This content is not available in your region

"La seule sortie pour Moscou est de mettre un terme à l'invasion"

Access to the comments Discussion
Par Méabh Mc Mahon  & Euronews
euronews_icons_loading
"La seule sortie pour Moscou est de mettre un terme à l'invasion"
Tous droits réservés  Virginia Mayo/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le siège de l'Otan à Bruxelles est en état d’alerte. Euronews a interrogé Julianne Smith, ambassadrice américaine auprès de l'Alliance, sur la situation actuelle.

Euronews :

Le président ukrainien a plaidé une nouvelle fois en faveur de l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne. Qu'en est-il d'une adhésion de Kiev à l'Otan ?

Julianne Smith, ambassadrice américaine auprès de l’Otan :

L'Ukraine est un partenaire de cette alliance. Nous travaillons avec l'Ukraine depuis plusieurs années pour nous assurer qu'ils peuvent mener les étapes nécessaires vers l'adhésion. Nous avons été clairs à la fois avec les Russes au mois de janvier et dans le communiqué lors du sommet de l'été dernier : la porte de l'élargissement de l'Otan est ouverte et la Russie n'a pas un droit de véto dans ce processus.

Euronews :

On voit désormais des Ukrainiens, sans entraînement, prendre les armes. Ont-ils une chance face à la puissance militaire de la Russie ?

Julianne Smith :

Il est difficile de faire des prédictions à ce stade. Je pense que nous pouvons dire que nous sommes impressionés par la résilience et le courage dont font preuve au quotidien les Ukrainiens, le gouvernement et les forces armées. C'est vraiment remarquable. L'Otan et l'Union européenne relèvent ensemble ce défi et apportent leur soutien.

Euronews :

Ce soutien est-il suffisant pour arrêter la guerre ?

Julianne Smith :

Je ne sais pas ce qui arrêtera la guerre. Nous espérons que Vladimir Poutine arrêtera la guerre. C'est à lui de le faire. La seule sortie pour Moscou est de mettre un terme à l'invasion, d'arrêter les attaques d'ampleur contre les villes ukrainiennes. Nous voulons voir partir les forces russes. Nous voulons un cessez-le-feu. Et nous continuons tous à transmettre ce message à Moscou.

Euronews :

Que pensez-vous de la menace nucléaire avancée par le président russe ?

Julianne Smith :

Evidemment ce que nous avons entendu de la part de Moscou sur leur intention d'augmenter la préparation ou le niveau d'alerte de leur force nucléaire est incroyablement provocateur, dangereux et troublant. Nous craignons que cela augmente les risques d'erreur de calcul. Toutefois ni l'Otan ni les Etats-Unis ne veulent n'importe quelle sorte de conflit avec la Russie. Et comme vous l'avez entendu, mes collègues à Washington ne procèdent à aucun ajustement de nos niveaux d'alerte à ce stade.