Au Ghana, Macron veut étendre l'influence française

Au Ghana, Macron veut étendre l'influence française
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire, Emmanuel Macron achève sa tournée africaine par une visite au Ghana, un pays anglophone choisi par le président français pour illustrer sa volonté d'une approche "continentale" de l'Afrique", au-delà des anciennes colonies.

PUBLICITÉ

Après le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire, Emmanuel Macron achève sa tournée africaine ce jeudi par une visite au Ghana, un pays anglophone choisi par le président français pour illustrer sa volonté d'une approche "continentale" de l'Afrique", au-delà du monde francophone.

L'analyse de Pierre Jacquemot, chercheur à l’IRIS, l'Institut de relations internationales et stratégiques, et ancien ambassadeur de France au Ghana :

"D'abord, c'est un pays anglophone, donc c'est une ouverture vers un autre monde que les anciennes colonies. Deuxièmement, c'est un pays qui a connu une alternance politique, incarnée par un formidable président qui s'appelle Nana Akufo-Addo, qui a pris le pouvoir dès le premier tour contre le précédent président. C'est donc une manière de saluer une démocratie qui tourne bien. Et puis enfin, c’est un pays qui a un dynamisme économique incontestable, qui est ouvert aux entreprises françaises, qui a un peu de mal à gérer sa rente pétrolière et son niveau d'endettement, mais qui, incontestablement, à côté de la Côte d'Ivoire, du Togo et du Burkina Faso, qui sont ses voisins, joue un rôle régional important, et il est important de miser sur ce pays."

Regagner de l'influence en Afrique. C'était l'un des objectifs de cette tournée du président Macron, partisan d'une modernisation des relations franco-africaines, basées sur entreprenariat, l'investissement et la jeunesse.

Journaliste • Julien Pavy

Video editor • Julien Pavy

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les défis de Macron en Afrique

Macron dévoile sa stratégie pour l'Afrique

Crues du printemps : les Européens ont les pieds dans l'eau