Baisse du prix du gaz, recul de l'inflation: la zone euro peut-elle éviter la récession?

Access to the comments Discussion
Par Jorge Liboreiro
Une forte baisse des prix du gaz a conduit les économistes et les analystes à actualiser les prévisions économiques pour la zone euro
Une forte baisse des prix du gaz a conduit les économistes et les analystes à actualiser les prévisions économiques pour la zone euro   -   Tous droits réservés  Michael Probst/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

Cela semblait être écrit dans les astres : la zone euro se dirigeait vers une récession profonde et calamiteuse, en raison de la guerre de la Russie en Ukraine, et d'une crise énergétique dévastatrice et à une inflation galopante. 

Cette prévision fatidique, formulée dès que les chars russes ont franchi illégalement la frontière ukrainienne à la fin du mois de février 2022, a fait la une des journaux de tout le continent et a déclenché un sentiment de profond pessimisme chez les citoyens et les investisseurs, qui se sont progressivement résignés à la troisième contraction économique en moins de 3 ans. 

Mais au fur et à mesure que l'année avançait, quelque chose a changé et une lueur d'optimisme s'est frayé un chemin à travers la morosité ambiante. 

"Les nouvelles sont devenues beaucoup plus positives ces dernières semaines", a déclaré, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, lors de sa participation au Forum économique mondial de Davos, la semaine dernière. 

" Ce n'est pas une année brillante, mais c'est beaucoup mieux que ce que nous avions craint", a-t-elle ajouté. 

Quelques jours plus tôt, le commissaire européen à l'économie, Paolo Gentiloni, avait fait une prédiction encore plus audacieuse. 

"Il y a une chance d'éviter une récession profonde et peut-être d'entrer dans une contraction plus limitée et peu profonde", a-t-il déclaré aux journalistes à Bruxelles. "Bien sûr, cela dépend beaucoup de nos actions."

Au bord de la récession

Le changement soudain d'humeur à travers le continent est attribué à une série d'évolutions positives qui se sont matérialisées au tournant de l'année. Au premier rang d'entre elles : la baisse constante des prix du gaz

Les prix du "Transfer Title Facility" (TTF), la principale plaque tournante du commerce du gaz en Europe, sont passés sous la barre des 70 euros par mégawattheure, des niveaux qui n'avaient pas été atteints depuis que le président russe Vladimir Poutine avait décidé d'envahir l'Ukraine.

Un début d'année anormalement chaud, associé à un stockage souterrain important pour satisfaire la demande supplémentaire et à des arrivées régulières de gaz naturel liquéfié (GNL) sur les côtes européennes, semblent avoir injecté un certain degré de certitude dans un marché jusqu'ici explosif.

Le moins, que l'on puisse dire, c'est que ce répit a été très bien accueilli : le secteur manufacturier européen était sur la corde raide depuis des mois entre le maintien des moteurs en marche et le dépôt de bilan. Du jour au lendemain, les usines ont été contraintes de redessiner leurs chaînes d'approvisionnement établies de longue date et d'adapter leurs opérations quotidiennes à la disparition brutale des combustibles fossiles russes bon marché. 

_"Tant les consommateurs que les producteurs ont fait de gros efforts pour faire face à la consommation",_a déclaré à Euronews Maria Demertzis, chargée de recherche à Bruegel, un groupe de réflexion basé à Bruxelles.

"Une observation très intéressante est que les industries ont réussi à réduire leur consommation de gaz sans une réduction correspondante de la production, car elles ont été très inventives dans le processus. C'est une excellente nouvelle pour la résilience et la capacité d'adaptation de notre industrie."

"Je serais en fait optimiste quant aux perspectives", a ajouté Maria Demertzis. 

L'effort gargantuesque n'a certainement pas été bon marché : Bruegel estime que, depuis septembre 2021, les pays européens ont affecté plus de 705 milliards d'euros pour protéger les citoyens vulnérables et les entreprises en difficulté de l'impact le plus cruel de la crise énergétique.

"Les décaissements continus d'aides directes et de subventions ont mis les caisses publiques à rude épreuve, mais ont fini par porter leurs fruits", a indiqué Peter Vanden Houte, économiste en chef d'ING pour la zone euro.

"Nous avons vu la confiance augmenter quelque peu au cours des deux derniers mois, ce qui signifie que la consommation devrait rester un peu plus résistante. Cela dit, tout n'est pas rose non plus", a affirmé Peter Vanden Houte à Euronews. 

_"Les entreprises manufacturières et les détaillants sont assis sur un énorme stock de marchandises invendues et cela pourrait peser sur la production. En plus de cela, les fortes hausses des taux d'intérêt sont susceptibles de provoquer un ralentissement de l'immobilier et du secteur de la construction dans le courant de l'année._Néanmoins, la zone euro va "probablement" échapper à deux trimestres consécutifs de contraction économique - la définition classique d'une récession - et entrera plutôt dans une période de croissance modérée", a ajouté l'économiste en chef d'ING pour la zone euro.

Une révision à la hausse similaire a récemment été effectuée par Goldman Sachs, qui a ouvert son rapport de janvier par la question "L'économie de la zone euro va-t-elle entrer en récession ?" Et a clairement répondu : "Non, nous avons revu nos prévisions à la hausse et ne nous attendons plus à une récession technique".

