EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Tensions entre l’Ukraine et la Pologne sur les livraisons d'armes

Le président ukrainien, Volodymry Zelensky, et le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki (de gauche à droite)
Le président ukrainien, Volodymry Zelensky, et le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki (de gauche à droite) Tous droits réservés Michal Dyjuk/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Michal Dyjuk/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Christopher Pitchers
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Varsovie annonce son intention de suspendre ses livraisons d’armes à Kyiv en réponse aux difficultés provoquées par les importations de céréales ukrainiennes en Europe. Malgré ces tensions, la Commission européenne assure que le soutien de l’UE à l’Ukraine est indéfectible.

PUBLICITÉ

Alliée fidèle de l'Ukraine dans sa guerre contre la Russie, la Pologne semble en passe de devenir un contradicteur depuis l'annonce par Varsovie de ne plus envoyer d'armes à Kyiv. 

La question des importations des céréales ukrainiennes en Europe se transforme en querelle profonde et secoue la solidarité européenne dans son soutien au gouvernement ukrainien. Malgré les difficultés, la Commission européenne assure qui rien n'a changé.

"La position de l'UE est un soutien inébranlable, ferme et inchangé à l'Ukraine aussi longtemps qu'il le faudra dans tous les domaines où nous pouvons soutenir l'Ukraine, y compris l'assistance militaire", insiste Peter Stano, porte-parole de la Commission.

L’institution a décidé la semaine dernière de ne pas prolonger l'autorisation temporaire d'interdire les importations de céréales ukrainiennes, malgré les demandes pressantes de Varsovie. Ce choix a laissé un goût amer auprès du gouvernement polonais qui espérait faire entendre ses arguments à Bruxelles.

Mais au Parlement européen, certains élus jugent que cette rancœur n'est pas suffisante pour justifier cette décision polonaise.

"La Commission a une tâche difficile. Nous devons garantir la capacité de l'Ukraine à survivre à cette guerre, y compris sur le plan économique. Nous devons garantir des voies d'acheminement sûres, d'une part, nous devons assurer l'acheminement des ressources et de la nourriture vers le monde et, d'autre part, nous devons répondre aux préoccupations des Polonais. Je pense que la Commission a eu raison de donner la priorité à notre capacité d'aider l'Ukraine d'abord, puis de chercher des moyens de soutenir et de répondre aux problèmes de la Pologne", explique Sergey Lagodinsky (les Verts).

Depuis, la Pologne a clarifié son annonce. Elle assure qu'elle va honorer les livraisons d'armes promises. Mais certains se demandent si Varsovie compte vraiment mettre sa menace à exécution.

"Cela n'arrivera pas. La Pologne sait très bien ce qui est en jeu. La Pologne sait qu'il est dans l'intérêt direct de la Pologne et de l'Europe que l'Ukraine obtienne tout ce dont elle a besoin, y compris en ce qui concerne les armes", assure l’eurodéputé libéral Urmas Paet.

Que la Pologne suspende ou non ses livraisons, certains experts estiment que le mal est déjà fait, et qu'il faudra des années pour réparer les relations entre Kyiv et Varsovie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Immersion avec des soldats ukrainiens, les jours précédant la libération d'Andriivka

Ukraine : Joe Biden rassure Volodymyr Zelensky, le soutien de Washington va continuer

Les agriculteurs polonais craignent le retour des céréales ukrainiennes sur leur marché