EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Harcèlement : la tribune qui irrite

Harcèlement : la tribune qui irrite
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une centaine de femmes, dont l'actrice Catherine Deneuve, revendiquent le droit d'être importunée par des hommes. Polémique.

PUBLICITÉ

En France, la tribune libre publiée dans Le Monde dénonçant une vague de puritanisme dans la société n'en finit plus de susciter la polémique.

Signataire de ce texte, Catherine Deneuve, comme une centaine d'autres personnalités françaises, revendique "le droit d'être importunée" par les hommes au nom de "la liberté sexuelle".

Une revendication à contre-courant après la vague de dénonciations de cas de harcèlement dans le sillage de l'affaire Weinstein aux Etats-Unis.

Mercredi matin, la féministe Caroline de Haas a dénoncé le contenu de la tribune. "A chaque fois que vous banalisez ou que vous délégitimez ces violences-là, a-t-elle dit, vous laissez plus de place aux agresseurs et moins de place aux victimes".

La tribune ne remet pas en question la prise de conscience des violences sexuelles faites aux femmes mais déplore les excès engendrés sur internet par les mouvements #MeToo et #balancetonporc.

La tribune dénonce aussi "une certaine haine des hommes".

En France, après l'éclatement du scandale Weinstein, Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'égalité homme-femme, a annoncé la mise sur pied d'un nouveau projet de loi sur les violences sexuelles et le harcèlement de rue.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Brigitte Lahaie : "On remet la femme dans une position de victime"

Sénateur français mis en examen: l'accusatrice sort du silence, la pression monte sur Joël Guerriau

L'Audience nationale ouvre un procès contre Luis Rubiales pour le baiser non consensuel avec Jenni Hermoso