"De la ferme à la table" : plus de la moitié des promesses de la stratégie alimentaire non tenues

La stratégie "de la ferme à la table" vise à rendre l'alimentation européenne plus durable en transformant la production, la distribution et la consommation.
La stratégie "de la ferme à la table" vise à rendre l'alimentation européenne plus durable en transformant la production, la distribution et la consommation. Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Mared Gwyn JonesYolaine de Kerchove
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Des retards répétés et une réaction négative de la part des agriculteurs à l'égard de la politique verte ont jeté le doute sur la stratégie européenne "De la ferme à la table".

PUBLICITÉ

En 2020, la Commission européenne a dévoilé sa stratégie alimentaire "De la ferme à la table". Pourtant, plus de la moitié de ses promesses n'ont pas encore été tenues, selon une analyse d'Euronews.

Cette stratégie est censée être un élément phare de l'accord vert de l'UE axé sur l'environnement, mais elle a récemment fait l'objet d'un retour de flamme de la part d'agriculteurs protestataires.

Sur les 31 actions promises dans le cadre de la stratégie "De la ferme à la table", 15 n'ont pas vu le jour, et l'une d'entre elles, une proposition controversée sur les pesticides, a même été retirée par la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

La stratégie visait à rendre l'alimentation européenne plus durable, en transformant la production, la distribution et la consommation. En réalité, seuls les éléments relatifs à l'agriculture - le côté "exploitation" - ont été avancés sans ambiguïté.

Un plan d'action initial de 27 initiatives proposé en mai 2020 et devant être mis en œuvre avant la fin du mandat de la Commission actuelle a depuis gonflé à 31 au fur et à mesure que les éléments se développaient et se divisaient.

Alors qu'un calendrier publié par la Commission indique que presque toutes les initiatives sont terminées, dans de nombreux cas, l'exécutif de l'UE n'a fait que travailler sur une évaluation d'impact - un document analytique présentant les avantages et les inconvénients des différentes options politiques.

Plus des deux tiers de la stratégie resteront probablement inachevés avant l'entrée en fonction de la nouvelle Commission en novembre, la législation étant toujours en cours de discussion par les législateurs.

L'entrée n'est pas arrivée

Si les éléments de la stratégie "De la ferme à la table" constituaient un repas, nombre d'entre eux ne figureraient pas encore dans le plat d'entrée.

L'absence de la loi sur les systèmes alimentaires durables, censée être l'épine dorsale de toute la stratégie, est remarquable.

Elle figurait en tête de la liste des actions de la Commission, mais après des retards répétés, elle a été repoussée à une date indéterminée.

Des propositions européennes visant à réduire de moitié l'utilisation des pesticides ont été présentées en 2022, mais Mme von der Leyen a récemment annoncé qu'elle les abandonnerait. Les lois sur le bien-être des animaux d'élevage, soutenues par 1,4 million de signatures dans une série de pétitions récentes, manquent également à l'appel.

Un projet visant à introduire des étiquettes axées sur la santé sur la face avant des emballages alimentaires a également été reporté après une massive opposition menée en Italie. D'autres initiatives en matière d'étiquetage - sur la durabilité, l'indication d'origine et le marquage de la date - ont connu le même sort.

Rien ne semble être prévu pour stimuler la demande d'aliments durables, via les écoles, les marchés publics et les promotions.

Un porte-parole de la Commission a déclaré à Euronews qu'elle avait tenu sa promesse de reformuler les aliments transformés et de fixer des niveaux maximums pour certains nutriments, citant un code de conduite volontaire récemment convenu pour les transformateurs alimentaires, les opérateurs de services et les détaillants, qui est entré en vigueur en juillet 2021.

Cependant, le plan 2020 les décrit comme deux initiatives avec des calendriers différents. Une analyse d'Euronews du texte final de 30 pages du Code ne fait aucune mention des teneurs maximales en nutriments, tandis que le concept de reformulation n'est cité qu'une seule fois.

