DERNIERE MINUTE

Ouverture du procès en appel de Radovan Karadzic

Ouverture du procès en appel de Radovan Karadzic
Tous droits réservés
REUTERS/Yves Herman/Pool
Taille du texte Aa Aa

Le procès en appel de Radovan Karadzic s'est ouvert ce lundi à la Haye.

L'ancien dirigeant des Serbes de Bosnie a été condamné à quarante ans de prison pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité, il y a deux ans.

Cette fois, l'audience se tient devant le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), qui prend le relais du Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie.

La défense soutient que les droits de l'accusé ont été bafoués et réclame la tenue d'un nouveau procès.

" Il y a une erreur dans cette affaire qui se détache, qui est si fondamentale, si manifeste, qu'elle justifie à elle seule un nouveau procès", affirme Kate Gibson, avocate de Radovan Karadzic. "Et sans aucun doute, c'est une erreur qui entache l'ensemble des poursuites. Dans cette affaire, le président Karadzic a dû choisir entre se représenter lui-même ou témoigner pour sa défense. En étant mis dans cette position, le droit du président Karadzic d'assurer sa représentation a été violé".

Radovan Karadzic, âgé de 72 ans, a nié toute planification de nettoyage ethnique et fait appel sur 50 points de sa condamnation.

Le Tribunal Pénal International pour l'ex-Yougoslavie avait retenu la responsabilité de l'ancien psychiatre dans le siège de Sarajevo et le massacre de Srebrenica, pendant le conflit qui a déchiré la Bosnie. Un massacre qui avait coûté la vie à 8 000 hommes et garçon musulmans en juillet 1995, et qui reste le pire crime de masse commis sur le sol européen depuis la Seconde Guerre mondiale.

"S'il n'est pas condamné à la prison à perpétuité", estime Munira Subasic, membre de l'association des Mères des victimes de Srebrenica, "et s'il n'y a pas de condamnation pour génocide, ce ne sera pas une sanction".

Radovan Karadzic est aujourd'hui le plus haut responsable serbe à comparaître devant la justice, depuis la mort de Slobodan Milosevic pendant son propre procès.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.