Les agriculteurs polonais craignent le retour des céréales ukrainiennes sur leur marché

Un tracteur dans la campagne
Un tracteur dans la campagne Tous droits réservés Euronews
Par Magdalena Chodownik
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le 15 septembre, l'Union européenne permettra l'entrée des céréales ukrainiennes sur le marché polonais, au grand dam des agriculteurs polonais.

PUBLICITÉ

Le 15 septembre, l'Union européenne permettra l'entrée des céréales ukrainiennes sur le marché polonais, au grand dam des agriculteurs polonais.

"Aujourd'hui, on se bat pour savoir si l'embargo sur les céréales ukrainiennes sera levé le 15 septembre, explique Andrzej Sobolewski, agriculteur. Ils peuvent dire ce qu'ils veulent, la Commission européenne et nos gouvernements, nous savons que les céréales ukrainiennes continuent d'arriver. La différence pour une tonne de blé est de 44 à 65 euros par tonne. Il reste tout simplement trop de céréales ukrainiennes en Pologne, et notre situation financière est donc mauvaise."

 Cependant, le parti au pouvoir affirme qu'il ne permettra pas aux céréales ukrainiennes d'entrer sur le marché polonais avant la fin de l'année, même si cela signifie s'opposer à Bruxelles.

"Heureusement, ce n'est pas un problème pour les agriculteurs polonais, c'est un problème dans les relations entre l'Etat polonais et la Commission européenne, explique Ryszard Czarnecki, du parti Droit et Justice, et député européen. Les agriculteurs polonais ne sont menacés par rien, car si l'UE n'introduit pas cette extension de l'interdiction, c'est l'État polonais qui le fera."

La capacité des ports insuffisante ?

 La Pologne fait actuellement transiter des céréales ukrainiennes, mais les agriculteurs affirment que la capacité des ports n'est pas suffisante pour exporter correctement et en temps voulu les céréales polonaises et ukrainiennes, affirmant que les céréales sont en souffrance et attendent d'être chargées sur les navires. Ce que démentent les représentants du port de Gdansk : 

"En temps voulu, explique Kamil Tarczewski, vice-président pour l'infrastructure du port de Gdansk, nous avons commencé à préparer et à améliorer notre infrastructure. Nous avons préparé des espaces supplémentaires pour accueillir les véhicules, de sorte que le trafic routier et ferroviaire se déroulera sans problème dans le port. Les opérateurs déclarent qu'ils disposent encore d'une réserve de 300 000 tonnes par mois."

 Après des années difficiles, les agriculteurs ne croient plus aux promesses, craignant qu'elles cessent immédiatement après les élections en Pologne le 15 octobre de cette année.

"Parce que les dirigeants  nous font des promesses avant les élections, nous, les agriculteurs, nous considérons cette année comme une année de miracles  : ils peuvent nous promettre tout, et pour tout ils peuvent nous donner des subventions, se plaint l'agriculteur Andrzej Sobolewski. Mais nous ne voulons pas de cela. Nous ne voulons pas de centralisation et de manipulation des prix et de l'alimentation. "

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tensions entre l’Ukraine et la Pologne sur les livraisons d'armes

Les agriculteurs bulgares font pression pour interdire les importations de céréales ukrainiennes

Les élections locales polonaises, test ultime avant les élections européennes