DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sikinos dit "non" aux pailles en plastique

Vous lisez :

Sikinos dit "non" aux pailles en plastique

Sikinos dit "non" aux pailles en plastique
@ Copyright :
REUTERS/Darren Staples/File Photo
Taille du texte Aa Aa

En Grèce, l'île de Sikinos commence à renoncer au plastique. Ce confetti de la mer Egée est le premier à mettre en oeuvre le programme "Sea Change", lancé par la fondation Laskaridis, pour un durée de cinq ans. Cet été, il faudra donc se passer des pailles en plastique et opter pour leurs jumelles biodégradables et réutilisables. Un geste simple mais un début encourageant pour préserver l'archipel.

"Une paille en plastique, ça n'a l'air de pas grand-chose", explique Aggeliki Kosmopoulou, directrice de la fondation Laskaridis. "On l'utilise un court instant, quelques minutes, surtout pour le plaisir, pour savourer notre boisson ou notre café, mais elle reste dans la nature pendant 200 ans et elle ne disparaît pas. Et non seulement elle reste, mais elle se brise en tout petits morceaux, qui peuvent blesser ou tuer les animaux marins, et qui finissent dans nos assiettes par le biais des poissons".

Des bénévoles sont aussi venus nettoyer les plages dans le cadre de ce programme, qui doit être bientôt mis en place dans d'autres îles des Cyclades.

La gestion des déchets en plastique est devenue un sujet préoccupant ces dernières années. Chaque année, les Européens rejettent 25 millions de tonnes de déchets plastiques, dont à peine 30 % sont destinés au recyclage.

"Chaque année, au moins 8 millions de tonnes de plastique finissent dans la mer", souligne Fay Doulgkeri, journaliste à Euronews. "Les pailles en plastique sont le onzième type de déchets que l'on retrouve le plus souvent dans les mers grecques. Ces chiffres tendent à prouver que la fait de réduire ou d'en finir avec l'utilisation de pailles en plastique serait une étape cruciale pour protéger l'environnement marin".