De l'Unicum au schnaps de navet : où déguster les meilleurs spiritueux d'Europe ?

Essayez le schnaps local dans les Alpes autrichiennes.
Essayez le schnaps local dans les Alpes autrichiennes. Tous droits réservés Canva
Par Angela Symons
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Du Cognac français à l'Unicum hongrois, voici les meilleures adresses de distillerie d'Europe.

PUBLICITÉ

Tout le monde sait que la France regorge de vignobles, que le Portugal est l'endroit idéal pour déguster du porto et que Madère est le berceau du vin fortifié éponyme.

Mais l'abondance de spiritueux locaux en Europe mérite tout autant d'attention. Du cognac français à l'absinthe suisse, les boissons emblématiques à siroter ne manquent pas, et le tourisme spiritueux est en plein essor.

Si vous êtes à la recherche d'une pause alcoolisée différente, voici quelques-unes des meilleures distilleries locales à découvrir sur le continent. Et à déguster avec modération.

Siroter du rhum à la Destilerías Arehucas (îles Canaries)

Le rhum a peut-être des liens plus étroits avec des îles des Caraïbes comme la Barbade et la Jamaïque, mais il n'est pas nécessaire d'aller si loin pour le siroter à la source.

Rendez-vous à Las Palmas, dans les îles Canaries, où la "Destilerías Arehucas" cultive sa propre canne à sucre depuis 1884. Aujourd'hui, la distillerie propose des visites guidées et des dégustations qui vous apprendront comment le spiritueux est fabriqué.

Arrêtez-vous un instant dans la plus ancienne bodega à rhum d'Europe pour apercevoir les signatures d'acteurs, de chanteurs et de sportifs célèbres, griffonnées sur des milliers de tonneaux.

Les visites durent environ 50 minutes et coûtent 7 euros.

Parcourir la piste de l'absinthe en Suisse

Canva
La route de l'absinthe en Suisse est parsemée de distilleriesCanva

Ce spiritueux vert et menaçant s'est répandu dans toute l'Europe, mais il n'y a pas de meilleur endroit pour goûter à l'absinthe que son berceau : la Suisse.

Le Chemin de l'absinthe est parsemé de distilleries, de restaurants et de musées consacrés à ce spiritueux. L'itinéraire de 40 km se parcourt idéalement en train depuis Neuchâtel - ou à vélo, si vous êtes un buveur modéré.

Le sentier passe par Couvet, où le spiritueux est né et peut être dégusté à la distillerie "Artemisia-Bugnon". Il traverse ensuite la frontière pour arriver dans la ville historique de Pontarlier, en France, où vous pourrez visiter la distillerie familiale "Pierre GUY", entre autres.

Les notes d'anis et de graines de fenouil vous intrigueront ou vous donneront la nausée, selon vos expériences passées avec cette boisson puissante.

Essayez le "gin hollandais" aux Pays-Bas

Canva
Le genièvre néerlandais a inspiré le gin britanniqueCanva

Vous aimez le gin ? Alors vous adorerez le genièvre, l'alcool qui a inspiré la boisson britannique à base de genièvre.

Il est lui aussi basé sur des plantes et des baies d'agrumes, mais il ajoute du malt au mélange pour des résultats qui se rapprochent de ceux du whisky.

Vous trouverez des distilleries de genièvre aux Pays-Bas, d'où il est originaire, ainsi qu'en Belgique et dans certaines régions d'Allemagne et de France.

Goûtez-le à "De Drie Fleschjes", qui se targue d'être la plus ancienne maison de dégustation de genièvre à Amsterdam, ou rendez-vous à Dordrecht, dans l'ouest des Pays-Bas, pour visiter la distillerie "Rutte".

Dans l'ouest de la France, délaissez le vin au profit du cognac

Canva
Le cognac est l'un des spiritueux français les plus populaires lors des visites de distilleriesCanva

De l'armagnac au calvados en passant par le pastis, la France regorge de spiritueux emblématiques qui rivalisent avec sa célèbre scène viticole.

Le cognac est l'un des spiritueux les plus populaires pour les visites de distilleries. Après avoir visité de grandes marques comme "Hennessy" et "Rémy Martin" (à partir de 25 euros), vous pourrez faire une visite historique du château royal de Cognac.

Ensuite, quittez la commune de Cognac pour vous aventurer dans les vignobles vallonnés de la région charentaise. Entre novembre et mars, vous pourrez découvrir des distilleries telles que "Cognac Frapin" et "Maison Boinaud".

PUBLICITÉ

Découvrez l'histoire de la liqueur hongroise à base de plantes

La boisson nationale hongroise est omniprésente dans les bars à ruines de Budapest, où vous pouvez également vous plonger dans son histoire, à la "Maison de l'Unicum".

À la fois musée et distillerie, elle raconte l'histoire de la famille Zwack, qui fabrique cette boisson depuis 1790 en utilisant une formule secrète à 40 herbes.

Après avoir examiné les photos de famille, les vieilles affiches et les souvenirs, vous pourrez jeter un coup d'œil derrière les rideaux de la distillerie et de la cave. Vous pourrez y déguster l'Unicum directement depuis le tonneau.

Servie en apéritif ou en digestif, cette boisson a pris son nom après que l'empereur du Saint-Empire romain germanique Joseph II l'a goûtée en 1790 et a déclaré : "Das ist ein Unikum !" - c'est unique - en allemand.

Les visites guidées avec deux dégustations durent environ une heure et coûtent 3 000 HUF (8 euros) par personne.

PUBLICITÉ

Déguster un schnaps après le ski dans les Alpes autrichiennes

Canva
Suivez la route du schnaps tyrolienCanva

Les montagnes autrichiennes du Tyrol sont surtout connues pour le ski, mais l'après-ski n'est pas loin derrière.

Le schnaps est la boisson de prédilection. Il s'agit généralement d'une eau-de-vie de fruits distillée, mais le Tyrol produit des variétés inhabituelles comme le Meisterwurz, fabriqué à partir d'une plante herbacée connue pour ses propriétés curatives, et le Krautinger, à base de navet, qui n'est distillé qu'à Wildschönau.

Sur la route des schnaps tyroliens, vous pouvez également goûter des variétés plus traditionnelles comme la prune à la "JP-Feindestillerie Kössler" à Stanz bei Landeck ou tout ce qui va de la pomme au sorbier à la distillerie "Rochelt" à Fritzens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le single malt gallois obtient le statut d'origine géographique protégée au Royaume-Uni

Grèce : sur l'île de Kos, les produits locaux souffrent du dérèglement climatique

Comment les vins autrichiens s'adaptent à la hausse des températures