The Cube : vide juridique pour les enfants nés de mères porteuses

Blanca Castro décrypte le débat autour des mères porteuses en Espagne
Blanca Castro décrypte le débat autour des mères porteuses en Espagne Tous droits réservés Euronews
Par Blanca Castro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Notre journaliste s'intéresse au débat qui fait rage en Espagne en ce moment.

PUBLICITÉ

Une star de la télévision espagnole vient d'avoir un enfant par gestation pour autrui aux États-Unis et fait parler d'elle. Ana Obregón fait la une des journaux en Espagne et appelle le pays à reconsidérer son interdiction.

La décision d'une actrice espagnole de 68 ans de faire appel à une mère porteuse aux États-Unis a déclenché une tempête politique en Espagne, attirant les critiques de quatre ministres du gouvernement et renouvelant les appels à une révision de l'interdiction de longue date imposée par l'Espagne.

La star de la télévision Ana Obregón a dominé les gros titres en Espagne pendant une semaine après que ¡Hola! ait posté une photo d'elle tenant un nouveau-né devant un hôpital de Miami. Le magazine a expliqué que la petite fille était née d'une mère porteuse, trois ans après qu'Obregón ait perdu son fils et enfant unique, Aless Lequio, d'un cancer.

La polémique vient du fait que cette pratique est illégale en Espagne. Cependant, Obregón a effectué la procédure aux États-Unis, où certains États l'autorisent.

Mais il n'est pas nécessaire d'aller bien loin pour trouver une mère porteuse.

Dans l'Union européenne, la gestation pour autrui est possible en Grèce, mais seulement sous certaines conditions et toujours de manière altruiste. Au Portugal, la maternité de substitution a été approuvée en 2021, mais les règles pour son application n'ont pas encore été élaborées, donc personne n'a encore pu la mettre en pratique.

Dans la plupart des pays de l'UE, la gestation pour autrui est totalement interdite ou pas du tout reconnue. Cependant, il existe d'autres pays de la région où il est autorisé avec certaines restrictions, telles que le Royaume-Uni, la Géorgie, la Russie et l'Ukraine.

Mais qu'advient-il des enfants nés à l'étranger par gestation pour autrui si leurs parents sont originaires de l'UE, s'ils sont espagnols par exemple ?

Lola López, avocate spécialisée en droit de la famille, explique: "La pratique est interdite en Espagne. Puisqu'il est vrai que tout dépend du pays où la gestation est pratiquée, où le contrat est passé, y aura-t-il ou non une procédure différente ? Si elle ne répond pas aux exigences d'une procédure espagnole, elle ne sera pas approuvé. Les documents doivent tous être authentiques, la mère doit être entendue et des psychologues doivent être consultés. En d'autres termes, il doit y avoir des protections et des garanties. Si ces garanties ne sont pas en place, cette procédure ne sera pas reconnue comme si elle avait eu lieu en Espagne."

Est-il possible d'empêcher l'enregistrement de l'enfant en Espagne si la procédure établie n'est pas suivie ? L'avocate nous répond: "Mais bien sûr, nous ne pouvons pas laisser les enfants non enregistrés et dans les limbes. En d'autres termes : il faut trouver une solution pour les enfants, car ils ont des droits."

Bien que la Cour suprême espagnole considère la maternité de substitution comme une pratique d'exploitation, elle reconnaît que l'intérêt supérieur des enfants passe avant tout, même dans les cas où il n'y a pas de lien génétique. L'organisation suit la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme, qui exige une certaine forme de reconnaissance par des moyens juridiques alternatifs afin de ne pas laisser les enfants dans les limbes administratives.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'infertilité touche une personne sur six dans le monde, selon l'OMS

L'Espagne réforme son système de retraites

Le patient porteur de la puce cérébrale Neuralink capable de déplacer une souris d'ordinateur par la pensée, selon Elon Musk