Selon un sondage exclusif d'Euronews, les Européens ont une opinion partagée à propos de l'impact de l'UE sur la pandémie de Covid-19

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, enlève son masque de protection alors qu'elle s'apprête à faire une déclaration au siège de l'UE à Bruxelles, le 20 juillet 2021.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, enlève son masque de protection alors qu'elle s'apprête à faire une déclaration au siège de l'UE à Bruxelles, le 20 juillet 2021. Tous droits réservés Stephanie Lecocq, Pool Photo via AP
Par Lauren Chadwick
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Dans un sondage exclusif commandé par Euronews, les Européens de 18 pays ont été interrogés sur leurs opinions concernant des questions clés avant les élections européennes de juin.

PUBLICITÉ

Selon un sondage exclusif Euronews-Ipsos, environ 40 % des Européens disent avoir une opinion positive de la réponse de l'UE à la pandémie de Covid-19.

Il existe toutefois de grandes différences entre les pays de l'UE : 74 % des Portugais ont une opinion positive de l'impact de l'Union sur la lutte contre la pandémie, contre seulement 24 % en République tchèque.

C'est en Roumanie, en Slovaquie et en Autriche que l'on trouve les opinions les plus négatives sur le rôle de l'Union européenne dans la crise sanitaire.

Dans l'ensemble, environ 32 % des Européens interrogés déclarent qu'ils n'ont pas d'opinion positive ou négative, tandis que 28 % ont une opinion négative.

Le sondage Ipsos commandé par Euronews a été réalisé dans 18 pays, en ligne et par téléphone, entre le 23 février et le 5 mars, soit environ trois mois avant les élections européennes de juin.

Il a été réalisé auprès de près de 26 000 participants en âge de voter.

Il a été demandé aux personnes interrogées si elles pensaient que l'UE avait eu, au fil des ans, un impact positif, négatif ou ni positif ni négatif sur la "lutte contre l'épidémie de Covid-19".

Qui est le plus enclin à considérer positivement la réponse de l'UE à l'épidémie de Covid-19 ?

Au Portugal, en Finlande, en Espagne, en Belgique et au Danemark, plus de la moitié des personnes interrogées ont une opinion plutôt positive de l'impact de l'UE sur la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Dans l'ensemble, s'il n'y a pas de grandes différences entre les opinions des hommes et des femmes, il y en a en revanche en fonction de l'âge.

Environ 47 % des personnes interrogées âgées de 65 ans et plus ont une opinion positive de la gestion de la pandémie par l'UE, contre 41 % des personnes âgées de 18 à 29 ans et 36 % des personnes âgées de 30 à 49 ans.

Alors que les personnes âgées de 65 ans et plus étaient davantage exposées au risque de Covid-19 grave, les personnes plus jeunes ont pu être plus affectées par les restrictions de circulation imposées par les différents pays.

Plus de la moitié des personnes interrogées qui avaient l'intention de voter pour des partis appartenant aux groupes des Verts, des sociaux-démocrates et des partisans de l'Union européenne étaient également satisfaites des efforts déployés par l'UE au cours de l'épidémie.

En Grèce, en Italie, en Suède, en Bulgarie, en Allemagne, en France, en Pologne et aux Pays-Bas, les personnes interrogées ont une opinion plus positive que négative de l'impact de l'UE sur la lutte contre le Covid-19.

Au moment de la pandémie, l'UE a mis en place un plan de relance massif de 800 milliards d'euros, reposant en partie sur des emprunts conjoints, afin d'aider les économies à sortir de la crise.

Elle a également acheté conjointement des vaccins contre le virus, garantissant jusqu'à 4,6 milliards de doses de vaccin d'une valeur de 71 milliards d'euros fin de 2021, selon un rapport de la Cour des comptes européenne.

Alors que le déploiement des vaccins a été initialement critiqué comme étant plus lent que celui des États-Unis et du Royaume-Uni, le rapport constate que la Commission européenne a "un pouvoir limité pour surmonter les difficultés d'approvisionnement".

L'Union européenne a fini par atteindre son objectif de vacciner 70 % des adultes en juillet 2021. Le Portugal, où les personnes interrogées ont l'opinion la plus positive sur l'impact de l'UE, avait notamment le taux de vaccination le plus élevé au monde à la fin de cette année-là.

Qui est le plus susceptible d'avoir une opinion négative de l'impact de l'UE sur le Covid-19 ?

Le sondage révèle que les Européens de cinq pays ont une opinion plus négative que positive de la gestion de la pandémie par l'UE.

PUBLICITÉ

Mais dans tous les pays, le pourcentage de personnes interrogées ayant une opinion négative est inférieur à la moitié des personnes interrogées.

Quelque 42 % des personnes interrogées en Roumanie considèrent l'impact de l'UE comme négatif, tandis que 41 % des Slovaques et 40 % des Autrichiens sont de cet avis.

Environ 38 % des personnes interrogées en Hongrie ont une opinion négative de l'impact de l'UE sur la lutte contre le Covid-19, tandis que 36 % des personnes interrogées en République tchèque sont de cet avis.

Le sondage Euronews-Ipsos indique que ceux qui ont l'intention de voter pour les partis populistes et eurosceptiques du groupe Identité et Démocratie (ID) au Parlement européen ont une opinion plus négative de la réponse de l'UE à la pandémie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Union européenne a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

Les vaccins COVID auraient sauvé au moins 1,4 million de vies en Europe, selon l'OMS

Pourquoi les pays nordiques sont-ils les plus heureux et que pouvons-nous apprendre d'eux ?