Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Covid-19 : les conditions de voyage s'assouplissent en Europe

Access to the comments Discussion
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
Covid-19 : les conditions de voyage s'assouplissent en Europe
Tous droits réservés  PIERO CRUCIATTI/AFP

Les citoyens pourront voyager entre les États membres sur la base de leur statut personnel et non plus en fonction de la situation sanitaire de leur région.

Lors d'une réunion à Bruxelles, les ministres des Affaires européennes ont adopté une nouvelle recommandation - un acte non contraignant juridiquement - pour coordonner leurs mesures en matière de libre circulation. 

Les ministres des affaires européennes ont décidé que la quarantaine et les tests PCR ou antigéniques supplémentaires seraient supprimés à partir du 1er février.

"Pour que nous soyons beaucoup plus focalisés sur la situation individuelle des personnes, vaccinées ou non vaccinées, plutôt que sur la situation épidémiologique de tel ou tel pays ou région de l'UE, avec évidemment des restrictions qui doivent être plus importantes pour les personnes non vaccinées.", explique Clément Beaune, secrétaire français aux affaires européennes.

Alors que les cas d'omicron augmentaient partout en Europe, les taux d'infection élevés ne se sont pas traduits par une augmentation du nombre d'hospitalisations.

C'est l'un des premiers pas de l'Union européenne vers une approche épidémique de la pandémie.

Pour le virologue Marc Van Ranst, il s'agit d'une sage décision. "Je pense que nous entrons dans une nouvelle phase de la pandémie. Nous n'y sommes pas encore tout à fait, car l'omicron est vraiment très répandu. Et le fait que de nombreuses personnes tombent malades a un effet sur la société. Il faut donc que cela se calme''

Lorsque la pression sur les hôpitaux, où de nombreux patients Delta sont encore en soins intensifs, diminuera, je pense que nous serons prêts à nous débarrasser de (presque) toutes les mesures
Marc Van Ranst
Virologue

Les restrictions ne s'assouplissent donc pas pour les personnes non vaccinées. Le virologue pense que la différence avec les citoyens vaccinés "devient flagrante". Un phénomène qui nécessitera une surveillance accrue dans les pays où le taux de vaccination est plus faible.

Journaliste • Aida Sanchez Alonso