EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Vers un vaccin à base de nanoparticules pour soigner les cancers ?

Un vaccin contre le cancer est expérimenté en Espagne.
Un vaccin contre le cancer est expérimenté en Espagne. Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cette expérimentation constitue un espoir pour les patients atteints de cancer tout en réduisant les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Notre reportage à Valence, en Espagne.

PUBLICITÉ

Médecin de formation, Laura s'est fait diagnostiquer un cancer du sein de stade 3. Après trois opérations, une chimio et une radiothérapie, elle suit toujours un traitement hormonal et expérimental.

Pedro, lui, a survécu à un cancer du poumon. Mais il en paie encore un lourd tribut en termes d'effets secondaires.

"Les séquelles de ma radio et de ma chimiothérapie, que j'ai subies en même temps, ont laissé mes ongles comme s'ils s'étaient fendus. Je ne peux pas ouvrir les sacs, ni rien, j'ai perdu le sens du toucher. Maintenant, tout me semble doux. C’est comme si j’avais toujours les mains mouillées, comme si je venais de prendre une douche. Et puis, il y a la sensation de coup de soleil…"

Dans le cadre du projet européen Ulises, des chercheurs travaillent sur un traitement "à base de nanoparticules" qui pourrait un jour aider les patients atteints de cancer et les survivants comme Laura et Pedro.

Jusqu'à présent testé contre le cancer du pancréas, ce projet vise à déclencher le rejet de la tumeur par le corps humain, une sorte d'« effet vaccin ».

"L'idée est d'activer le système immunitaire et nous y parvenons en introduisant des molécules spécifiques dans la tumeur, qui peuvent générer cette réponse immunitaire", explique Cristina Fillat, coordinatrice du projet Ulises.

L’apport de matériel génétique aux cellules tumorales est crucial à cet égard. Un rôle joué par des nanoparticules, similaires à celles utilisées pour les vaccins anti-Covid-19, sont en cours de développement à l'Institut d'Oncologie de Valence.

"Si ce vaccin est efficace contre le cancer du pancréas", nous a déclaré José Antonio López-Guerrero, chef du Laboratoire de Biologie Moléculaire à Valence, "il pourrait ouvrir une nouvelle opportunité thérapeutique pour d'autres types de tumeurs également mortelles et pour l'instant incurables".

Si le traitement fonctionne, cela constituerait à lui seul une étape importante pour la science et la recherche, ajoute ce chercheur. Mais comme seules les cellules tumorales sont ciblées par la réponse immunitaire, les effets secondaires des traitements actuels comme la chimiothérapie et la radiothérapie seraient également considérablement réduits.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une nouvelle technologie pour détecter les cancers de la peau en 30 secondes

Après un cancer, le soutien émotionnel pourrait aider les patients à reconstruire leur vie

Des "molécules vibrantes" ont détruit 99 % des cellules cancéreuses en laboratoire