Ursula von der Leyen, candidate principale du PPE pour les élections européennes

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se rend sur le lieu du congrès du PPE à Bucarest, en Roumanie, mercredi 6 mars 2024.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se rend sur le lieu du congrès du PPE à Bucarest, en Roumanie, mercredi 6 mars 2024. Tous droits réservés Vadim Ghirda/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Vadim Ghirda/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Mared Gwyn Jones in Bucharest
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le Parti populaire européen (PPE) a confirmé jeudi qu'Ursula von der Leyen était sa candidate principale pour les élections européennes de juin, ouvrant ainsi la voie à son second mandat à la tête de la Commission européenne.

PUBLICITÉ

"Nous sommes le parti du peuple et nous agissons sur ce qui préoccupe les gens", a déclaré Mme Von der Leyen alors qu'elle cherchait à obtenir le soutien du PPE lors de son congrès à Bucarest.

"La prospérité. La sécurité. La démocratie. C'est ce qui préoccupe les gens en ces temps difficiles".

Sa candidature à la réélection a été approuvée lors d'un vote secret de quelque 800 délégués, législateurs et dirigeants du PPE, dont le Premier ministre polonais Donald Tusk et le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, alors que le parti se réunissait dans la capitale roumaine pour se préparer à l'élection cruciale du mois de juin.

Le groupe est largement en tête dans les sondages et devrait rester la plus grande faction du Parlement européen, ce qui fait de Mme von der Leyen la grande favorite pour décrocher le poste de présidente de la Commission européenne.

Dans un discours prononcé plus tôt dans la journée de jeudi, elle a promis la paix, la prospérité et la sécurité aux Européens, s'engageant à continuer à soutenir fermement l'Ukraine, à renforcer la compétitivité économique de l'Europe, à sauvegarder l'État de droit et à sévir contre l'immigration clandestine.

"C'est nous, Européens, qui décidons qui vient en Europe et dans quelles circonstances", a-t-elle déclaré. Le manifeste de son parti , dévoilé mercredi, comprend un projet controversé d'externalisation des demandes d'asile vers des pays tiers, basé sur le "modèle rwandais" du Royaume-Uni.

Elle a également rendu un hommage particulier aux agriculteurs européens, qui ont dénoncé la bureaucratie de Bruxelles lors des manifestations organisées dans les pays de l'UE ces derniers mois, et a déclaré que son parti résisterait à la menace croissante des extrêmes politiques.

S'adressant à Euronews mercredi, le président du PPE, Manfred Weber, a assuré que Mme von der Leyen était une "dirigeante ferme", et plusieurs délégués allemands ont affirmé que ses antécédents montraient qu'elle était la femme idéale pour ce poste.

Mais elle ne suscite pas le même enthousiasme dans toutes les délégations nationales de son groupe.

Le président du parti français Les Républicains, Eric Ciotti, a adressé mercredi à Mme Weber une lettre au ton sévère , accusant Mme von der Leyen d'incarner une "dérive technocratique" qui a éloigné l'Union européenne des Européens qu'elle prétend servir. Le parti n'a envoyé aucun dirigeant de Paris au congrès de Bucarest.

Elle s'est également attiré les foudres de deux des trois partis conservateurs slovènes de son groupe, qui ont invoqué la faiblesse de son leadership et la diminution de ses références vertes.

Mme Von der Leyen s'est forgé une solide réputation en Europe et ailleurs pour avoir été le fer de lance de la réponse de l'Union européenne à la pandémie de grippe aviaire, à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, à la crise énergétique qui s'en est suivie et à l'aggravation de la situation d'urgence climatique, en figurant deux fois sur la liste des personnalités les plus influentes établie par Forbes au cours de son mandat de cinq ans.

Mais on la voit rarement sur le terrain à Bruxelles ou dans d'autres capitales de l'UE, et elle s'est attirée des critiques pour s'être isolée au Berlaymont, le siège de la Commission à Bruxelles.

Elle a également suscité la controverse en revenant récemment sur son soutien inconditionnel à des législations ambitieuses en matière d'environnement et en se montrant réticente à interpeller Israël pour les pertes excessives de vies civiles à Gaza.

