DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nice : Vieira, à Caen le rebond ?

Vous lisez:

Nice : Vieira, à Caen le rebond ?

Nice : Vieira, à Caen le rebond ?
Taille du texte Aa Aa

Défait d'entrée pour ses débuts d'entraîneur en Ligue 1, Patrick Vieira cherche à améliorer son jeu, apparu cohérent mais bien trop inoffensif contre Reims (0-1): Nice doit se montrer d'attaque samedi soir à Caen pour la 2e journée (20h00).

Les avant-centres de vocation Mickaël Le Bihan et Ignatius Ganago manquent de rythme et Mario Balotelli a encore deux matches de suspension à purger ainsi qu'un avenir à sortir du flou.

Alassane Plea est lui en passe de découvrir la Bundesliga avec Mönchengladbach. Or, "Balo" et Plea, c'étaient 34 buts à eux deux en L1 la saison dernière, et 26 la précédente. D'où le vide laissé...

Vieira n'a pas souhaité convoquer l'excuse pourtant réelle d'automatismes à huiler dans une formation très remaniée sur le front offensif, ni l'adaptation à de nouvelles méthodes de travail.

"C'est un collectif qui marque des buts", répète le champion du monde 1998 et d'Europe 2000 pour ne pas accabler ses attaquants.

Et selon l'ex-entraîneur de la réserve de Manchester City et du New York City FC, l'équipe azuréenne est perfectible sur les coups de pied arrêtés et "dans l'agressivité dans les deux parties du terrain, l'utilisation du ballon".

Comme il l'a fait durant son premier match sur un banc de L1, en changeant plusieurs fois de système pour mieux alimenter une ligne offensive bricolée, Vieira avait lancé en préparation huit Niçois au poste souvent inédit d'avant-centre.

Bilan de cette campagne de pré-saison: 1 victoire, 1 nul et 4 défaites; 6 buts inscrits, dont 4 devant les amateurs suisses de Nyon, et 10 encaissés...

- Maolida, première ! -

Nice mise désormais sur le prometteur attaquant formé à Lyon, Myziane Maolida (19 ans), que Bruno Genesio et son staff tenaient à conserver entre Rhône et Saône. Il devrait même débuter dans l'axe dès samedi en Normandie.

L'ex-défenseur troyen Christophe Hérelle, son nouveau coéquipier à Nice, se souvient avoir souffert à son marquage l'an passé: "Son arrivée est un plus. Il est technique, et malgré son jeune âge, il garde bien le ballon dos au but et va vite".

Maolida est invité à marquer des points, les esprits et surtout des buts, et reléguer au second plan le feuilleton "Nice-OM-Balo", entamé début juin.

Il ne serait plus loin de son terme. Les deux clubs sudistes devaient se voir ces jours-ci afin de trouver éventuellement un terrain d'entente pour le rachat de la dernière année de contrat, soit environ 5 millions d'euros seulement selon un proche du dossier, de celui qui est redevenu un "Super Mario" international italien sur la Côte d'Azur.

"C'est du 50-50", a relativisé jeudi un cadre niçois dans les couloirs du superbe centre de vie du club. "Mario est bien ici, avec un billet pour la C3, la question ne se serait même pas posée", glissent d'autres.

Ce qui est sûr, c'est que les deux défaites concédées d'entrée l'été dernier, avec une ligne d'attaque pourtant au complet, avaient coûté très cher aux Aiglons, déplorant environ 17 millions d'euros de manque à gagner pour non qualification européenne, selon la direction niçoise, à l'issue d'une saison achevée à une frustrante huitième place en championnat.

Les Aiglons de Vieira sont prévenus.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.