EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Quelles recommandations pour un voyage au Proche-Orient ?

Bien que l'Égypte partage une frontière avec Gaza et Israël, le pays n'a pas encore été impliqué dans le conflit.
Bien que l'Égypte partage une frontière avec Gaza et Israël, le pays n'a pas encore été impliqué dans le conflit. Tous droits réservés Omar Elsharawy
Tous droits réservés Omar Elsharawy
Par Rebecca Ann Hughes
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les gouvernements du Royaume-Uni et de l'Union européenne ont déjà déconseillé tout voyage en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés, à moins qu'il ne soit indispensable.

PUBLICITÉ

Israël continue de bombarder Gaza, où vivent plus de 2 millions d'habitants, après le lancement d'une attaque surprise par le groupe militant, Hamas, le week-end dernier.

Plus de 1 400 personnes ont été tuées en Israël lors de l'assaut des combattants du Hamas. Près de 2 700 personnes à Gaza ont été tuées dans les bombardements d'Israël en représailles.

Les gouvernements du Royaume-Uni et des 27 ont déjà déconseillé tout voyage en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, à moins qu'il ne soit indispensable.

Mais les voyageurs doivent également faire preuve de prudence lorsqu'ils se rendent dans certaines régions des pays voisins ou proches. Voici ce qu'il faut savoir si vous avez réservé un voyage en Égypte, en Jordanie ou en Turquie.

Peut-on se rendre en Égypte en toute sécurité ?

Bien que l'Égypte partage une frontière avec Gaza et Israël, le pays n'a pas encore été impliqué dans le conflit.

Le poste frontière de Rafah pourrait être ouvert pour permettre aux Palestiniens de Gaza de se mettre à l'abri, mais il est actuellement fermé.

En ce qui concerne les voyages internationaux, les frontières de l'Égypte restent ouvertes et les compagnies aériennes ainsi que les organisateurs de voyages à forfait poursuivent leurs activités normalement dans le pays.

Les vols à destination de l'Égypte ne traversent pas l'espace aérien israélien et n'ont pas été affectés par le conflit jusqu'à présent.

La plupart des grandes villes égyptiennes et des principaux sites touristiques sont situés loin de la frontière avec Israël et Gaza.

La station balnéaire de Sharm el-Cheikh est la plus proche, mais elle se trouve à plus de deux heures et demie de route de la ville frontalière la plus proche et à plus de cinq heures de la frontière avec Gaza.

Le Caire, Alexandrie, Hurghada et Louxor sont encore plus éloignés.

Le ministère des Affaires étrangères français rappelle que la zone frontalière entre l’Égypte et Israël est située en zone rouge et qu’il est donc formellement déconseillé de s’y rendre, comme dans tout le Nord-Sinaï. De même, le ministère déconseille de se rendre depuis le territoire égyptien au passage de Rafah.

Le ministère britannique des Affaires étrangères (FCDO) n'a pas émis d'avis conseillant "d'éviter tout voyage non essentiel" pour l'Égypte, comme il l'a fait pour Israël.

Par conséquent, si vous annulez votre voyage en Égypte, il se peut que vous n'ayez pas droit à un remboursement ou que vous ne puissiez pas demander à votre assurance voyage de vous rembourser.

Le FCDO invite toutefois les touristes à rester vigilants et à faire preuve de prudence dans les sites touristiques et religieux, ainsi que dans les rassemblements publics, à Alexandrie où deux touristes israéliens et un guide égyptien ont été tués par balle par un policier égyptien.

PUBLICITÉ

Le ministère irlandais des Affaires étrangères (DFA) déconseille vivement de se rendre dans le gouvernorat du Nord-Sinaï, qui borde Israël et Gaza, y compris sur la route Taba-Suez. Il déconseille également de se rendre à Gaza par le poste frontière de Rafah.

Le ministère des Affaires étrangères recommande d'arriver par avion à Sharm el-Cheikh, Hurghada et ses environs immédiats, Marsa Alam et ses environs immédiats, ainsi que dans les zones touristiques du Nil (telles que Louxor, Assouan et Abou Simbel).

Peut-on se rendre en Jordanie en toute sécurité ?

La Jordanie a une frontière commune avec Israël et la Cisjordanie (l'un des territoires palestiniens occupés), ainsi qu'avec la Syrie.

Le ministère des Affaires étrangères français recommande lors des déplacements en Jordanie de faire preuve d’une vigilance renforcée, ce qui implique notamment de se tenir à l’écart des manifestations et des rassemblements, notamment le vendredi.

PUBLICITÉ

La semaine dernière, le ministère britannique des Affaires étrangères a mis à jour ses lignes directrices concernant les voyages en Jordanie : "l_e FCDO déconseille tout voyage, sauf essentiel, à moins de 3 km de la frontière jordanienne avec la Syrie._

Il a également averti que les points de passage entre la Jordanie et Israël pouvaient être fermés à court terme en raison du conflit en cours.

Toutefois, la plupart des destinations touristiques en Jordanie ne sont pas touchées par l'instabilité et les vols vers les aéroports d'Amman et d'Aqaba continuent de fonctionner normalement.

Si vous avez réservé un voyage à forfait et que vous décidez de l'annuler, il est peu probable que vous receviez un remboursement, sauf si la destination se trouve dans l'une des zones "interdites" de l'Office du tourisme de Jordanie.

PUBLICITÉ

L'Office du tourisme de Jordanie a publié une déclaration soulignant que le pays est une "destination sûre et accueillante pour les touristes du monde entier".

"Notre engagement à assurer la sécurité et le bien-être de tous les visiteurs reste inébranlable", indique le communiqué.

"Nous voulons rassurer tout le monde sur le fait que les frontières de la Jordanie sont ouvertes aux touristes et que nous sommes impatients de partager nos expériences extraordinaires avec le monde entier".

Peut-on voyager en toute sécurité en Turquie ?

Certains voyageurs ont exprimé des inquiétudes concernant les vacances réservées en Turquie, mais ce pays n'a pas de frontière commune avec Israël et se trouve à 879 kilomètres de distance.

PUBLICITÉ

Les voyages à destination de la Turquie ne sont pas affectés par le conflit entre Israël et le Hamas.

L'OCFD déconseille toujours tout voyage à moins de 10 kilomètres de la frontière avec la Syrie et tout voyage, sauf essentiel, à Sirnak et dans la province de Hakkari.

Les hauts lieux touristiques tels qu'Istanbul, Antalya et la Cappadoce, ainsi que les stations balnéaires, ne sont pas touchés et les compagnies aériennes opèrent normalement dans le pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tensions à la frontière entre Israël et le Liban, Washington redoute une escalade

Guerre Israël - Hamas : la crainte de la contagion

Le secteur du tourisme de Barcelone redoute l'encadrement du marché