EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Fausses alertes à la bombe : que faire si vous vous rendez en France en ce moment ?

Un soldat français surveille le quartier du Trocadéro, devant la Tour Eiffel, alors que la France est en état d'alerte terroriste.
Un soldat français surveille le quartier du Trocadéro, devant la Tour Eiffel, alors que la France est en état d'alerte terroriste. Tous droits réservés Ximena Borrazas / SOPA Images/Sipa USA via Reuters Connect
Tous droits réservés Ximena Borrazas / SOPA Images/Sipa USA via Reuters Connect
Par Euronews Travel avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Depuis le 13 octobre, la France a atteint son niveau d'alerte sécuritaire le plus élevé et a connu une série de fausses alertes à la bombe et d'alertes de sécurité.

PUBLICITÉ

Avec le début des vacances scolaires et les derniers matchs de la Coupe du monde de rugby, des milliers de personnes prévoient de se rendre en France dans les prochains jours.

Mais une série de fausses alertes à la bombe sur des sites touristiques et d'évacuations d'aéroports a frappé le pays, perturbant les voyageurs au cours de la semaine écoulée.

Avec un niveau d'alerte de sécurité renforcé, devriez-vous vous inquiéter pour votre voyage ? Voici un aperçu de la situation en France.

Pourquoi la France est-elle en état d'alerte ?

La France a atteint son niveau d'alerte sécuritaire le plus élevé - Urgence attentat - depuis le 13 octobre, après qu'un jeune homme de 20 ans a mortellement poignardé un enseignant dans la ville d'Arras, dans le nord de la France.

L'impact le plus visible de cette situation est probablement l'augmentation du nombre de soldats dans les rues. Bien qu'il n'y ait pas encore eu de perturbations majeures dans les réseaux de transport public, un niveau d'alerte plus élevé peut également signifier des retards de trains ou la suspension de lignes de métro en raison de "paquets suspects".

"Dans l'histoire de notre pays et de l'Europe, les réseaux de transport ont été des lieux qui ont payé un lourd tribut aux attentats", a déclaré Clément Beaune, ministre français des transports, dimanche 22 octobre sur France Inter.

Des touristes font la queue pour entrer dans le château de Versailles après son évacuation pour des raisons de sécurité le 17 octobre
Des touristes font la queue pour entrer dans le château de Versailles après son évacuation pour des raisons de sécurité le 17 octobreCLOTAIRE ACHI/REUTERS

Parallèlement à ce risque accru, il y a "des gens qui jouent avec la peur", a-t-il ajouté, faisant référence à la vague de fausses alertes à la bombe qui ont touché les réseaux de transport, les écoles et les centres culturels au cours de la semaine dernière.

Jusqu'à présent, les menaces se sont révélées fausses et les ministères des affaires étrangères d'aucun pays n'ont déconseillé de se rendre en France.

Toutefois, compte tenu du niveau élevé de la menace, les voyageurs sont prévenus qu'il pourrait être nécessaire d'évacuer les lieux très fréquentés tels que les aéroports, les gares et les attractions touristiques.

Le château de Versailles, situé à l'extérieur de Paris, a été évacué pour des raisons de sécurité dimanche à midi, pour la septième fois au cours des huit derniers jours, avant de rouvrir deux heures plus tard, après que des vérifications ont été effectuées, a déclaré un porte-parole.

La France renforce la sécurité dans les trains et les avions

La France renforce la sécurité dans les aéroports de la capitale et dans les trains à la suite de la vague de fausses alertes à la bombe, a annoncé Clément Beaune, dimanche.

Les patrouilles de sécurité dans les aéroports parisiens seront augmentées de 40 % et le personnel de la société nationale des chemins de fer (SNCF) sera renforcé de 20 %.

Des policiers supplémentaires patrouilleront également dans les gares, a ajouté Clément Beaune.

La police a également annoncé des opérations de sécurité renforcées pour les deux derniers matchs de la Coupe du monde de rugby qui se dérouleront au Stade de France à Paris les 27 et 28 octobre.

Il est conseillé aux supporters d'arriver bien avant l'heure du coup d'envoi (21 heures) afin de permettre aux contrôles de sécurité d'avoir lieu à l'extérieur du stade et à l'entrée.

D'où viennent les fausses menaces ?

Depuis mercredi dernier, il y a eu 70 canulars à la bombe dans les aéroports en France, a précisé Clément Beaune.

Nombre d'entre eux ont entraîné des évacuations et des interruptions de vols dans des aéroports tels que Marseille, Toulouse et des dizaines de plates-formes régionales, ce qui a entraîné l'annulation d'au moins 130 vols.

Des passagers attendent à l'extérieur de l'aéroport de Toulouse-Blagnac à Blagnac, dans le sud-ouest de la France, le 18 octobre 2023, après l'évacuation de l'aéroport
Des passagers attendent à l'extérieur de l'aéroport de Toulouse-Blagnac à Blagnac, dans le sud-ouest de la France, le 18 octobre 2023, après l'évacuation de l'aéroportCHARLY TRIBALLEAU/AFP

Clément Beaune a ajouté que presque toutes ces alertes ont été envoyées à partir de la même adresse électronique basée en Suisse.

PUBLICITÉ

"Depuis mercredi, c'est presque toujours la même adresse électronique qui est utilisée, située en dehors de l'Union européenne, en Suisse", a-t-il indiqué.

Les fausses alertes sont généralement passibles de deux ans de prison et d'une amende de 30 000 euros. Cette peine peut atteindre trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende si l'alerte comporte une menace.

Clément Beaune a affirmé à France Inter que les canulars n'étaient pas des "petites blagues, mais des crimes graves" et qu'ils feraient l'objet d'une enquête.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël intensifie ses frappes sur Gaza avant l'opération terrestre

Attaque d'Arras : l'hommage à Dominique Bernard, un enseignant "sensible", "discret" et "aimé"

Le Louvre et Versailles évacués au lendemain de l'attaque meurtrière d'Arras