EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Procès des attentats de Boston : constitution du jury en cours

Procès des attentats de Boston : constitution du jury en cours
Tous droits réservés 
Par Sandrine Delorme avec AFP et AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'ampleur de la médiatisation des attentats de Boston rend délicate la mise sur pied d'un jury impartial, mais la sélection des jurés se poursuit.

PUBLICITÉ

1 200 Américains seront convoqués en trois jours par le Tribunal fédéral de Boston. Et au final, seulement 12 d’entre eux seront choisis pour décider du sort de Djhokhar Tsarnaev.
A 21 ans, ce jeune musulman originaire de Tchétchénie, débarqué à Boston quand il avait 8 ans, encourt la prison à vie ou la peine de mort, car il est le seul auteur encore en vie des attentats de Boston.

Le juge a ordonné aux jurés potentiels de se couper de toutes sources d’informations. Les commentaires sont légions. Depuis des mois, tout est passé au crible, y compris les avocats du jeune homme :

“La défense a une équipe de choc, Judy Clarke, notamment, est peut-être la meilleure avocate spécialisée dans les affaires de peine de mort du pays, elle a représenté, parmi d’autres, Eric Rudolph, Theodore Kaczynski, Jared Loughner, toute une foule de gens et elle a fait un travail formidable du point de vue de la défense” explique cet universitaire.

Le procès commencera le 26 janvier et va durer entre trois et quatre mois.

Le 15 avril 2013, trois personnes ont été tuées et 264 blessées par l’explosion de deux bombes artisanales lors de l’arrivée du marathon de Boston. Tsarnaev est accusé d’avoir déposé ces bombes avec son frère aîné, mort quatre jours après lors d’une confrontation avec la police.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hunter Biden, fils du président américain, reconnu coupable de détention illégale d'arme à feu

Affaire Stormy Daniels : Donald Trump reconnu coupable de toutes les accusations

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"