EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Nominations aux postes clés de l'UE : pas de résultat après le sommet des leaders européens

Les dirigeants de l'UE se retrouvent à Bruxelles pour un sommet informel
Les dirigeants de l'UE se retrouvent à Bruxelles pour un sommet informel Tous droits réservés European Union
Tous droits réservés European Union
Par Serge Duchêne avec AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, semble toujours en bonne voie pour obtenir un second mandat, bien que les dirigeants de l'UE n'aient pas pu se mettre d'accord formellement sur son poste ou sur les autres postes à responsabilité, à la suite des européennes.

PUBLICITÉ

Les dirigeants des pays de l'Union européenne ne sont pas parvenus à un accord définitif sur les candidats aux postes les plus importants de l'Union lundi, mais plusieurs d'entre eux ont salué le bilan de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et elle semble en bonne voie pour obtenir leur soutien dans le courant du mois pour un second mandat.

"Il n'y a pas d'accord ce soir à ce stade", a déclaré le président du Conseil de l'UE, Charles Michel, après avoir présidé un dîner informel à Bruxelles.

Les 27 dirigeants examinaient les retombées des récentes élections européennes et la manière de prendre en compte ces résultats lorsqu'ils désigneront les candidats aux postes les plus élevés.

"Cette conversation était aujourd'hui une étape utile pour préparer le prochain Conseil européen", a déclaré M. Michel, en référence à la prochaine réunion des présidents et des premiers ministres de l'UE, qui se tiendra les 27 et 28 juin. Il a refusé de s'étendre sur les chances de Mme von der Leyen et d'autres candidats, se contentant de dire : "Cela sera clarifié la semaine prochaine".

Les élections du 6 au 9 juin ont vu le Parlement européen basculer à droite et ont porté un coup sévère aux principaux partis au pouvoir à Paris et à Berlin. Le moteur franco-allemand, qui fait habituellement avancer la politique européenne, a été considérablement affaibli, et les partis de la droite dure ont gagné du terrain.

Pourtant, des noms pour les postes les plus importants circulent à Bruxelles depuis des mois.

L'ancien Premier ministre socialiste portugais, António Costa, est fréquemment cité pour le poste de Michel - le rôle de président du Conseil. La Première ministre estonienne Kaja Kallas, connu pour sa fermeté à l'égard de la Russie, a été pressenti pour devenir le principal diplomate de l'Union européenne.

En vertu des traités de l'UE, le choix des candidats par les dirigeants doit refléter les résultats de l'élection, en répartissant les postes entre les vainqueurs.

Les dirigeants européens en ordre dispersé

Dans un message posté sur X, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, qui dirige un gouvernement résolument nationaliste, a déclaré que "la volonté du peuple européen a été ignorée" par les autres dirigeants.

Il s'est plaint que les principaux partis avaient "conclu un accord et s'étaient partagé les postes de direction de l'UE. Ils se moquent de la réalité, ils se moquent des résultats des élections européennes et ils se moquent de la volonté du peuple européen".

En vertu de la répartition complexe des pouvoirs au sein de l'UE, les dirigeants ont le droit de nommer le prochain président de la Commission, qui est chargée d'élaborer la politique de l'UE dans tous les domaines, du climat au colossal budget commun.

"Je suis satisfait de la candidature d'Ursula von der Leyen", a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte à la presse à son arrivée à la réunion.

Au cours des cinq dernières années, Mme Von der Leyen a mené une action d'envergure pour obtenir des milliards de doses de vaccin COVID-19 pendant la pandémie, a mis en place un fonds de relance économique et a apporté son soutien à l'Ukraine dans sa guerre avec la Russie, notamment en soutenant l'adhésion future de Kiev à l'Union européenne.

Mais M. Rutte a ajouté : "Je ne dis pas que nous la soutenons. Il est fort possible que nous le fassions, mais cela dépendra bien sûr de la manière dont l'ensemble du paquet émergera".

Ce paquet comprend trois autres postes de haut niveau : le président du Conseil, le responsable de la politique étrangère de l'UE, actuellement Josep Borrell (Espagne, centre-gauche), et le président du Parlement européen, actuellement la conservatrice Roberta Metsola (Malte).

PUBLICITÉ

Le président du Conseil a pour mission de négocier des accords entre les 27 États membres, tandis que le plus haut diplomate représente l'UE sur la scène internationale.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a esquivé la question de savoir s'il soutenait personnellement Mme von der Leyen pour un second mandat, mais il a souligné que son soutien dépendrait de sa collaboration avec les partis traditionnels plutôt qu'avec les partis de droite.

Avant l'élection, de nombreux législateurs socialistes et verts ont critiqué Mme von der Leyen pour avoir tenté de gagner le soutien de la Première ministre italienne Georgia Meloni, qui appartient au parti populiste de droite Frères d'Italie.

"Ce qui est clair, c'est qu'il ne peut y avoir de présidence de la Commission basée sur le soutien des partis de droite et des partis populistes de droite", a déclaré M. Scholz.

PUBLICITÉ

Plusieurs dirigeants ont déclaré qu'ils ne s'attendaient pas à un accord final sur les candidats lundi soir, mais ils ont insisté sur le fait que le processus ne devait pas s'éterniser.

"Je ne pense pas que les citoyens irlandais ou européens seront reconnaissants si les politiciens ici à Bruxelles discutent pendant des semaines pour savoir qui va jouer quel rôle alors qu'il y a tant de questions urgentes au niveau européen et mondial", a déclaré le Premier ministre irlandais Simon Harris.

Rien n'est garanti

Mme Von der Leyen, une conservatrice allemande qui n'a pas parlé aux journalistes à son arrivée au sommet, est bien placée après les bons résultats obtenus par son groupe parlementaire de centre-droit, le Parti populaire européen (PPE).

Mais rien n'est garanti. Le style présidentiel de Mme Von der Leyen a parfois irrité ses collègues de la Commission et elle est profondément impopulaire dans certains coins du Parlement européen, où elle devra obtenir le soutien de 361 des 720 législateurs pour conserver son poste.

PUBLICITÉ

Le premier ministre polonais Donald Tusk a déclaré que les partis traditionnels - comme le PPE dont il est issu, les socialistes et démocrates de centre-gauche et les libéraux favorables aux entreprises - détenaient toujours la majorité au sein de l'assemblée, malgré les succès de la droite dure en France et en Allemagne.

"Mon sentiment est qu'il suffit d'organiser l'ensemble du nouveau paysage (de l'emploi), y compris le président de la Commission", a-t-il déclaré aux journalistes avant la réunion.

M. Tusk a toutefois appelé à une "clarification publique, quelle est la situation juridique" entourant M. Costa et le scandale de corruption au Portugal qui l'a forcé à quitter ses fonctions. M. Costa a démissionné après huit années passées à la tête du gouvernement. Il n'a été accusé d'aucun crime.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Verts conditionnent leur soutien à von der Leyen à leur intégration au sein d'une coalition

Les socialistes européens ne soutiendront pas Ursula von der Leyen si les forces d'extrême droite déterminent les priorités

Elections européennes : quelles sont les causes de l'échec des Verts et des libéraux ?