Vidéo

euronews_icons_loading
Dans les camps, les exilés attendent de pouvoir tenter la traversée de la Manche

Dans les camps, les exilés attendent de pouvoir tenter la traversée de la Manche

Dans des camps de fortune situés entre Dunkerque et Calais, sur la côte nord de la France, des exilés se retranchent en attendant de pouvoir un jour traverser la Manche, malgré la mort d'au moins 27 personnes cette semaine dans le naufrage de leur bateau de fortune.

La police a renforcé les patrouilles ces derniers jours et le temps s'est dégradé, ce qui rend le moment peu propice à une tentative de traversée. Mais la plupart des migrants affirment que cette tragédie ne les empêchera pas de monter à bord de ces bateaux pneumatiques fragiles, pouvant contenir jusqu'à 50 personnes. "Je n'ai peur de rien", déclare dans un anglais approximatif Kawa, un jeune iranien de 22 ans. "Si nous mourons... désolé de le dire, mais nous sommes déjà morts. Personne ne nous accepte nulle part. Nous sommes... inutiles".