Allemagne : la pénurie de médicaments menace les pharmacies de proximité

A man passes by a pharmacy logo on February 9, 2022 in Berlin.
A man passes by a pharmacy logo on February 9, 2022 in Berlin. Tous droits réservés STEFANIE LOOS/AFP
Par Giulia Carbonaro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

En trois mois, la pénurie de médicaments a conduit plus de 120 pharmacies allemandes à fermer leurs portes.

PUBLICITÉ

Ces dernières années, les pharmacies allemandes disparaissent à un rythme alarmant. Selon l'Association fédérale des pharmaciens allemands (ABDA), plus de 120 officines ont fermé au cours des seuls trois premiers mois de l'année.

2 800 pharmacies ont fermé en dix ans

"Nous avons actuellement le nombre de pharmacies le plus bas depuis le début des années 1980 ", révèle à Euronews Christian Splett, le porte-parole de l'ABDA.

Le nombre de pharmacies dans le pays est en baisse depuis un certain temps, mais le déclin s'est vraiment accéléré au cours de l'année dernière. Fin 2022, selon le journal FAZ , on comptait 18 000 pharmacies en activité dans le pays, soit 2 800 de moins qu'il y a dix ans.

En conséquence, de nombreux Allemands sont privés d'un lien essentiel avec le système de santé. C’est le cas tout particulièrement dans les zones rurales où les pharmaciens sont souvent les premiers à qui les gens s’adressent avant de contacter un médecin.

"Les pharmaciens remplissent aussi une fonction fondamentale dans le système de santé, qui ne se mesure pas à la quantité de médicaments qu'ils vendent", explique Christian Splett. "Ils sont le premier point de contact pour les patients qui ne savent pas s'ils doivent consulter un médecin ou quels médicaments ils peuvent obtenir. Et c'est important."

Pourquoi cela se produit-il ?

Selon l'ABDA, plusieurs causes sont à l’origine de la fermeture des pharmacies.

"Si vous interrogez les jeunes pharmaciens, ils vous diront qu'il n'y a pas de perspective économique pour eux, parce que le gouvernement ne veut pas investir dans le système", explique Christian Splett.

"Il y a aussi beaucoup de bureaucratie lorsqu'on gère une pharmacie, qu'on traite avec les compagnies d'assurance maladie. Et cela décourage les jeunes professionnels."

Face à cela, beaucoup des pharmaciens qui prennent leur retraite, à 65 ou 70 ans, ne trouvent pas de successeur.

Matthias Schrader/AP
Pfarrkirchen, le 27 octobre 2020Matthias Schrader/AP

La disparité des traitements est une autre difficulté pour le secteur. L'industrie pharmaceutique privée paie son personnel beaucoup plus cher que ce qu'une pharmacie hospitalière ne peut se permettre.

Le système de soins de santé est strictement réglementé en Allemagne et les revenus des pharmacies hospitalières sont principalement déterminés par les dépenses de l'assurance maladie obligatoire.

"C'est l'une des raisons pour lesquelles les protestations se poursuivent, afin d'augmenter ces revenus", explique Chritian Splett.

Les pharmacies allemandes font par ailleurs face à trois problèmes apparus récemment : une pénurie de médicaments due à l'augmentation de la demande, exacerbée par l'impact persistant de la pandémie, l'inflation et la crise énergétique.

400 médicaments indisponibles

Selon la base de données nationale officielle PharmNet.Bund, qui surveille l'approvisionnement en médicaments en Allemagne, plus de 400 médicaments sont répertoriés comme n'étant pas du tout disponibles dans le pays.

Cette pénurie coûte beaucoup de temps et d'argent aux pharmacies de proximité, qui cherchent d'autres moyens de servir leurs patients.

"Ce temps n'est pas rémunéré, personne ne paie pour ce temps supplémentaire", note M. Splett. _"Et c'est beaucoup de bureaucratie. Même si vous trouvez des médicaments alternatifs, vous devez fournir un grand nombre de documents pour prouver à l'assurance maladie que vous avez choisi l'option la plus proche du médicament le moins cher disponible."
_

**Les revendications des pharmaciens

**

Le 14 juin, des milliers de pharmaciens à travers l'Allemagne se sont mis en grève pour protester contre leurs conditions de travail de plus en plus difficiles. 

PUBLICITÉ

Les pharmaciens demandent au gouvernement d**'augmenter le taux qu'ils perçoivent pour chaque médicament** vendu sur ordonnance. Ils réclament de faire passer le taux de 8,35 euros à 12 euros, une mesure qui, selon eux, compenserait l'inflation.

Les pharmacies ont été "découplées du développement économique général", estime l'ABDA, ce qui est "non seulement injuste, mais aussi une menace existentielle".

Le ministre allemand de la santé, Karl Lauterbach, a rejeté la demande des professionnels du secteur expliquant ne pas disposer de fonds supplémentaires.

Si les pharmaciens sont frustrés par la situation actuelle, les patients sont ceux qui finissent par souffrir le plus.

"Nous devons montrer à la société à quel point les pharmacies sont importantes pour les soins de santé et à quel point il serait dramatique qu'encore plus de pharmacies disparaissent de leur rôle de point de contact social fiable", souligne Thomas Benkert, président de la Chambre fédérale allemande des pharmaciens, cité par DW.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Parlement français a approuvé l'inscription de l'avortement dans la Constitution

En Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

Le patient porteur de la puce cérébrale Neuralink capable de déplacer une souris d'ordinateur par la pensée, selon Elon Musk