Energies renouvelables : quels sont les bons et les mauvais élèves de l'UE ?

Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, a constaté que la part des sources renouvelables dans la consommation brute d'énergie au niveau de l'UE atteindrait 23 % en 2022\.
Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, a constaté que la part des sources renouvelables dans la consommation brute d'énergie au niveau de l'UE atteindrait 23 % en 2022\. Tous droits réservés Nicholas Doherty
Par Rebecca Ann Hughes
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'UE a augmenté son objectif en matière d'énergies renouvelables pour 2030.

PUBLICITÉ

La quantité d'énergie renouvelable utilisée par les pays de l'UE est en augmentation, selon un rapport récent.

Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, a constaté que la part des sources renouvelables dans la consommation brute d'énergie au niveau de l'UE a atteint 23 % en 2022.

Ce chiffre est en hausse par rapport à 2021, où la part des énergies renouvelables s'élevait à 21,9 %.

Voici comment se comparent les différents pays européens.

Quel pays de l'UE utilise le plus d'énergies renouvelables ?

Les sources d'énergie renouvelables comprennent l'énergie éolienne, l'énergie solaire (thermique, photovoltaïque et concentrée), l'énergie hydraulique, l'énergie marémotrice, l'énergie géothermique, la chaleur ambiante captée par des pompes à chaleur, les biocarburants et la partie renouvelable des déchets.

Selon le rapport d'Eurostat, la Suède est le pays de l'UE qui a utilisé le plus d'énergie renouvelable en 2022.

Près des deux tiers de sa consommation finale brute d'énergie provenaient de sources renouvelables. La Suède s'est principalement appuyée sur l'hydroélectricité, l'énergie éolienne, les biocarburants solides et liquides, ainsi que les pompes à chaleur.

La Finlande arrive en deuxième position, avec 47,9 % de son énergie provenant de sources renouvelables. Le pays nordique s'est également appuyé sur l'hydroélectricité, l'énergie éolienne et les biocarburants solides.

La Lettonie suit avec 43,3 %, principalement grâce à l'hydroélectricité. Le Danemark (41,6 %) et l'Estonie (38,5 %) tirent la plupart de leurs énergies renouvelables de l'énergie éolienne et des biocarburants solides.

Le Portugal (34,7 %) s'appuie sur les biocarburants solides, l'énergie éolienne, l'énergie hydraulique et les pompes à chaleur, tandis que l'Autriche (33,8 %) utilise principalement l'énergie hydraulique et les biocarburants solides.

Les proportions les plus faibles d'énergies renouvelables ont été enregistrées en Irlande (13,1 %), à Malte (13,4 %), en Belgique (13,8 %) et au Luxembourg (14,4 %).

Au total, 17 des 27 États membres de l'UE ont déclaré des parts inférieures à la moyenne européenne de 23 % en 2022.

Les pays de l'UE doivent augmenter leur consommation d'énergie renouvelable

Dans le cadre de la directive sur les énergies renouvelables, l'UE a augmenté son objectif en matière d'énergies renouvelables pour 2030, le faisant passer de 32 % à 42,5 %. L'Union vise également à porter cet objectif à 45 % d'ici peu.

"Les pays de l'UE doivent donc intensifier leurs efforts pour se conformer collectivement au nouvel objectif de l'UE pour 2030", indique le rapport d'Eurostat. "Ce qui implique d'augmenter de près de 20 % la part des sources d'énergie renouvelables dans la consommation finale brute d'énergie de l'UE".

En outre, l'UE vise à devenir le premier continent neutre sur le plan climatique d'ici 2050 dans le cadre du "Green Deal" européen.

Cet ambitieux ensemble de mesures vise à aider les citoyens et les entreprises européens à bénéficier d'une transition verte durable.

L'utilisation des énergies renouvelables permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de diversifier l'approvisionnement énergétique et de réduire la dépendance à l'égard des marchés des combustibles fossiles.

La croissance des sources d'énergie renouvelables peut également stimuler l'emploi dans l'UE en créant des postes dans les nouvelles technologies "vertes".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Comment l'Europe surfe sur la vague de l'énergie que renferme l'océan

Nous ne pouvons pas laisser un déficit de compétences freiner les opportunités de la transition verte

Eau potable rationnée en Sicile : la crise climatique n'est pas la seule responsable