EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le "Sofagate" secoue toujours les institutions européennes

Le "Sofagate" secoue toujours les institutions européennes
Tous droits réservés Burhan Ozbilici/The Associated Press
Tous droits réservés Burhan Ozbilici/The Associated Press
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les eurodéputés veulent des explications après la gifle protocolaire et politique donnée à la présidente de la Commission européenne.

PUBLICITÉ

Un incident diplomatique en passe de devenir une crise interne de l'UE. Les secousses du "Sofagate", le camouflet protocolaire infligé à la présidente de la Commission européenne à Ankara la semaine dernière, se font toujours à ressentir à Bruxelles.

Ursula von der Leyen, justement, et Charles Michel, président du Conseil européen, sont attendus mardi après-midi au Parlement européen pour s'exprimer devant les présidents des groupes politiques pour s’expliquer.

Pour Alberto Alemanno, professeur de droit européen à HEC, cette affaire "est une victoire diplomatique" pour le président turc même s’il doute d’un acte totalement délibéré. En revanche cette polémique montre une nouvelle fois la faiblesse de l’UE sur la scène internationale explique-t-il. "Cela porte un nouveau coup, seulement quelques semaines après le désastre de Moscou. L'Union n'est pas prête à jouer et à exercer cette indépendance stratégique qu'elle clame et qu'elle essaye de dessiner", résume Alberto Alemanno.

European Commission/ EU
La présidente de la Commission européenne reléguée sur un divanEuropean Commission/ EU

Lors de cette réunion à Ankara, seuls deux fauteuils étaient installés pour cette rencontre entre trois responsables. Si les deux hommes ont pris les sièges, Ursula von der Leyen a été reléguée sur un divan.

Depuis, une pétition circule pour réclamer la démission du président du Conseil européen. Le texte a recueilli près de 7 000 signatures. Il est défendu par des organisations féministes qui accusent Charles Michel d'avoir eu une attitude irréfléchie qui porte préjudice à tous les citoyens de l'Union européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Discordance entre la Commission européenne et le Conseil européen

Les relations entre l’UE et la Turquie sur un fil protocolaire

Après une année de tensions, les dirigeants européens en Turquie pour relancer les relations