This content is not available in your region

Leadership féminin : comment donner des ailes aux jeunes Européennes ?

Par Andrea Buring
euronews_icons_loading
Sci-Tech
Sci-Tech   -   Tous droits réservés  euronews

Un avenir radieux sans aucun nuage à l'horizon... Voilà comment les femmes devraient pouvoir envisager leur carrière. Mais, aujourd'hui encore, les inégalités demeurent, notamment dans les domaines de la science et de la technologie. Moins de 30 % des chercheurs dans le monde sont des femmes selon l'ONU et encore peu de jeunes femmes diplômées parviennent à briser le plafond de verre dans le monde du travail. Dans l'Union européenne, seul un manager sur trois est une femme.

Une initiative inédite veut aider à y remédier : il s'agit du Campus d'hiver pour promouvoir le leadership féminin à l'ère du numérique. Après un premier événement de ce type organisé l'été dernier sous la forme d'un Campus d'été à Lisbonne, cette édition hivernale s'est tenue à Nice, à l'initiative du géant de la technologie Huawei et avait pour but de donner aux jeunes Européennes de talent, plus de moyens d'action.

"Offrir des opportunités aux femmes de toute l'Europe dans les technologies"

Pendant une semaine, des enseignants de haut niveau ont partagé avec les participantes, leurs connaissances sur le codage, la prise de parole en public, les sciences cognitives, l'innovation dans la santé et l'apprentissage machine.

Cecilia Liu, étudiante en ingénierie biomédicale originaire des Pays-Bas, a ainsi interrogé l'une des intervenantes, Aleksandra Przegalinska, vice-rectrice de l'Université de Kozminski. "C'est très intéressant d'utiliser l'intelligence artificielle, mais selon vous, représente-t-elle un danger ?" lui a-t-elle demandé.

"Sa démocratisation est un objectif important pour nous, si nous voulons tous en tirer avantage," a répondu Aleksandra Przegalinska. "Mais je pense que des lignes directrices éthiques devraient être établies sur la façon dont on peut l'utiliser," a-t-elle renchéri.

Sur plus de 2400 candidatures, seules 27 jeunes femmes ont été sélectionnées pour ce Campus, chacune représentant un État membre de l'Union européenne, et pour la première fois, cette édition a accueilli une participante originaire des Balkans occidentaux. Une ouverture voulue par ses organisateurs. "Chez Huawei, nous nous engageons pleinement à offrir toutes ces opportunités aux femmes de toute l'Europe," souligne Berta Herrero Estalayo, directrice de ces Campus, "pour qu'elles puissent rejoindre le secteur technologique, mais aussi façonner l'avenir de la technologie."

"Actrices du changement dans l'UE"

Les participantes âgées de 19 à 24 ans aux parcours de formation très divers ont un intérêt commun pour l'innovation. En plus des cours de leadership et de technologie, elles ont trouvé sur place, un espace pour développer leur réseau et leur créativité.

Cara Doumbe Kingue, originaire de France, apprécie l'atelier de programmation : "L'approche est beaucoup plus ludique," dit-elle. "Je vois les choses totalement différemment et on procède étape par étape, c'est très intuitif et c'est vraiment le genre de choses que j'aurais adoré faire à l'école," fait-elle remarquer.

Andrea Buring
Sur plus de 2400 candidatures, 27 jeunes femmes de l'UE ont été sélectionnées et une de Bosnie-HerzégovineAndrea Buring

Après une semaine chargée, les participantes ont reçu des certificats et des prix. "Comment ne pas se sentir pousser des ailes ?" reconnaît Dženana Selimović venue de Bosnie-Herzégovine. "Toute cette semaine, on était 28 jeunes femmes très fortes, on a pu parler entre nous, rencontrer des personnes de toute l'Europe : il y a une telle énergie positive !" se félicite-t-elle.

"On restera en contact, ce sont des sœurs pour moi maintenant," affirme de son côté, Cara Doumbe Kingue.

Cecilia Liu renchérit : "Je suis sûre que de nombreuses femmes que nous avons rencontrées ici seront sous les feux de la rampe à l'avenir en tant que dirigeantes, PDG ou actrices du changement dans l'Union européenne."

Journaliste • Andrea Buring