EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

"C'est vraiment l'union des polices européennes qui permettra d'arrêter ce type de trafic"

"C'est vraiment l'union des polices européennes qui permettra d'arrêter ce type de trafic"
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Cyril Fourneris
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La coopération des forces de police européennes est un facteur déterminant dans la lutte contre le trafic de déchets illégaux, aux côtés des actions de l'OLAF.

Dans le port de Gênes, les douanes italiennes et l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) soulignent l'importance de la coopération internationale dans la lutte contre le trafic illégal de déchets. Une nouvelle réglementation européenne sur le transport transfrontalier des déchets est entrée en vigueur le 20 mai. Elle prévoit des règles plus strictes pour les exportations de déchets en dehors de l'Union Européenne, et vise à favoriser le recyclage au sein des États membres, alors qu'un tiers des transferts internationaux de déchets seraient illégaux, selon des estimations.

"Il s'agit d'un conteneur que nous avons bloqué en raison de soupçons de trafic de déchets", explique Andrea Biggi, officier des douanes italiennes chargé de la lutte contre la fraude au sein de Genova 2. "L'important n'est pas seulement de bloquer un conteneur, mais d'élargir l'enquête et de trouver l'organisation qui se cache derrière cela. Mais pour cela, nous avons besoin de la coopération de toutes les forces de police, non seulement nationales, et extra-européennes, mais surtout de celle des forces européennes. C'est vraiment l'Union des polices européennes qui nous permettra d'arrêter ce type de trafic, et en ce sens, l'OLAF peut apporter une contribution énorme".

"Nous avons deux objectifs principaux", affirme Luigi Garruto, enquêteur au sein de l'Office européen de lutte antifraude (OLAF). "Le premier consiste à enquêter sur le réseau, mais aussi d'empêcher les exportations. Pour les affaires environnementales, c'est un point clé, car lorsque le mal est fait, il est très compliqué de tout récupérer. Il est essentiel de créer une prise de conscience générale, d'harmoniser le niveau des contrôles au niveau européen et de coordonner les contrôles avec les pays de destination. Si nous parvenons à réunir ces trois éléments principaux, nous pourrons atteindre l'objectif de lutte contre ce phénomène".

Partager cet article

À découvrir également

L'UE renforce son arsenal contre l'exportation de déchets illégaux