Trains à grande vitesse dans l'UE : l'exemple de l'essor en Espagne

L'Espagne est à la tête de la révolution ferroviaire en Europe.
L'Espagne est à la tête de la révolution ferroviaire en Europe. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le train à grande vitesse est en plein essor en Espagne : La baisse des prix et l'amélioration des services peuvent-ils servir de modèle à l'Europe ?

PUBLICITÉ

L'Espagne a pris une longueur d'avance sur ses voisins européens dans le domaine du transport ferroviaire à grande vitesse.

Depuis 2021, les États membres de l'UE sont tenus d'ouvrir leurs marchés ferroviaires aux concurrents étrangers, une réforme que l'Espagne a adoptée sans réserve.

En peu de temps, le pays a triplé le nombre de ses opérateurs de trains à grande vitesse, ce qui s'est traduit par une concurrence accrue, une plus grande disponibilité des trains et une baisse des prix pour les voyageurs.

Quels enseignements le reste de l'Europe peut-il tirer de la transformation radicale du secteur ferroviaire en Espagne et pourquoi certains pays restent-ils à la traîne ?

Qu'est-ce qui se cache derrière la révolution ferroviaire en Europe ?

Lorsque le "flight-shaming" a pris son envol en 2018, il visait à faire en sorte que les gens se sentent suffisamment coupables pour changer leurs habitudes de voyage en mettant en évidence les énormes émissions de CO2 que nous produisons lorsque nous prenons l'avion.

Le transport aérien représente actuellement 2,5 % des émissions mondiales de carbone, un chiffre qui devrait augmenter au cours des prochaines décennies.

Mais un changement d'attitude aussi rapide a amené de nombreux touristes à se demander comment remplacer les voyages aériens à bas prix, surtout s'ils ne disposent que de quelques jours pour s'évader.

Le train à grande vitesse est, dans de nombreux cas, l'alternative naturelle aux vols court-courriers. Les pays qui s'efforcent d'atteindre l'objectif "zéro émission" commencent à soutenir la tendance.

La France a fait les gros titres l'année dernière lorsqu'elle a interdit les vols entre les villes reliées par un trajet en train de moins de 2 heures et demi.

De nombreux gouvernements se sont empressés d'introduire des abonnements ferroviaires bon marché, comme le nouveau billet allemand à 49 euros.

Alors que de plus en plus de personnes souhaitent opter pour le train en Europe, la législation européenne contribue à stimuler la concurrence, offrant ainsi aux voyageurs un plus grand choix et des prix souvent plus bas.

L'Espagne est l'un des pays qui a adopté les nouvelles règles de l'UE avec le plus d'enthousiasme, et les résultats sont là.

L'Espagne a-t-elle toujours été un leader dans le domaine ferroviaire ?

Jusqu'en 2021, la compagnie espagnole Renfe était la seule à proposer des voyages en train à grande vitesse à l'intérieur du pays. En revanche, pour prendre l'avion, il fallait choisir entre Iberia, Vueling, Air Europa et Air Nostrum.

Toutefois, l'arrivée de Ouigo España a marqué le début d'un bouleversement du secteur ferroviaire en Espagne, qui est devenue par la suite le premier pays de l'UE à avoir trois compagnies en concurrence sur une ligne à grande vitesse.

Ouigo España, filiale de la SNCF, exploite désormais des services ferroviaires à grande vitesse en Espagne, en concurrence avec l'opérateur historique Renfe. Au départ, Ouigo España n'était présent que sur la ligne Madrid-Barcelone, mais en 2022, il a également commencé à circuler sur la ligne Madrid-Valence.

En réponse à cette concurrence accrue, Renfe a lancé sa propre marque Renfe Avlo qui propose des services à bas prix en utilisant des trains Renfe repeints et modifiés. Cette marque continue de se développer avec de nouveaux services à destination de Séville qui devraient débuter en juin de cette année.

Fin 2022, Renfe et Ouigo España ont été rejoints par un troisième concurrent. Iiryo, qui appartient en partie à la société ferroviaire italienne Trenitalia et à la société espagnole Air Nostrum, est entrée sur le marché en proposant des tarifs à partir de 18 euros.

Bien que Simone Gorini, PDG d'iryo, insiste sur le fait que la marque n'est pas un opérateur à bas prix, l'intensification de la concurrence a permis de réduire les prix globaux. En deux ans seulement, les voyageurs espagnols sont passés d'une seule compagnie ferroviaire à trois opérateurs et quatre marques distinctes.

PUBLICITÉ

"La concurrence a fait baisser les prix et a fait perdre aux trains à grande vitesse leur caractère élitiste", explique Raquel Sanchez, ministre espagnole des Transports. Cela a permis d'accroître la "rentabilité sociale des investissements" et de garantir "le droit à la mobilité pour tous les citoyens", ajoute-t-elle.

L'augmentation du nombre d'opérateurs s'est également traduite par une augmentation du nombre de trains en circulation. Selon la ministre des Transports, cela devrait permettre de doubler les services à grande vitesse sur les lignes Madrid-Barcelone, Madrid-Levante et Madrid-Sud.

Les effets de la baisse des prix et de l'intensification de la concurrence ont été bénéfiques. Malgré l'impact de la pandémie, 310 000 passagers ont voyagé en train entre Madrid et Barcelone en août dernier, contre 265 000 en août 2019.

Canva
Trains à grande vitesse et trains régionaux à la gare de Saragosse-Delicias en Espagne.Canva

Pourquoi ce changement soudain dans les activités ferroviaires de l'Espagne ?

L'évolution spectaculaire du marché espagnol des trains à grande vitesse est due au quatrième paquet ferroviaire de l'UE. Depuis 2021, cette législation oblige les pays de l'UE à ouvrir leurs marchés ferroviaires nationaux à la concurrence, y compris celle d'autres États.