L'équipe de Goldman Sachs a énuméré trois raisons principales pour étayer ses nouvelles prévisions : les données "étonnamment résilientes" du secteur industriel européen, la forte baisse des prix du gaz et la réouverture de l'économie chinoise après des mois de blocage draconien.

En conséquence, la banque d'investissement prévoit désormais des taux d'expansion de 0,1 % pour le premier et le deuxième trimestre de 2023, contre respectivement -0,4 % et -0,1 % dans les prévisions précédentes, pour aboutir à un chiffre de 0,6 % à la fin de l'année.

"Nous nous attendons donc à une période de faiblesse de la croissance plutôt qu'à une récession au cours des mois d'hiver, même si la probabilité d'une récession technique reste élevée, à 40 %, au cours de l'année prochaine", a annoncé Goldman Sachs dans une note aux investisseurs, obtenue par Euronews. 

Le rapport souligne toutefois que la croissance entre les 20 pays qui utilisent l'euro comme monnaie varierait considérablement, l'Allemagne et l'Italie, deux États fortement dépendants des combustibles fossiles russes, restant "au bord de la récession".

Des vents contraires bien ancrés

La chute des prix du gaz célébrée par les économistes et les analystes a donné lieu à une autre question vitale: l'inflation dans la zone euro, a-t-elle finalement atteint un pic ?

Les derniers chiffres publiés par Eurostat semblent indiquer que oui : l'inflation dans la zone euro est tombée d'un sommet sans précédent de 10,6 % en octobre à 9,2 % en décembre.

Le retour à un taux à un chiffre en a surpris plus d'un et a alimenté la vague d'optimisme, même si l'inflation de base, qui exclut les prix volatils de l'énergie et des denrées alimentaires, reste obstinément élevée.

D'autres signes encourageants ont continué d'affluer : les données rapides publiées ce mois-ci par la Commission européenne ont montré que la confiance des consommateurs de la zone euro a commencé à se rétablir après avoir atteint un niveau historiquement bas de -28,7 % à la fin de l'été, lorsque les prix du gaz au TTF ont battu des records historiques et que les décideurs politiques se sont mis en mode panique.

La confiance des consommateurs s'établit désormais à -20,9 %, un chiffre toujours abyssal, mais le meilleur depuis février.

"Le rebond du sentiment des consommateurs au cours des derniers mois indique une stabilisation de la baisse des ventes au détail", a déclaré Ken Wattret, vice-président de l'analyse et des perspectives chez S&P Global Market Intelligence, dans un courriel adressé à Euronews.

Wattret a noté que la balance commerciale de la zone euro, qui est passée d'un excédent à un déficit en 2021 alors que les importations d'énergie devenaient de plus en plus coûteuses, continue de se réduire en faveur du bloc, atteignant un déficit de 11,7 milliards d'euros en novembre, le chiffre le plus bas enregistré depuis février.

Le chômage, autre indicateur à surveiller, reste stable et inférieur au seuil de 7 %, ce qui laisse penser que le scénario redouté d'entreprises obligées de licencier des milliers de travailleurs pour joindre les deux bouts ne s'est pas réalisé - ou du moins pas encore.

"Bien qu'elle fasse l'objet de nombreuses conjectures à l'heure actuelle, la question de savoir si la zone euro enregistre de légères baisses ou de légères hausses du PIB réel est, à notre avis, plutôt secondaire", a déclaré M. Wattret. "L'essentiel est que le risque d'une grave récession, avec ses effets d'entraînement potentiels sur le chômage, le secteur financier, le prix des actifs, etc, s'est nettement éloigné depuis l'automne 2022."

Oliver Rakau, économiste allemand en chef chez Oxford Economics, a admis qu'au cours des dernières semaines, "les bonnes nouvelles l'ont clairement emporté sur les mauvaises", mais a adopté une approche plus prudente lorsqu'on lui a demandé si la zone euro était sortie d'affaire, soulevant des inquiétudes quant à la compétitivité à long terme du bloc.

"Les prix de l'énergie resteront toujours bien plus élevés que dans d'autres régions du monde qu'avant la guerre en Ukraine et de nombreuses entreprises auront couvert au moins une partie de leurs besoins énergétiques pour cette année aux niveaux élevés de l'année dernière", a affirmé Oliver Rakau à Euronews.

"Ainsi, les entreprises à forte intensité énergétique devront encore juger si une présence continue en Europe est tenable."

Selon Oliver Rakau, les difficultés économiques de la zone euro doivent être perçues à travers le prisme plus large d'un ralentissement économique mondial et d'une demande léthargique, que la baisse des prix de l'énergie "ne contribue guère à soutenir".

"En outre", a-t-il ajouté, "les citoyens et les entreprises n'ont pas encore pleinement ressenti l'onde de choc des hausses agressives des taux d'intérêt décidées par la Banque centrale européenne."

La BCE s'est lancée dans une mission "tout ce qu'il faut" pour maîtriser l'inflation et devrait augmenter ses taux de 50 points de base en février et en mars.

"Si nous avons adouci le ralentissement que nous attendons et pensons que la balance des risques est devenue plus équilibrée, nous ne sommes pas encore convaincus que la zone euro évitera une récession (technique)", a signalé l'économiste allemand.

"Plusieurs des vents contraires semblent trop ancrés pour être renversés rapidement".

Journaliste • Laura Vandormael