EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Pourquoi les jeunes Allemands sont-ils séduits par les idées de l'AfD ?

Une affiche endommagée de l'AfD à Berlin, à l'approche des élections européennes du 6 au 9 juin.
Une affiche endommagée de l'AfD à Berlin, à l'approche des élections européennes du 6 au 9 juin. Tous droits réservés Donogh McCabe
Tous droits réservés Donogh McCabe
Par Liv Stroud
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Entre 14 et 22 % des jeunes Allemands voteraient pour le parti d'extrême droite AfD aux élections européennes. Euronews s'est rendu à un des meetings du parti pour comprendre.

PUBLICITÉ

Nous sommes à un événement de campagne électorale européenne de l'Alternative für Deutschland à Berlin. La foule, que nous n'avions pas le droit de filmer, est composée aussi bien de retraités et de jeunes.  La candidate Mary Khan-Hohloch a elle-même 30 ans et n'a pas hésité à expliquer d'où vient cet attrait des primo-électeurs.

"Les Allemands ont peur de devenir des étrangers dans leur propre pays", a déclaré Mme Khan-Hohloch à Euronews. "Nos jeunes, en particulier, y sont confrontés quotidiennement, que ce soit dans les piscines publiques ou dans les grandes villes. Nous avons beaucoup d'écoles où l'on ne parle plus allemand dans les cours de récréation", a-t-elle ajouté.

Mary Khan-Hohloch pense que la politique de l'ancienne chancelière Angela Merkel, qui a ouvert les frontières en 2015 pour permettre aux Syriens qui fuyaient la guerre dans leur pays d'arriver en Allemagne, est un argument fréquent chez les jeunes électeurs. Il y a aussi le sentiment de fierté nationale que l'AfD sait susciter. "Je dis aux jeunes : soyez fiers d'être allemands", a-t-elle déclaré.

Une société multiculturelle "ratée"

Une grande partie des discours de Mary Khan-Hohloch porte sur la honte historique d'être allemand, qui renvoie à la Seconde Guerre mondiale. Les nouvelles générations souhaitent selon elle prendre leurs distances par rapport à cette partie de l'histoire.

Bien qu'ils soulignent tous deux qu'ils sont favorables à l'immigration - c'est-à-dire aux cas individuels et non à l'immigration de masse - ils affirment que l'"inclusivité" de l'Allemagne a conduit à la tenue de marches pro-califat islamique, comme celle qui a eu lieu à Hambourg à la fin du mois d'avril. "Le concept d'une société multiculturelle a échoué" est l'une des principales lignes de force du parti.

Mary Khan-Hohloch affirme vouloir une meilleure intégration et améliorer l'environnement scolaire des jeunes. Elle pointe également du doigt des initiatives telles que les cours d'allemand pour étrangers, souvent écourtés.

Selon le gouvernement allemand, environ 275 000 personnes ont suivi un cours d'allemand dans le cadre du parcours d'intégration en 2023.

La même année, environ 81 000 personnes ont abandonné les cours, principalement pour cause d'inactivité, et un tiers d'entre elles ont dû abandonner pour diverses raisons, par exemple parce qu'elles avaient déjà atteint le niveau B1 requis.

Des gens se rassemblent pour protester contre le parti d'extrême droite Alternative für Deutschland, ou AfD, et l'extrémisme de droite devant le Parlement à Berlin
Des gens se rassemblent pour protester contre le parti d'extrême droite Alternative für Deutschland, ou AfD, et l'extrémisme de droite devant le Parlement à BerlinAP Photo/Ebrahim Noroozi

Nombreux sont ceux qui ont reproché à l'AfD de ne pas être assez inclusive - ou plutôt exclusive au point d'être "soupçonnée d'extrémisme", comme l'a qualifiée la justice allemande depuis 2021.

L'AfD a dissimulé certaines de ces critiques derrière des thèmes plus larges, tels que le déclin du taux de natalité en Allemagne. Certains hommes politiques de l'AfD, dont son candidat à la présidence de l'UE Maximilian Krah, qui a été au centre de plusieurs scandales récents, affirment que les étrangers qui émigrent en Allemagne ne s'occuperont pas de la population allemande vieillissante, plaidant plutôt pour des cellules familiales plus traditionnelles et davantage de naissances d'Allemands de souche.

Il ne s'agit pas d'un simple débat politique. L'AfD a fait les gros titres en janvier lorsqu'il est apparu que ses membres avaient tenu des réunions secrètes avec des personnalités d'extrême droite allemandes et autrichiennes, dont le chef néonazi du mouvement identitaire Martin Sellner, pour discuter d'un plan de "remigration" - un projet qui verrait des centaines de milliers de personnes, y compris des citoyens allemands naturalisés, expulsées à l'étranger.

Bien que l'AfD ait pris ses distances par rapport à cette histoire, la nouvelle a déclenché des manifestations massives contre le parti dans toute l'Allemagne, appelant à son interdiction. En fin de compte, le scandale a contribué à l'expulsion de l'AfD du groupe d'extrême droite Identité et Démocratie du Parlement européen au début du mois.

Vision gauchiste déformée ou avenir vivable ?

