Les habitants basques déplorent l'impact "désastreux" du surtourisme lié à Game of Thrones

San Juan de Gaztelugatxe has been a destination for pilgrims for centuries.
San Juan de Gaztelugatxe has been a destination for pilgrims for centuries. Tous droits réservés Canva
Par Callum Tennant
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

"Le tourisme a vraiment changé l'atmosphère de San Juan", a déclaré un habitant à Euronews Travel.

PUBLICITÉ

Le nombre croissant de fans de _Game of Thrones_affluant vers San Juan de Gaztelugatxe au Pays basque a bouleversé la reproduction des oiseaux dans la région et ébouriffé les plumes des habitants.

Les autorités locales ont été contraintes d'introduire un système de billetterie en ligne pour contrôler le nombre de visiteurs. Ils ont également interdit la sonnerie historique de la cloche de l'église pour protéger l'habitat environnant.

San Juan de Gaztelugatxe, connue sous le nom de Dragonstone pour les fans de Game of Thrones, est une destination de pèlerins depuis des siècles. Mais le nombre de visiteurs a explosé après que l'îlot a été utilisé comme lieu de tournage pour la série à succès en 2016. Voici comment le spot basque a été impacté par la série HBO.

La sonnerie des cloches interdite pour protéger la reproduction des oiseaux

Les autorités locales ont introduit les tickets numériques pour la première fois à l'été 2018 après que le site ait eu du mal à faire face à l'augmentation de la fréquentation.

En 2019, près de 730 000 personnes ont visité Gaztelugatxe, soit 140 000 personnes de plus que l'année précédente et une augmentation de près de 25 % en un an seulement. Le 15 août 2019, 6 434 personnes ont visité l'îlot en une seule journée.

Pour atteindre l'église au sommet de l'îlot, les visiteurs doivent d'abord gravir les 241 marches. Après avoir admiré la vue imprenable sur la côte basque qui s'étend devant eux, les visiteurs sonnaient traditionnellement trois fois la cloche de l'église. La sonnerie de la cloche est censée éloigner les mauvais esprits et porter chance.

On dit aussi que l'île porte chance à la communauté de pêcheurs locale. Les bateaux partant en mer depuis la ville de pêcheurs voisine de Bermeo font généralement plusieurs virages à bâbord et à tribord pour gagner la faveur de San Juan(Saint Jean).

Alors que les bateaux de pêche sont toujours autorisés à tourner à leur guise, il est désormais interdit aux visiteurs de sonner la cloche de l'église sauf les jours de fête spéciaux. Les gestionnaires de l'espace ont retiré la corde de la cloche car l'augmentation de la sonnerie causait un stress aux oiseaux marins nicheurs à proximité, affectant leurs habitudes de reproduction.

Callum Tennant
Le tintement excessif des cloches à Gaztelugatxe dérangerait les oiseaux marins locaux en voie de disparition.Callum Tennant

Le système de pré-réservation de Gaztelugatxe est "une blague", selon les habitants

Depuis mars 2020, il est obligatoire de réserver un créneau pour accéder à l'îlot. Si la réservation d'un créneau est gratuite, celle-ci doit se faire à l'avance.

Maialen Carbó, un jeune de 25 ans qui vit dans la ville balnéaire voisine de Bakio, d'où la plupart des touristes commencent leur visite, décrit la popularité croissante du site local comme "désastreuse".

"Les bus, qui sont déjà peu fréquents, sont désormais remplis de touristes qui souhaitent visiter la région, prenant la place des personnes qui vivent à Bakio et qui doivent utiliser les transports locaux. C'est une blague que les habitants doivent maintenant demander à visiter un endroit à leur porte qu'ils ont toujours pu visiter librement auparavant."

Pour Ane Arostegi, 24 ans, la région est un lien personnel. _"Ma tante s'est mariée à l'église puis est allée faire de la plongée sous-marine pour offrir des fleurs à la vierge qui est sous l'eau. C'est quelque chose que vous ne pourriez pas faire maintenant. Il faudrait demander trop de permis._Le tourisme a vraiment changé l'atmosphère de San Juan. Quand j'étais petite on allait souvent y pique-niquer l'été et il n'y avait presque personne. Il est désormais impossible d'obtenir un rendez-vous" précise t'elle. _"_Il est vrai que le tourisme a apporté quelques améliorations, comme la mise en place de barrières de sécurité, mais cela ne compense pas ce qu'ils ont fait dans cette zone de Bakio."

Parmi les personnes qui ont visité Gaztelugatxe en 2019, environ 46 % venaient d'autres régions d' Espagne, 30 % étaient des étrangers et 24 % venaient du Pays basque. Les visiteurs de la province locale de Bizkaia, où se trouve Bakio, ne représentaient que 14 % des visiteurs.

Callum Tennant
Gaztelugatxe a imposé un système de pré-réservation pour les visiteurs.Callum Tennant

Comment Gaztelugatxe atténue-t-il les impacts du surtourisme ?

En plus de limiter le nombre de visiteurs à un peu plus de 3 000 par jour et d'interdire les sonneries de cloches, les autorités locales prennent d'autres mesures pour tenter d'atténuer les effets négatifs de la nouvelle popularité du site.

En avril, le Conseil provincial de Biscaye a annoncé qu'il soutenait la création d'un nouvel organisme qui améliorera la coopération entre les différentes autorités et départements ayant des responsabilités qui se chevauchent pour assurer l'utilisation durable du site.

Des travaux ont également été réalisés pour augmenter la taille du parking à proximité et créer de nouveaux arrêts de bus pour inciter davantage de personnes à venir en transports en commun. De nouvelles promenades côtières sont également prévues, ce qui permettra aux gens de se rendre au site à pied depuis Bermeo, et pas seulement depuis Bakio.

D'autres régions espagnoles profitent du succès de Game of Thrones

Malgré les inconvénients et le potentiel de surtourisme, d'autres régions et villes d'Espagne visent à attirer les fans de la série dans leur propre coin de pays.

PUBLICITÉ

Cáceres, une ville médiévale et un site de l'UNESCO dans la région espagnole d'Estrémadure, a déjà été utilisée comme site de tournage de Game of Thrones et en veut plus. La deuxième saison du spin-off de la série, Game of Thrones: House of the Dragon, vient d'y être tournée après avoir été courtisée par les autorités locales.

Le premier épisode du spin-off a été regardé par plus de 10 millions de personnes et entraînera presque certainement une augmentation du nombre de fans visitant la ville.

En ce moment, la ville accueille les pèlerins de Game of Thrones à bras ouverts, organisant même un festival annuel Game of Thrones. Mais un coup d'œil à Gaztelugatxe montre que la limite entre plus de tourisme et trop de tourisme est très mince.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La foule au rendez-vous pour les Fêtes de Bayonne

Tourisme en Croatie : l'euro, catalyseur ou défi à relever pour les locaux ?

Face au tourisme de masse, les îles Svalbard prennent des mesures