EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

JO : la clémence du CIO envers la Russie divise le monde du sport

JO : la clémence du CIO envers la Russie divise le monde du sport
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le monde du sport est divisé après la décision du CIO de laisser la Russie participer aux JO de Rio, à 11 jours du coup d'envoi.

PUBLICITÉ

Des gymnastes russes débarquent à Rio, malgré la culpabilité de la Russie, reconnue par le CIO.

L’instance internationale a décidé de ne pas exclure la Russie, et cela divise le sport mondial, comme rarement. La Russie, accusée d’avoir organisé un dopage d’Etat entre 2011 et 2015, est à Rio, sûre de son innocence. > Le CIO ne pouvait pas dire non à la Russie https://t.co/fEIJyriKcL par YCochennec</a></p>&mdash; Slate.fr (Slatefr) 25 juillet 2016

“Des problèmes de dopage, on n’en a pas, on en a jamais eus, affirme Andrei Rodionenko, l’entraîneur des gymnastes russes. Je suis coach depuis 30 ans et ça n’est jamais arrivé. Je ne peux pas imaginer les Jeux Olympiques sans la Russie.”

Le CIO laisse le soin aux fédérations internationales de faire le tri parmi les sportifs russes. Une athlète a été repêchée par sa fédération internationale, ainsi que huit tennisman, et le fédération de judo devrait suivre.
L’ANOC, la puissante association des Comités olympiques nationaux, s’est “félicitée que le CIO ait privilégié la justice individuelle à la responsabilité collective”.

Jeux olympiques de Rio et dopage
Paresh Nath, National Herald, India#médecine#sport#JO#athlétismewada_ama</a> <a href="https://t.co/2hDcOIrSIy">pic.twitter.com/2hDcOIrSIy</a></p>&mdash; Marc Gozlan (MarcGozlan) 24 juillet 2016

Intolérable pour la ministre des Sports australienne : “Je maintiens que si on n’applique par les recommandations de l’Agence mondiale antidopage, dit Susan Ley, il y a le risque que les JO de Rio soient entourés d’une suspicion contagieuse, qui entâcherait l’intégrité et endommagerait la réputation du mouvement olympique.”

“Un triste jour pour le sport” (Inado, Institut international des agences antidopage), “Journée noire pour les athlètes propres”(agence antidopage de Nouvelle-Zélande), les réactions sont nombreuses. La déception la plus grande est sans doute celle de l’Agence mondiale antidopage, qui a mis en évidence dans le rapport McLaren l’existence du système russe, orchestré par le ministère des Sports, avec l’aide des services secrets. L’an dernier le Koweit avait été pourtant suspendu par le CIO pour “ingérence gouvernementale indue”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Soulagement en Russie : le pays ne sera pas privé de JO

JO : les fédérations décideront du sort des athlètes russes

Poutine menace de livrer aussi des missiles "à d'autres" pays pour frapper l'Occident