Il n'y a pas que l'immigration. L'insistance du parti sur les valeurs familiales se traduit souvent par un soutien fervent aux rôles traditionnels des hommes et des femmes et par une opposition à ce qu'il appelle le "sexualisme", qui, selon ses détracteurs, est discriminatoire à l'égard de la communauté LGBTQ+ et entrave les droits de l'homme fondamentaux.

Mary Khan-Hohloch n'est pas de cet avis. "Ne laissez pas un point de vue gauchiste déformé vous priver de votre identité sexuelle", a-t-elle déclaré.

"Personne ne voit d'inconvénient à ce que quelqu'un dise qu'il est né dans le mauvais corps et change de sexe, mais son nom et son identité seront également modifiés dans son passeport", ajoute Mme Khan-Hohloch. "Ce que j'entends souvent de la part des jeunes dans les écoles, c'est que toute la communauté LGBTQ+ n'est plus autorisée à critiquer certaines choses sans être immédiatement étiquetée comme extrémiste de droite. Ou si vous dites qu'un homme portant des vêtements féminins est toujours un homme, vous devez immédiatement entendre "Oh, vous êtes juste un nazi", ce qui est devenu tellement banal dans notre société."

Affiche de l'AfD en Thuringe indiquant "Pas de place pour les foyers d'asile" en allemand
Affiche de l'AfD en Thuringe indiquant "Pas de place pour les foyers d'asile" en allemandLiv Stroud

Certaines de ces idées semblent trouver un écho auprès d'un nombre surprenant de personnes. Lors de la manifestation de l'AfD, nous avons demandé à Jan Streeck, 26 ans, pourquoi il trouvait l'AfD attrayante.

"Nous voulons un avenir vivable pour l'Europe et l'Allemagne. Et je crois que c'est la principale raison pour laquelle les jeunes s'impliquent dans l'AfD et pourquoi nous gagnons de plus en plus de jeunes électeurs, comme on peut le voir dans les sondages", a déclaré M. Streeck à Euronews.

"Nous avons 22 % dans les sondages actuels parmi les nouveaux électeurs, et nous sommes clairement le parti le plus fort dans ce domaine, ce qui nous rend très fiers", a-t-il dit. M. Streeck est vice-président de la Young Alternative (JA) Berlin, la section jeunesse de l'AfD.

PUBLICITÉ

"Nous disons que dans une démocratie, il doit être possible de former une opposition, de créer un parti et de plaider démocratiquement pour le changement dans ce pays. Et c'est ce que nous faisons", ajoute-t-il.

Comment faites-vous face à vos problèmes dans la vie réelle ?

Mais comment mettre tout cela en perspective ?

"Plus de la moitié des jeunes se sentent très stressés mentalement. Un quart des jeunes se sentent très seuls", a déclaré à Euronews le professeur Joachim Bauer, psychothérapeute et chercheur sur le cerveau, ajoutant qu'il observait cela tous les jours dans sa pratique, en particulier avec les jeunes qui sont déprimés et solitaires en raison de leur utilisation intensive des médias sociaux et des jeux vidéo.

Le Dr. Bauer a souligné que l'AfD tente de donner l'impression que si les sociétés réduisent l'immigration ou affichent à nouveau leur fierté nationale, tous les problèmes seront résolus.

"Mais ce n'est pas le cas. Notre monde est trop complexe. Ce dont les jeunes ont besoin pour faire face à la vie et aller de l'avant, c'est principalement d'un environnement personnel composé de quelques personnes avec lesquelles ils peuvent échanger des idées, où ils peuvent discuter de leurs préoccupations et de la manière d'aborder la vie ensemble", a déclaré M. Bauer.

PUBLICITÉ

"Nous avons l'inflation, les prix augmentent. Beaucoup de gens ont des soucis financiers, s'inquiètent de ne pas pouvoir payer leur logement. Nombreux sont ceux qui s'inquiètent pour l'éducation. Nos écoles ne sont pas assez bien équipées. Nous avons donc de très nombreux problèmes. Les partis de la droite radicale n'offrent pas de solution quand on y regarde de plus près", a-t-il expliqué.

M. Bauer a suggéré une série de mesures, notamment l'amélioration de l'enseignement et des réseaux de soutien dans les écoles, soulignée par une année sociale - mais pas une année militaire obligatoire - qui pourrait aider à créer des communautés pour les jeunes qui se sentent seuls et à "accroître la stabilité psychologique", ainsi qu'à intégrer les étrangers.

Cependant, il faut encore s'attaquer à un monde de plus en plus en ligne qui promeut un langage extrême et regorge de discours de haine et de violence, car il reste l'une des principales raisons de l'augmentation du soutien des jeunes aux partis populistes tels que l'AfD.

"Nous devons nous en éloigner et revenir au monde analogique. Cela nous maintient en bonne santé mentale. Et nous ne sommes pas aussi sensibles aux partis radicaux", conclut-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les élections européennes menacées par les actions d'espionnage de Moscou et de Pékin ?

Un membre de l'AfD accusé d'avoir été payé par la Russie

Les 27 négocient les postes à responsabilité de l’UE