Course à un cheval

Son principal rival, le socialiste Nicolas Schmit, dont le parti arrive en deuxième position dans les sondages, a été décrit comme un "bon soldat envoyé à la guerre" et est pratiquement assuré de perdre la course. Ils s'affronteront dans le cadre du processus de "Spitzenkandidaten", qui permet aux principaux groupes politiques européens de désigner un candidat pour diriger la Commission européenne, le puissant organe exécutif de l'Union.

Mme Von der Leyen a été choisie de manière inattendue pour ce poste en 2019, après que le président français Emmanuel Macron l'a désignée comme candidate appropriée, bien qu'elle ne se soit pas présentée en tant que "Spitzenkandidaten". Cette décision a jeté le doute sur la crédibilité du processus, qui a été à maintes reprises contourné par les dirigeants de l'UE.

Elle devra obtenir le soutien des 27 dirigeants de l'UE et du Parlement européen nouvellement élu pour obtenir le poste. Plusieurs délégués du PPE ont affirmé que cette procédure ne serait qu'une simple "formalité" et qu'elle accèderait sans contestation à la fonction suprême.

Ursula von der Leyen speaks to Moldova's President Maia Sandu before the start of the EPP Congress in Bucharest, Romania, Wednesday, March 6, 2024.
Ursula von der Leyen speaks to Moldova's President Maia Sandu before the start of the EPP Congress in Bucharest, Romania, Wednesday, March 6, 2024.Vadim Ghirda/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Si elle obtient le soutien des dirigeants de l'UE, Mme von der Leyen devra alors obtenir le feu vert de la majorité des membres du Parlement européen nouvellement élu. En 2019, elle a passé ce test avec une marge infime de neuf voix.

PUBLICITÉ

Mais à Bucarest, ses alliés politiques étaient convaincus que cette fois-ci serait différente.

Mme Von der Leyen peut compter sur les membres du groupe de droite des Conservateurs et réformistes européens (ECR), qui devrait gagner des sièges lors de la formation du nouveau parlement. Le groupe d'extrême droite Identité et Démocratie (ID), qui abrite notamment le Rassemblement national de Marine Le Pen et Alternative pour l'Allemagne, se situe également à droite.

"Notre Europe pacifique et unie est défiée comme jamais auparavant par les populistes, les nationalistes, les démagogues, qu'ils soient d'extrême droite ou d'extrême gauche", a déclaré Mme von der Leyen lors du congrès, ajoutant : "L'objectif est le même : ils veulent piétiner nos valeurs et détruire notre Europe, et nous, le PPE, ne laisserons jamais cela se produire".

À l'approche du scrutin de juin, Mme von der Leyen doit jongler avec les deux rôles de présidente de la Commission européenne et de candidate principale du PPE, en construisant un pare-feu entre ses deux équipes et ses deux campagnes afin de se conformer aux règles strictes en matière de campagne politique.

Nous allons mettre en place une "union de la défense"

Ursula Von der Leyen, ancienne ministre allemande de la défense, a également fait de la défense une priorité essentielle de son futur mandat potentiel.

PUBLICITÉ

Elle souhaite renforcer la capacité de l'Europe à faire face aux conflits grâce à des investissements plus harmonisés dans l'industrie de la défense et désigner un nouveau commissaire européen à la défense chargé de superviser la création d'un "marché unique de la défense".

"Nous devons donner un coup de fouet à notre industrie de défense. L'Europe doit dépenser plus, doit dépenser mieux et doit dépenser plus européen", a-t-elle déclaré.

"Le PPE est le parti qui s'est fait le champion d'une Europe capable de se défendre, et nous serons le parti qui mettra en place une Union de la défense".

Le manifeste du parti évoque également la perspective d'une dissuasion nucléaire européenne, dévoilée pour la première fois par le président français Emmanuel Macron.

Mais certains participants au congrès ont appelé l'Europe à aller plus loin, le ministre italien des affaires étrangères et vice-président du PPE, Antonio Tajani, ayant déclaré que l'UE devrait envisager d'avoir sa propre armée. "Faire un grand pas", a-t-il dit, permettrait au bloc de "jouer un rôle de porteur de paix au Moyen-Orient et en Afrique".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La politique d'Ursula von der Leyen : Trop à droite pour la gauche et trop à gauche pour la droite ?

Macédoine du Nord : une candidate de droite arrive en tête du scrutin

Une attaque russe contre l'OTAN se solderait par une défaite pour Moscou (Radek Sikorski)