussi exposé qu'ici, nous n'avons plus qu'à irriguer en permanence, et cela fonctionne bien," explique-t-elle.

De plus, le jardin expérimente la plantation de jeunes arbres naturels provenant du parc, plutôt que d'acheter des arbres dans des pépinières comme auparavant. L'idée est que les jeunes plants qui ont survécu ici ont une meilleure chance de résister à la sécheresse et à la chaleur à l'avenir.

Malgré les espoirs que Katharina nourrit à l'égard de ces arbres, elle explique les défis que pose l'introduction d'espèces d'arbres susceptibles d'être mieux adaptées pour résister au changement climatique.

L'intérieur des palais menacé

D'après Kathrin Lange, conservatrice en chef, certains des palais de Sanssouci subissent actuellement les conséquences d'une météo de plus en plus extrême, marquée notamment par une humidité élevée qui endommage gravement les meubles et les revêtements des murs.

PUBLICITÉ

Les effets de ces conditions climatiques extrêmes se manifestent de manière flagrante, avec des variations significatives du point de rosée, provoquant la condensation de l'eau le long des parois. Des moisissures prolifèrent dans les coins et les objets se déplacent les uns contre les autres, se détachant de leur support. Toutes ces réactions sont déclenchées par le changements climatique. 

Au cours de la dernière décennie, préserver ce site d'une inestimable valeur historique, tel qu'il était à l'époque des rois prussiens, est devenu un défi de plus en plus ardu. 

Le paysage est indissociable de l'histoire et ne peut être altéré ; les arbres, les chemins et les voies d'eau doivent demeurer fidèles à la vision initiale des concepteurs. 

Cependant, il subsiste un espoir, renforcé par les propos réitérés de Michael Rohde, directeur du jardin, qui soutient que la mise en œuvre de toutes les stratégies d'adaptation et l'utilisation de plantes ligneuses et d'arbres spécifiquement adaptés permettront de conserver l'intégrité de la structure de base.

Face au réchauffement de la planète, la préservation de ces sites emblématiques du patrimoine culturel représente un défi monumental qui nécessite une attention soutenue.

PUBLICITÉ
Partager cet article

À découvrir également

Voici les nouveaux sites européens inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO