PUBLICITÉ

L’idée de listes transnationales européennes reste à l’état de projet

Les têtes de liste du parti Volt pour les élections européennes :  Sophie in't Veld et Damian Boeselager
Les têtes de liste du parti Volt pour les élections européennes : Sophie in't Veld et Damian Boeselager Tous droits réservés Volt, Fomentini
Tous droits réservés Volt, Fomentini
Par Vincenzo Genovese
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Afin de faire des élections européennes de juin un véritable débat à l’échelle continentale, certains candidats souhaitent la mise en place de listes transnationales et ne pas limiter les électeurs à un choix national.

PUBLICITÉ

Des listes transnationales dans l'Union européenne restent encore un rêve, loin de devenir réalité. Lors du scrutin continental en juin, les électeurs des 27 Etats membres choisiront des candidats sur des listes nationales, or certains partis aimeraient changer cette donne.

"Je pense que de nombreux citoyens sont très enthousiastes à cette idée, mais elle a été bloquée par des politiciens nationaux qui n'étaient pas enthousiastes à l'idée que les citoyens puissent choisir eux-mêmes parmi les candidats européens. Mais je suis sûr que c'est l'avenir. Cela viendra. Si ce n'est pas en 2024, ce sera en 2029", assure l’eurodéputée Sophie in't Veld (Renew Europe).

Le Parlement européen a approuvé il y a deux ans la mise en place d'un collège transnational, avec l'élection d'un petit groupe de 28 eurodéputés de différentes nationalités, à partir du vote de tous les citoyens européens. Mais les Etats membres ont refusé.

Le parti Volt, qui défend le même programme dans 16 pays différents, met en place une liste transnationale symbolique, emmenée par les eurodéputés Sophie in't Veld et Damian Boeselager (les Verts) avec des candidats issus du continent. Mais sur les bulletins de vote lors du scrutin de juin des noms différents seront imprimés.

"La liste que nous formons ne pourra pas vraiment se présenter. Cependant, pour nous, il était très important de la présenter comme un symbole du type d'Europe que nous voulons voir. Et en fait, vous remarquerez que dans notre liste, nous prévoyons également des candidats d'Albanie, qui n'est pas un État membre, mais qui est candidate pour le devenir", précise Francesca Romana d’Antuono, co-présidente de Volt Europe.

Les listes transnationales sont présentées comme l'une des pistes pour créer un débat politique et une élection véritablement à l'échelle européenne et non pas l'addition de 27 scrutins différents.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Roumanie : une alliance de droite pour les élections européennes

Les Européens veulent une UE plus forte sur la scène mondiale, mais ce n'est pas la priorité absolue, selon un sondage

Selon un sondage exclusif d'Euronews, les Européens ont une opinion partagée à propos de l'impact de l'UE sur la pandémie de Covid-19