PUBLICITÉ

Les Etats membres se penchent sur le pacte migratoire européen

Les Etats membres se penchent sur le pacte migratoire européen
Tous droits réservés Nariman El-Mofty/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Nariman El-Mofty/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après la proposition place maintenant à la négociation. Les 27 ministres de l’Intérieur ont entamé des discussions qui s’annoncent difficiles tant le dossier divise l’UE.

PUBLICITÉ

C'est un premier tour de chauffe pour le nouveau projet de pacte migratoire européen. Les 27 ministres de l'Intérieur se sont réunis jeudi pour évoquer le texte présenté le mois dernier par la Commission européenne. 

L'institution veut rendre obligatoire le principe de solidarité avec les pays membres en première ligne comme la Grèce et l’Italie. Pour convaincre les capitales opposées à ce principe de relocalisation, les gouvernements pourraient en contrepartie se joindre à l'effort commun par un soutien logistique ou par une aide lors du renvoi vers leur pays d'origine des demandeurs d'asile déboutés.

La Commissaire européenne en charge des Affaires intérieures assure que ce texte contient "une part humanitaire importante, nous montons au front pour défendre le droit de déposer une demande d'asile", explique Ylva Johansson.

Les ONG restent cependant très critiques à l'égard de cette proposition. "Le but premier de ce pacte est de reconstruire la confiance entre les Etats membres", juge Sara Prestianni, responsable de programme migration d’EuroMed Droits. 

Pour les eurodéputés il faut d'abord s'assurer que l'effort migratoire soit bien partagé par tous les Etats membres. "Nous voulons une solidarité obligatoire et une responsabilité partagée", insiste le président de la commission Libertés civiles au Parlement européen Juan Fernando López Aguilar.

La proposition commence un long et difficile processus de négociation. Les institutions espèrent que ces discussions ne fractureront pas davantage le projet européen.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Grèce s’explique auprès de la Commission européenne sur le dossier migratoire

Le visa européen comme outil politique migratoire

Un nouveau plan européen pour favoriser l’intégration des migrants