EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Autriche : Kurz II, un gouvernement majoritairement féminin

Le gouvernement Kurz II, Vienne le 7 janvier 2020.
Le gouvernement Kurz II, Vienne le 7 janvier 2020. Tous droits réservés ROBERT JAEGER / APA / AFP
Tous droits réservés ROBERT JAEGER / APA / AFP
Par Vincent Coste
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Après 100 jours de discussions et de tractations, le dirigeant conservateur Sebastian Kurz a été investi à la tête d'un gouvernement où les femmes décrochent neuf portefeuilles sur dix-sept.

PUBLICITÉ

Cent jours exactement après le résultat des dernières élections législatives, l'Autriche s'est enfin dotée d'un nouveau gouvernement. S'appuyant sur l'accord de coalition scellé le 2 janvier dernier entre les conservateurs de l'¨ÖVP et les Grünen, les écologistes, le nouveau cabinet investi ce mardi est composé de 17 membres. Le nouveau gouvernement autrichien a prêté serment lors d'une cérémonie devant le chef de l'Etat, Alexander Van der Bellen, un ancien écologiste.

Le portefeuille de Chancelier revient au jeune chef de file des conservateurs, Sebastian Kurz, qui va donc à nouveau diriger la république alpine après un précédent gouvernement de coalition formé avec la formation d’extrême-droite FPÖ entre décembre 2017 et mai 2019.

La composition de ce nouvel exécutif est majoritairement féminine, puisque neuf femmes, contre sept hommes, ont été désignés. L'Autriche s'inscrit, au niveau de la parité homme-femme, parmi les meilleurs élèves européens, mais derrière la Finlande où le récent gouvernement de la Première ministre Sanna Marin fait figure d'étalon avec une équipe composée de douze femmes et de sept hommes.

Concernant la répartition des portefeuilles entre les deux partis de coalition, l'avantage échoit à l'OVP qui obtient douze postes contre cinq pour les écologistes. Le dirigeant des Grünen, Werner Kogler, a été nommé Vice-chancelier ainsi que ministre fédéral de la Fonction publique et des Sports.

Le premier gouvernement Kurz avait volé en éclat après les révélations de "l'affaire Ibiza". Une vidéo tournée en caméra cachée montrait Heinz-Christian Strache, alors Vice-chancelier et leader du FPÖ, prêt à la compromission avec un intermédiaire russe en échange de financement. Ce scandale avait ensuite provoqué sa démission et la tenue d'élections législatives anticipées.

Avec son nouveau partenaire de coalition, Sebastian Kurz entend maintenant protéger à la fois "le climat et les frontières". Ce nouvel attelage, avec les écologistes après l’extrême-droite, résistera-t-il aux fortes divergences qui existent entre les deux formations politiques, à l'image de la question de l'immigration ?

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Autriche, les classes d'enfants étrangers font débat

L’UE sous le signe des coalitions

Le scandale Ibiza brouille les cartes en Autriche