La législation exige également que les pays de l'UE introduisent des réformes structurelles et techniques qui facilitent l'exploitation des trains transfrontaliers.

PUBLICITÉ

"Pour l'Espagne, la mesure a été la clé du processus de libéralisation et de l'ouverture du marché ferroviaire avec trois opérateurs à grande vitesse et quatre marques commerciales", explique Simone Gorini.

Quels sont les autres pays d'Europe à la pointe du progrès ferroviaire ?

Si l'Espagne fait les gros titres pour sa transformation rapide, ce n'est pas le seul pays européen où les voyageurs peuvent profiter de chemins de fer compétitifs et de billets moins chers.

L'Italie est le pays où la libéralisation des chemins de fer de l'UE a fait la plus grande différence.

"L'Italie est généralement considérée comme une réussite étonnante", explique Mark Smith, expert ferroviaire et propriétaire du site web ferroviaire The Man in Seat 61. "La concurrence entre la compagnie ferroviaire publique Trenitalia et la compagnie privée Italo sur la principale ligne à grande vitesse a fait augmenter la qualité et le nombre de passagers, mais a fait baisser les prix de 20 à 25 %", explique-t-il. "Tout le monde en profite, sauf les compagnies aériennes nationales."

Les chiffres de 2019 de la Commission européenne montrent que le nombre de passagers ferroviaires entre Rome et Milan a presque quadruplé en dix ans, passant de 1 million en 2008 à 3,6 millions en 2018. Plus des deux tiers des personnes voyageant entre les deux villes prennent désormais le train, et la part des vols sur cet itinéraire a considérablement diminué.

PUBLICITÉ

En Italie, les trains à grande vitesse ont connu un tel succès qu'ils ont contribué à la faillite de la compagnie aérienne nationale Alitalia en 2021.

Quels sont les pays de l'UE qui accusent un retard en matière de transport ferroviaire ?

Bien que les règles de l'Union européenne prévoient que chaque État membre mette en œuvre ces changements, tous n'ont pas été aussi accueillants que l'Italie et l'Espagne.

"La situation varie énormément d'un pays à l'autre", explique Mark Smith. "Certains pays, comme l'Italie, semblent l'avoir vraiment adopté. D'autres, comme la France, ont fait le minimum possible et il s'avère très difficile de pénétrer le marché ferroviaire français, dominé par la SNCF", estime-t-il.

L'Espagne, qui a ouvert ses marchés aux concurrents étrangers, est particulièrement critique à l'égard des pays qui semblent traîner les pieds.

"La concurrence que nous favorisons ici devrait être la norme dans toute l'Union européenne", affirme la ministre espagnole des Transports, Raquel Sánchez. "Je ne peux que qualifier d'injustifiables les obstacles à la libéralisation du rail que nous constatons dans certains pays."

PUBLICITÉ

Les pays qui ne respectent pas les règles sont menacés de poursuites judiciaires par la Commission européenne. L'Allemagne et la Pologne ont déjà reçu des avertissements pour non-respect de certaines dispositions des nouvelles règles.

Même les pays qui s'ouvrent, comme l'Espagne, doivent encore relever des défis.

"L'entrée de nouveaux opérateurs dépendra dans une large mesure de la capacité d'Adif [la société espagnole de gestion de l'infrastructure ferroviaire] à stimuler le marché en réduisant les coûts d'accès au réseau et en fournissant un cadre réglementaire clair offrant une plus grande sécurité juridique", explique Simone Gorini.

Cependant, même lorsque les coûts sont faibles et que les pays sont ouverts à la concurrence, le manque de trains d'occasion disponibles peut empêcher de nouveaux opérateurs de pénétrer sur les marchés.

Où les opérations ferroviaires s'améliorent-elles en Europe ?

La bonne nouvelle pour les voyageurs respectueux de l'environnement est que de nombreux pays de l'UE supervisent une augmentation significative du nombre d'opérateurs ferroviaires. Cela signifie que l'augmentation de la fréquence des services et la baisse des prix qui s'ensuit se profilent à l'horizon.

PUBLICITÉ

S'adressant à Euronews Travel, un porte-parole de la Commission européenne a cité la Tchécoslovaquie, la Suède et l'Autriche en particulier comme exemples de pays où les effets de la libéralisation des chemins de fer se font sentir.

L'ouverture des chemins de fer et l'amélioration de l'interopérabilité contribuent également à la renaissance des trains de nuit transfrontaliers, tels que le train-couchettes Prague-Francfort.

Les voyageurs ferroviaires européens ont de quoi se réjouir

De telles transformations du marché sont appelées à se multiplier. La France a pris de multiples engagements, promettant d'ouvrir des lignes telles que Paris-Lyon avant la fin de l'année.

À mesure que les pays de l'UE ouvrent leurs marchés, de nouveaux chemins de fer sont construits.

Lorsque de nouvelles lignes comme Rail Baltica, un projet géant visant à relier les États baltes à la Pologne, seront mises en service, elles devraient immédiatement bénéficier des avantages de la multiplicité des opérateurs.

PUBLICITÉ

La baisse des prix incitant de plus en plus de personnes à voyager en train, l'intérêt d'améliorer les liaisons ferroviaires ne fera que croître. La révolution ferroviaire de l'UE a quitté la gare.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

DiscoverEU : Comment obtenir l'un des 35 500 pass ferroviaires gratuits de l'UE pour les jeunes cet été ?

Votre paradis, ma misère : des habitants des îles Canaries se mobilisent contre le tourisme de masse qui a atteint son point de rupture

Aéroport de Dublin : la bénédiction des avions remise en question ?