DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Haro sur les cabines de bronzage

Vous lisez:

Haro sur les cabines de bronzage

Haro sur les cabines de bronzage
Taille du texte Aa Aa

Les cabines de bronzage vont elles un jour disparaître en France ? L'Agence nationale de sécurité sanitaire tire la sonnette d'alarme et demande purement et simplement leur fermeture. En cause : le risque avéré de cancer de la peau pour les utilisateurs de ces cabines. L'agence demande également l'arrêt de la vente d'appareils délivrant des UV à visée esthétique notamment pour les particuliers.

En 2014 déjà les autorités sanitaires recommandait l'arrêt à terme de tout usage commercial du bronzage par UV artificiels. Les dermatologues, l'Académie de médecine et même les sénateurs demandent eux, leur interdiction depuis 2015. A ce jour le gouvernement, s'est contenté de durcir la réglementation. L'Anses interpelle aujourd'hui fermement les pouvoirs publics.

L'agence pointe aussi du doigt le manque de respects des normes en vigueur. Car si la pratique du bronzage en cabine est interdite aux mineurs, les contrôles ont montré qu'une part non négligeables des moins de 18 ans la pratiquent.

En France, on estime que 43% des mélanomes chez les jeunes peuvent être attribués à une utilisation de ces cabines avant l'âge de 30 ans. Les personnes ayant eu recours au moins une fois aux cabines d'UV avant 35 ans augmenteraient quand à elles de 59% le risque de développer un mélanome cutané.

Dans le monde, le Brésil et l'Australie ont interdit les cabines de bronzage.