EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les campagnes de vaccination contre le Covid-19 en Europe se tournent vers les adolescents

Les campagnes de vaccination contre le Covid-19 en Europe se tournent vers les adolescents
Tous droits réservés NICOLAS MAETERLINCK/AFP
Tous droits réservés NICOLAS MAETERLINCK/AFP
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les gouvernements se penchent sur la possibilité d’administrer les vaccins aux plus jeunes.

PUBLICITÉ

C’est l’un des objectifs fixés par l’UE : vacciner d’ici la fin de l’été 70% de la population. Le pari semble en passe d’être réussi. 58% des citoyens ont déjà reçu une première dose.

Mais la situation varie fortement d'un pays membre à l'autre. En Belgique et à Malte 71 % de la population a déjà obtenu une première injection. En Bulgarie en revanche ce chiffre chute à 16%. La stratégie est toutefois identique dans l'ensemble de l'Union, les autorités ont commencé par les personnes les plus fragiles.

"Il n'y a pas une stratégie qui marche mieux quel que soit le contexte ou le lieu. Chaque stratégie doit prendre en compte la situation, l'approvisionnement en vaccin, les populations à risque et la situation épidémiologique", explique Edoardo Colzani du Centre européen de contrôle et de prévention des maladies.

La prochaine étape de la campagne concerne les adolescents. Le Portugal, l'Espagne et l'Irlande sont les derniers Etats membres à ne pas avoir ouvert la vaccination à toutes les personnes de plus de 18 ans. Pour le moment seul le sérum de BioNTech-Pfizer a obtenu le feu vert de l'Agence européenne des médicaments pour les jeunes de 12 à 15 ans. Le vaccin de Moderna est lui en cours d'étude. "Ce ne sont pas des mini-adultes, ils ont leurs propres réactions aux vaccins. Il est donc très important de tester les vaccins sur différentes tranches d'âge pour déterminer la dose appropriée", souligne l’immunologiste Sophie Lucas de l’université catholique de Louvain.

Les adolescents ne sont pas considérés comme vulnérables mais leur vaccination peut avoir de nombreux bénéfices pour l'ensemble de la population. "Si les plus jeunes ne développent pas les formes les plus sévères de la maladie, ils sont comme une sorte de réservoir du virus et ils participent à sa transmission. Donc diminuer la transmission par les plus jeunes en dessous de 18 ans peut se révéler très utile d'un point de vue collectif", ajoute Sophie Lucas. L'Allemagne, la Roumanie, l'Italie, la France et l'Estonie ont déjà ouvert la vaccination aux plus jeunes à partir de 12 ans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le vaccin allemand CureVac patine : une efficacité à 47% seulement

Les joueurs espagnols vaccinés pour l'Euro

Ukraine : Moscou revendique la prise de deux villages