Que cache la recrudescence de la rougeole en Europe sur laquelle alerte l'OMS ?

Bébé souffrant d'éruptions cutanées sur le visage.
Bébé souffrant d'éruptions cutanées sur le visage. Tous droits réservés Canva
Par Verónica Romano
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Alors que la rougeole provoque un "incident national" au Royaume-Uni et que les cas se sont multipliés l'an dernier en Europe selon l'OMS, quelle est la situation réelle des différents pays européens confrontés à la recrudescence de cette maladie ?

PUBLICITÉ

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté ce mardi sur "l'augmentation alarmante" des cas de rougeole en Europe, leur nombre étant trente fois supérieur en 2023 par rapport à 2022.

Plus de 30 000 cas de rougeole ont été signalés par 40 des 53 États membres de la région Europe, qui, pour l'OMS, s'étend jusqu'en Asie centrale, entre janvier et octobre de l'année dernière, contre 941 cas en 2022.

Cette recrudescence s'accompagne de l'hospitalisation de 21 000 personnes et de cinq décès liés à la rougeole.

Selon l'OMS, cette tendance à la hausse devrait se poursuivre si des mesures urgentes ne sont pas prises pour empêcher la propagation de la maladie.

De nombreux signaux d'alerte à travers l'Europe

L'agence de santé britannique UKHSA a déjà déclaré un "incident national" à la suite d'une épidémie dans le centre de l'Angleterre.

Le virus a pratiquement disparu en Europe pendant les périodes de confinement du Covid-19, mais "le nombre total de cas de rougeole dans l'UE/EEE augmente régulièrement depuis juin 2023", a indiqué le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) dans son dernier rapport hebdomadaire sur les menaces.

Outre le Royaume-Uni, la Roumanie est en alerte rouge. En décembre dernier, le ministère de la Santé du pays a déclaré une épidémie nationale de rougeole à la suite d'une hausse inquiétante du nombre de cas et d'un nombre élevé d'hospitalisations parmi les enfants infectés.

Depuis cette annonce, quatre personnes non vaccinées - trois bébés et un adulte - sont décédées des suites de la rougeole, selon les médias locaux et l'Institut national de santé publique. Ce dernier a confirmé 2 805 cas du virus en Roumanie l'année dernière.

L'Autriche, de son côté, lutte contre la rougeole depuis le début de l'année 2023, avec près de 200 cas enregistrés par son système de déclaration épidémiologique.

En France, une épidémie de rougeole s'est déclarée en septembre dans un collège de la commune de Guilherand-Granges, dans le sud-est du pays. À la mi-novembre, 64 cas ont été confirmés, dont deux ont dû être hospitalisés, selon l'Agence régionale de santé.

L'Allemagne a enregistré 57 cas l'an dernier, ce qui est plus élevé qu'en 2022 mais inférieur aux niveaux d'avant la pandémie.

Qu'en est-il de la couverture vaccinale contre la rougeole en Europe ?

L'ECDC indique qu'il faut s'attendre à une augmentation du nombre de cas de rougeole dans la majorité des pays de l'UE/EEE, car la couverture vaccinale est "sous-optimale". L'OMS Europe a quant à elle prévenu que la résurgence du virus était largement imputable à un recul de la couverture vaccinale.

Celle-ci est, en moyenne, en baisse dans l'UE/EEE depuis 2020. Les dernières données de l'ECDC montrent que la couverture pour la deuxième dose en 2022 était d'environ 89,7%.

La Hongrie (99%), la Slovaquie et le Portugal (96%) sont les pays de l'UE où le taux de vaccination contre la rougeole est le plus élevé, tandis que l'Estonie (68%) et la Roumanie (71%) affichent les taux les plus faibles.

Vendredi dernier, les autorités sanitaires britanniques ont prévenu que l'épidémie survenue dans les West Midlands pourrait s'étendre à d'autres villes si aucune mesure n'était prise d'urgence pour stimuler la vaccination.

Selon l'UKHSA, jeudi dernier, 216 cas de rougeole confirmés et 103 cas probables avaient été recensés dans cette région du Royaume-Uni depuis octobre dernier, la majorité d'entre eux concernant des enfants âgés de moins de 10 ans.

"Le taux de vaccination étant si faible dans certaines communautés, le risque de voir le virus se propager dans d'autres villes est désormais bien réel," a déclaré Jenny Harries, directrice générale de l'UKHSA.

Elle a souligné l'importance de recevoir deux doses du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) pour une protection à vie, ajoutant qu'"il n'est jamais trop tard pour rattraper le retard".

PUBLICITÉ

"Les enfants qui contractent la rougeole peuvent être très mal en point et certains souffriront de complications qui changeront leur vie," a indiqué Jenny Harries. "Le meilleur moyen pour les parents de protéger leurs enfants contre la rougeole est le vaccin ROR," a-t-elle renchéri.

Siddhartha Datta, conseiller régional de l'OMS Europe pour la vaccination, est du même avis. "Les vaccins contre la rougeole dont nous disposons sont sûrs et efficaces, ils sont utilisés depuis des années et ont permis d'éviter de nombreux décès et maladies dans la région européenne," a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse la semaine dernière.

Selon l'OMS, la rougeole est une maladie virale très contagieuse qui se propage facilement lorsqu'une personne infectée respire, tousse ou éternue, et qui "peut provoquer une maladie grave, des complications, voire la mort".

Le virus est plus fréquent chez les enfants. Les symptômes peuvent être une forte fièvre, une toux, un écoulement nasal et une éruption cutanée.

Les deux doses du vaccin ROR sont efficaces à 96% contre la rougeole, selon le Vaccine Knowledge Project, géré par l'Oxford Vaccine Group.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les vaccins COVID auraient sauvé au moins 1,4 million de vies en Europe, selon l'OMS

En Alabama, les enbryons in vitro considérés comme des enfants à naître

Le patient porteur de la puce cérébrale Neuralink capable de déplacer une souris d'ordinateur par la pensée, selon Elon Musk