EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Comment un nouveau groupe de gauche populiste pourrait émerger au Parlement européen (sondage)

L'actuelle députée allemande Sahra Wagenknecht pourrait devenir le leader d'un groupe politique de gauche radicale au Parlement européen.
L'actuelle députée allemande Sahra Wagenknecht pourrait devenir le leader d'un groupe politique de gauche radicale au Parlement européen. Tous droits réservés Marko Drobnjakovic/Copyright 2021 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Marko Drobnjakovic/Copyright 2021 The AP. All rights reserved.
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les souverainistes de gauche sont en hausse partout en Europe. Ils pourraient créer leur propre groupe politique au Parlement européen et rivaliser avec l’extrême droite sur la question migratoire et la paix avec la Russie. L'élue allemande Sahra Wagenknecht pourrait devenir leur leader.

PUBLICITÉ

Les projections d'Euronews Superpoll sur ce à quoi pourrait ressembler le prochain Parlement européen après les prochaines élections européennes révèlent une fluidité politique croissante entre les partis et les alliances.

Certains des groupes actuels survivront difficilement à la vague conservatrice écrasante qui va déferler sur l’hémicycle.

Les nouvelles agrégations parlementaires devraient être conçues en fonction des orientations politiques les plus récentes des électeurs européens, des tactiques politiques et des jeux de pouvoir.

En toile de fond : il s’agit d’influencer la nomination des postes les plus élevés de l’UE et la gouvernance de l’Union au cours des cinq prochaines années. Une législature qui pourrait devenir l’une des plus difficiles de l’histoire de l’UE.

Le 9 juin, les citoyens européens voteront dans un climat de profonde anxiété pour leur avenir. Cela explique la croissance spectaculaire attendue des forces nationales conservatrices qui promettent une protection contre la détresse économique, les migrations et la menace d’une guerre totale. Pourtant, d'un point de vue idéologique, il ne s'agit pas d'un seul programme conservateur de droite, affirme Boyd Wagner, du centre de sondages Euronews :

"La composition actuelle de tout ce qui mène à cette élection est un peu en évolution. Et je pense que l'une des choses qui est en évolution est la gauche populiste, car il y a beaucoup de tendances et beaucoup de nuances dans cette idéologie qui suivre une partie de la droite, en Europe en ce moment".

Le réflexe Wagenknecht

Selon les analystes du Centre de sondages d'Euronews, les conditions politiques actuelles sont réunies pour la création d'un nouveau groupe dissident composé de nationalistes et de populistes de gauche, drainant des sièges vers trois des agrégations existantes, les sociaux-démocrates, les non-inscrits et la gauche.

Le vecteur politique de ce nouveau groupe pourrait être l'icône de la gauche radicale allemande et ancienne dirigeante de La Gauche (Die Linke) Sahra Wagenknecht, avec sa tentative d'arracher le consensus populiste à l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) d'extrême droite.

L'appel commun des partis de gauche populistes et nationalistes pourrait ressembler à "Notre pays et les gens démunis d'abord", explique Boyd Wagner qui explique que ces partis se concentrent sur les travailleurs, pour qu'ils aient notamment à des salaires décents.

L’effet Wagenknecht est susceptible d’attirer autour d’un pôle commun d’autres fractions politiques et partis dissidents de ce type à travers l’UE, selon notre expert.

Un agenda sécuritaire partagé par la gauche ?

Selon les analystes d'Euronews Superpoll, malgré leurs visions différentes sur certaines questions, les potentiels affiliés de la gauche populiste et nationaliste pourraient trouver un terrain d'entente pour lutter contre la détresse économique en bloquant le Green Deal, mettre fin à la guerre en Europe de l'Est en faisant pression pour un la politique étrangère d'apaisement avec la Russie. Ils pourraient aussi ralentir la migration considérée comme une cause de chômage et de bas salaires pour les classes ouvrières nationales.

Il s'agit d'un groupe de gauche antagoniste dont la mission est de défier les partis dominants libéraux-démocrates et « société ouverte » de centre-gauche et de centre-droit.

Selon les sondeurs Euronews, les alliés potentiels dans les hémicycles de Strasbourg et de Bruxelles de l'Alliance de Sahra Wagenknecht (BSW) pourraient être les populistes slovaques de centre-gauche, le SMER (Direction) du Premier ministre slovaque de Robert Fico, grièvement blessé dans un attentat et le parti du président Peter Pellegrini, Hlas (Voix ) DEMOCRATIE SOCIALE. Le parti de Robert Fico a été suspendu par le S&D et est actuellement membre des non-inscrits.

Les Slovaques pro-russes et anti-immigration pourraient également remporter quatre sièges. Le PTB/PVDA (Parti des Travailleurs de Belgique) pourrait apporter sa contribution avec trois députés européens de gauche. Le Mouvement 5 Etoiles italien est un fervent partisan d'un cessez-le-feu en Ukraine et s'oppose inlassablement aux politiques économiques de l'UE des "partisans du libre marché". L'ancien parti de Beppe Grillo siège actuellement sur les bancs des Non-Inscrits. Une politique d'apaisement avec la Russie et l'agenda souverainiste du nouveau groupe pourraient attirer la LFI (La France Insoumise) de Jean-Luc Mélanchon. Même si la LFI française n'est pas anti-immigration et a des idées environnementales fortes.

D’autres mouvements à travers l’UE pourraient suivre l’expérience de Sahra Wagenknecht, comme la Bulgarie, le Portugal, la Grèce et les pays baltes, où les minorités russes ont leurs propres partis.

"Dans quelle mesure quelqu'un comme Sahra Wagenknecht peut-elle pousser les partis dans sa direction et dire : écoutez, nous allons avoir des désaccords sur ces questions spécifiques. Mais il y a ces autres questions sur lesquelles nous nous alignons et que nous pensons être les plus importantes pour aller de l'avant. C'est à ce moment-là que cela devient une tactique de négociation", conclut Boyd Wagner.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Allemagne : l'extrême gauche peut-elle faire barrage à l'extrême droite ?

La gauche radicale dénonce les ouvertures d'Ursula von der Leyen vers l'extrême droite

Analyse : Pourquoi Orbán, Meloni et Fiala sont en colère contre les postes de direction de l'UE