PUBLICITÉ

Les eurodéputés veulent une inscription de l'IVG dans la Charte des droits fondamentaux

Les eurodéputés veulent une inscription de l'IVG dans la Charte des droits fondamentaux
Les eurodéputés veulent une inscription de l'IVG dans la Charte des droits fondamentaux Tous droits réservés EBS
Tous droits réservés EBS
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement européen a voté jeudi en faveur de l'inclusion du droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne.

PUBLICITÉ

Le Parlement européen a voté jeudi en faveur de l'inclusion du droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne.

La résolution a été approuvée par 336 voix pour, 163 contre, et 39 abstentions, portée par les groupes Renew Europe (centristes et libéraux), Socialistes et démocrates (S&D), The Left (gauche radicale) et les Verts. 

Le vote est largement symbolique car la résolution n'est pas contraignante et nécessiterait le soutien des 27 États membres pour être incluse dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne.

Non, le droit à l'avortement ne tue pas. Au contraire, il sauve des vies.
Manon Aubry
Eurodéputée The Left

L'eurodéputée française Manon Aubry (The Left) a fustigé "les attaques de l'extrême droite et des réactionnaires", lors de la séance. Elle a déclaré que "Le droit à l'avortement n'est pas une question de point de vue. C'est un droit humain. Non, le droit à l'avortement n'est pas un sujet de controverse. C'est une liberté fondamentale. Non, le droit à l'avortement ne tue pas. Au contraire, il sauve des vies. Et pendant que vous vous y attaquez discrètement ici au Parlement européen, vous pouvez compter sur nous, vous nous trouverez sur votre chemin.”

Pour réviser la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, proclamée en décembre 2022, l'unanimité des Etats membres est nécessaire. Or, l'avortement fait encore l'objet de nombreuses restrictions dans certains pays, comme la Pologne et Malte, qui risquent d'opposer leur veto aux efforts visant à en faire un droit. 

Le vote des eurodéputés intervient plus d'un mois après l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution française.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une loi britannique veut créer une génération sans tabac, sont visés tous les jeunes nés après 2009

Le Bundestag adopte la loi sur l'identité sexuelle

Pologne : le Parlement fait un premier pas vers une libéralisation de l'accès à l'IVG