Toujours en cours d'examen

Sept autres initiatives que la Commission s'est engagée à mettre en œuvre en 2020 ont été publiées, mais n'ont pas encore fait l'objet d'un accord.

On peut dire que la Commission a fait son travail dans ce domaine, même si les gouvernements de l'UE et le Parlement européen doivent encore donner leur accord final avant que ces initiatives n'aient force de loi.

Seules deux d'entre elles - les normes de commercialisation des produits du petit-déjeuner et les règles de diligence raisonnable des entreprises - devraient être approuvées avant la fin du mandat, même si ce dernier point semble remis en question par les hésitations de dernière minute de l'Allemagne et de l'Italie.

PUBLICITÉ

Les nouvelles règles relatives à la certification de l'absorption du carbone dans les exploitations agricoles sont également très avancées. Un accord entre les législateurs et les gouvernements devrait être conclu avant avril, mais pas à temps pour être finalisé avant les élections de juin.

Les législateurs se sont mis d'accord sur leur position, mais les États membres réunis au sein du Conseil de l'UE ne l'ont pas encore fait. Trois autres propositions n'en sont pas encore là.

Café et biscuits

La stratégie a connu quelques succès. Huit initiatives finalisées concernent la politique agricole, soit un taux de réalisation de 72,7 % pour le volet "agriculture".

Dans certains cas, comme les recommandations adressées à chaque État membre sur les plans stratégiques de la politique agricole commune et les propositions sur les données relatives à la durabilité des exploitations, ces initiatives complètent d'autres lois importantes.

La Commission a également présenté des réformes concernant les statistiques sur les pesticides et les règles de commercialisation des biopesticides, même si elles étaient censées être accompagnées d'une réforme plus large qui semble à présent abandonnée.

PUBLICITÉ

Dans d'autres domaines, des avancées majeures ont été réalisées, comme les plans d'urgence en matière d'approvisionnement alimentaire qui répondent aux préoccupations de sécurité liées au Covid. En décembre dernier, la Commission a adopté de nouvelles lignes directrices anti monopoles sur les accords de durabilité agricole.

L'exécutif européen se félicite également de succès atteints dans certains domaines de la stratégie. La réforme de l'organisation du marché commun et un forum annuel sur les meilleures pratiques en matière de chaînes d'approvisionnement ont permis de respecter l'engagement d'améliorer la transparence, a déclaré un porte-parole.

Un statut incertain

Pourtant, les récents développements soulèvent des doutes sur le statut de la stratégie 2020, et les fonctionnaires de la Commission ont commencé à devenir plus évasifs sur son avenir.

"Les objectifs politiques de La ferme à la table restent valables", a déclaré un porte-parole de la Commission à Euronews, ajoutant que les modalités précises, les calendriers et les processus législatifs permettant de les atteindre font l'objet d'un examen constant.

Alors que les agriculteurs en lutte descendaient dans la rue en janvier, Mme von der Leyen a promis d'ouvrir ce qu'elle a appelé un dialogue stratégique sur l'avenir de l'agriculture.

PUBLICITÉ

Cela semble avoir été conçu pour remplacer conceptuellement "De la ferme à la table", et Mme von der Leyen n'a pas fait référence au plan 2020  depuis lors.

Un porte-parole de la Commission a déclaré que le dialogue stratégique "n'est pas un exercice de marketing" et qu'"il n'est pas nécessaire de mentionner toutes les initiatives que la Commission a prises auparavant".

Selon un autre fonctionnaire de l'UE, qui a requis l'anonymat, les initiatives "de la ferme à la table" "font désormais partie intégrante du cadre politique dans lequel se déroule le dialogue stratégique", et le nouveau plan reprend et maintient "l'approche générale" du précédent.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tout ce qu'il faut savoir sur la production agricole dans l'Union européenne

Les eurodéputés demandent de repenser la Politique agricole commune

Une ferme aquaponique sur un toit : "Un modèle qui fonctionne"