DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rugby Championship: Wallabies et Springboks, du changement pour le redressement

Vous lisez:

Rugby Championship: Wallabies et Springboks, du changement pour le redressement

Rugby Championship: Wallabies et Springboks, du changement pour le redressement
Taille du texte Aa Aa

Wallabies et Springboks, deux bêtes blessées par les défaites en Nouvelle-Zélande (40-12) et en Argentine (32-19), ont choisi le changement pour rebondir samedi (12h00) à Brisbane lors d'une 3e journée de Rugby Championship marquée par les débuts de l'ouvreur néo-zélandais Richie Mo'unga face à l'Argentine.

"Ce match va être crucial pour les deux camps", a déclaré l'entraîneur adjoint de l'Afrique du Sud Matt Proudfoot, pour qui le net revers en Argentine est lié à un manque "d'exécution".

"Nous voulons retrouver la consistance et l'intensité physique que nous avions à Durban", où les Springboks avaient battu les Pumas 34-21 lors de la 1re journée, a-t-il ajouté.

Pour cela, le sélectionneur Johan "Rassie" Erasmus a osé en procédant à six changements, mettant trois de ses titulaires habituels sur le banc: le talonneur Malcom Marx, le pilier gauche Tendai Mtawarira et l'ouvreur Handré Pollard.

"J'espère que nous ne sommes pas devenus une équipe contre laquelle on peut faire reposer tous ses meilleurs joueurs", a réagi le sélectionneur australien Michael Cheika, admettant sa surprise.

- La valse des ouvreurs -

Erasmus a expliqué ces rotations par l'impératif de "construire une équipe compétitive" en vue de la Coupe du monde. "Nous avons eu seulement six tests ensemble (depuis sa prise de fonction, NDLR) et il nous en reste 12" avant le Japon, a-t-il rappelé.

Côté australien, les quatre revers successifs (2 contre l'Irlande et 2 contre la Nouvelle-Zélande) ont coûté sa place dans le XV de départ à l'ouvreur Bernard Foley, remplacé par l'habituel centre Kurtley Beale. Foley, un pilier de la sélection avec 60 capes, n'avait plus débuté sur le banc depuis... août 2014.

Sous forte pression et privé de son flanker David Pocock, blessé au cou contre les All Blacks, Cheika a choisi d'associer Beale au premier centre Matt Toomua, pariant sur le jeu au pied, point fort de ce tandem, pour mettre la pression dans le camp adverse.

Le sélectionneur néo-zélandais Steve Hansen a aussi a changé son ouvreur, comme la moitié de son équipe, mais pas pour les mêmes raisons: il veut "accroître l'expérience et la profondeur" de son effectif et éviter aux titulaires de "manquer de carburant en fin d'année".

C'est ainsi que la ville de Nelson, berceau du rugby dans le pays qui n'avait pourtant jamais accueilli un test des All Blacks, sera également une première pour Richie Mo'unga, l'ouvreur des Crusaders révélé en Super Rugby et qui doit maintenant faire ses preuves en noir.

A 24 ans, le joueur de Christchurch est déjà comparé à Dan Carter. Mais avec Beauden Barrett, désigné meilleur joueur du monde ces deux dernières années et auteur d'une performance magistrale contre l'Australie avec quatre essais, Hansen a un problème de riche.

Mo'unga, qui doit aussi faire avec la concurrence de Damian McKenzie, placé sur le banc, sera associé contre les Pumas au demi de mêlée TJ Perenara, Aaron Smith étant ménagé. Perenara aura pour remplaçant Te Toiroa Tahuriorangi, qui devrait honorer sa première sélection.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.