DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Etat des routes de l'UE un mois après Gênes : la Hongrie à la peine

Vous lisez :

Etat des routes de l'UE un mois après Gênes : la Hongrie à la peine

Etat des routes de l'UE un mois après Gênes : la Hongrie à la peine
@ Copyright :
REUTERS/Stefano Rellandini
Taille du texte Aa Aa

L'état des infrastructures routières européennes est-il satisfaisant ? C'est la grande question qui se pose après l'effondrement du viaduc de Gênes en Italie dont la maintenance était défaillante. euronews fait le point dans plusieurs pays de l'Union en commençant dans cette édition par la Hongrie où la situation laisse globalement à désirer.

La plus grande partie du réseau routier hongrois a été construite dans les années 70 et 80. Depuis, le trafic a augmenté et l'entretien n'a pas suivi le rythme, reconnaît Norbert Sandor Pécsi, porte-parole de la société nationale hongroise en charge de l'entretien des routes.

"Aujourd'hui, plus de la moitié des routes du pays doivent être totalement rénovées et seules 10 à 15% des routes sont dans un état qu'on pourrait qualifier de bon ou d'acceptable," indique-t-il.

"Dans un état lamentable"

Reliant Budapest à Vienne, l'autoroute M1, l'un des trois de Hongrie, est fréquenté par 80.000 véhicules par jour. Il est jugé dangereux notamment en raison de ses nombreux tronçons au bitume abîmé.

"Ils devraient nous rembourser ce qu'on paie pour le péage vu l'état de la route," souligne un automobiliste qui l'emprunte. "Cela fait des dégâts sur les voitures, les remorques, les pneus, les châssis... L'autoroute M1 est dans un état lamentable !" lance-t-il.

La société publique en charge de son entretien comme de celui de l'ensemble du réseau routier hongrois assure ne pas avoir suffisamment de moyens techniques et financiers pour la rénover. Ce qui étonne Daniel Zach, journaliste spécialiste du sujet, que nous avons interrogé.

Quels moyens ?

"L'état dans lequel se trouvent certains tronçons d'autoroute," assure-t-il, "n'est pas en adéquation avec les immenses recettes engrangées par l'Etat, ni avec les importantes sommes d'argent versées par l'Union européenne pour rénover les infrastructures depuis l'adhésion de la Hongrie en 2004."

L'expert souligne que la forte hausse du trafic enregistrée dans le pays depuis plusieurs décennies se traduit pour l'Etat par plus de taxes sur les véhicules et les carburants et plus de recettes provenant des péages. Pourtant peu de chantiers d'envergure sont lancés.

Des travaux devraient malgré tout débuter sur la partie la plus endommagée de l'autoroute M1 en 2020 ou 2021.

22ème rang européen

Selon une étude du World Economic Forum pour 2016-2017, la Hongrie figure au 22ème rang des 28 Etats membres de l'Union européenne pour la qualité de ses routes. La France et la Belgique sont respectivement en deuxième et vingtième positions.