La deuxième vie de l'emblématique Glacière d'Étel, en Bretagne

En partenariat avec The European Commission
La deuxième vie de l'emblématique Glacière d'Étel, en Bretagne
Tous droits réservés euronews
Par Galina PolonskayaEuronews
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La glacière produisait dans les années 1950 de glace pour la conservation des poissons du port local. Elle a été rachetée et rénovée par la municipalité.

Étel, en Bretagne, voit son héritage historique revivre. Symbole de la ville, la Glacière d'Étel a été restaurée afin de réunir patrimoine culturel et avenir de l'énergie verte.

"Nous avons voulu conserver l’aspect historique de la glacière, les doubles voûtes, le balcon qui avait son importance car il permettait de charger la glace. Tous les accès, toutes les portes sont restées", explique Étienne Pigeon, adjoint au maire d'Étel.

Construite en 1946, La glacière produisait de la glace pour la conservation des poissons du port local. Le bâtiment a ensuite été laissé à l’abandon. La municipalité l'a alors racheté pour le restaurer.

"C’est la dernière glacière du Morbihan, et même de Bretagne, poursuit Étienne Pigeon. Jusque dans les années 1950, 250 bateaux à voile partaient à la pêche, essentiellement à la pêche au thon. Et ce thon, il fallait évidemment le conserver, il fallait de la glace. Donc sans ce bâtiment, il n’y avait de pèche. L’objectif premier du projet, c’est déjà d’accueillir du public. Les gens se sont attachés au bâtiment, ils le connaissent, ils viennent de tout le département pour le voir".

Euronews
Étienne Pigeon, adjoint au maire d'Étel, devant une photo d'archives de la Glacière d'Étel.Euronews

La Glacière d'Étel accueille déjà des expositions, dont celle consacrée aux énergies marines en Bretagne. L'utilisation de l'énergie verte est l'élément clé de la rénovation.

Différentes technologies sont mises en œuvre. Une turbine marémotrice et une pompe à chaleur apporteront bientôt au bâtiment l'énergie de la mer.

“On va utiliser en priorité toutes les sources d’énergie que l’on peut trouver à proximité. A commencer par la mer, explique Aurelien Bertin, consultant au cabinet VALOEN. On va utiliser la capacité du courant à faire tourner l’hélice de l’hydrolienne pour produire de l’électricité. Grâce à sa température relativement constante sur l’année, l’eau de mer va aussi être utilisée par une pompe à chaleur, qui va récupérer l’énergie calorifique pour chauffer le bâtiment."

Pour bénéficier de l'énergie solaire, le toit incurvé est recouvert de panneaux biodégradables et flexibles conçus à Nantes. Le surplus d'énergie verte sera partagé avec les bâtiments municipaux.

Euronews
Budget de la rénovation de la Glacière d'Étel.Euronews

La poissonnerie des Viviers du Pradic et les étangs à poissons nous ramènent à l'époque où la glacière tournait à plein régime. Le site est en train de revivre.

"Étel, c’était il y a une cinquantaine d’années le symbole une ville qui a une histoire liée au poisson. Et il était important pour moi de me retrouver dans un lieu qui a une histoire et d’en écrire une nouvelle page à ma manière", affirme Jean-Charles Rimbault, responsable de la poissonnerie.

L'inauguration de la Glacière d'Étel, destinée à devenir l’une des portes d'entrée de la région, est prévue pour 2025.

Partager cet article