EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La Hongrie mise sur les systèmes de chauffage géothermiques

En partenariat avec The European Commission
La Hongrie mise sur les systèmes de chauffage géothermiques
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Selene Verri
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La ville hongroise de Szeged, à 160 kilomètres au sud de Budapest, a mis en place un projet innovant pour convertir son système de chauffage public à l'énergie géothermique.

La troisième ville de Hongrie, Szeged, possède désormais le plus grand système de production d'énergie géothermique de l'Union européenne

Dans un pays traditionnellement très dépendant des importations de gaz russe, ce projet s'inscrit à la fois dans la transition européenne vers les énergies renouvelables et dans la volonté des États membres de l'UE d'une plus grande indépendance énergétique.

Une démarche innovante

Dans le cadre de ce projet, la municipalité de Szeged a reconverti son ancien système au gaz, qui datait du début des années 1980, pour qu'il utilise l'énergie géothermique.

"L'air de Szeged est assez mauvais en hiver, et le plus gros émetteur de CO2 de la ville est le système de chauffage urbain", déclare Tamas Medgyes, chef des opérations à la Compagnie de chauffage urbain locale, à l'origine du projet.

"Cette entreprise fonctionne au gaz naturel depuis 40 ans. Au cours des deux ou trois dernières années, nous avons remplacé ce système au gaz par un système géothermique"

D'après l'organisation Geothermal GHC, "ce projet permettra de remplacer près de 20 millions de m3 de gaz naturel par 600 000 GJ d'énergie géothermique par an, ce qui réduira les émissions de gaz à effet de serre de Szeged de 35 000 tonnes par an".

Avec son réseau de 27 puits, 16 centrales de chauffage et 250 kilomètres de tuyaux de distribution, le nouveau système exploite l'abondante énergie thermique disponible dans le sous-sol de la ville pour la transformer en air chaud.

Ce système - qui a coûté environ 70 millions d'euros, dont 23 provenant de la politique européenne de cohésion - fournit de la chaleur et de l'eau chaude à plus de 27 000 ménages et à plus de 400 bâtiments publics, soit environ la moitié de la ville de Szeged.

Une transition aisément reproductible dans d'autres pays

"L'eau géothermique est une réserve d'eau souterraine chauffée par la Terre, qui absorbe donc la chaleur de la zone géologique", explique Tamas Ezsias, chef de projet à Medwater. "Lorsque nous la retirons de sa zone d'origine, nous pouvons l'utiliser de diverses manières".

Des forages sont donc nécessaires pour accéder aux réserves géothermiques souterraines, mais la conversion du système de chauffage de la ville est passée relativement inaperçue pour les habitants de Szeged.

"Ni l'appartement ni la copropriété n'ont nécessité de travaux de rénovation. Le représentant de la copropriété nous a prévenu qu'un forage allait avoir lieu, mais nous n'avons rien remarqué", affirme Gabriella Maarne, une habitante de la ville. 

Selon les experts, le "modèle de Szeged" peut être reproduit dans de nombreuses autres villes, car environ 25 % de la population de l'UE vit dans des régions disposant de ressources géothermiques suffisantes.

Ce projet pourrait également permettre à la Hongrie et à l'Union européenne de diversifier leurs sources d'énergie et de réduire leur dépendance à l'égard des importations de gaz russe.

Journaliste • Vincent Reynier

Partager cet article