Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

700 hommes traquent le suspect de l'attaque terroriste de Strasbourg

700 hommes traquent le suspect de l'attaque terroriste de Strasbourg
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est un symbole des fêtes de fin d'année en France qui a été frappé par le terrorisme islamiste. A partir de 19H50 mardi soir, un homme de 29 ans, radicalisé et fiché "S", a ouvert le feu par trois fois au milieu du célèbre marché de Noël de Strasbourg, en premier lieu près de la cathédrale, en plein coeur de la capitale alsacienne. Il a tué deux personnes, en a blessé treize autres, et l'une des victimes est en état de mort cérébrale. Huit blessés sont dans un état grave, selon le dernier bilan donné par la préfecture de la région Grand-Est et du Bas-Rhin.

"Des témoins l'ont entendu crier Allah Akbar", a indiqué le procureur de Paris. Le suspect portait une arme à feu et une arme blanche, a raconté Rémy Heitz. Les premiers tirs ont été entendus "à hauteur du 10 rue des Orfèvres, au cœur du marché de Noël. Il a ensuite pris plusieurs rues. Il a, tout au long de son parcours, ouvert le feu avec une arme de poing et utilisé un couteau avec lequel il a blessé et tué. Il a tiré sur des militaires de Sentinelle qui l'ont blessé au bras".

Toutes les victimes sont des hommes, affirme le maire de Strasbourg, Roland Ries. Aucun enfant n'a été touché au cours de la fusillade. Le tireur présumé, Chérif C., a été blessé par une patrouille de soldats de l'opération de sécurité Sentinelle. Il a quand même réussi à prendre la fuite et il est toujours activement recherché, notamment dans le quartier du Neudorf, au sud de la ville.

Le quotidien L'Est Républicain a publié une photo du suspect recherché :

Plusieurs séjours en prison en France et en Allemagne

L'assaillant, né à Strasbourg, était connu pour des faits de droit commun, entre autres un vol à main armé. Des gendarmes s'étaient d'ailleurs présenté à son domicile mardi matin pour l'arrêter, mais il n'était plus là. Des grenades auraient été retrouvées dans l'appartement. Cet incident a certainement précipité son acte terroriste.

Ajoutons qu'il a déjà fait l'objet de condamnations en France et en Allemagne : l'hebdomadaire allemand Der Spiegel révèle qu'après avoir purgé une peine de prison de plus d'un an outre-Rhin, il a été expulsé vers la France en 2017. C'est lors de plusieurs incarcérations justement qu'il se serait fait remarquer par ses comportements violents et son prosélytisme religieux.

Mise en route du plan "urgence attentat"

Les autorités ont décrété le plan "urgence attentat", le plus haut niveau d'alerte en France. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête pour "assassinats, tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle". D'après une source policière, environ 700 membres des forces de l'ordre, du Raid, de la police judiciaire, de la gendarmerie, plus des militaires, traquent le tireur. Ils sont épaulés par deux hélicoptères.

Le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, a effectué une visite dans le centre-ville de Strasbourg mercredi matin :

Au cours de la nuit, le ministre avait expliqué : "Nous sommes actuellement en France en posture Vigipirate renforcée. Le gouvernement vient de décider de passer en urgence attentat, avec la mise en place de contrôles renforcés aux frontières, avec la mise en place de contrôles renforcés sur l'ensemble des marchés de Noël se déroulant en France pour éviter le risque de mimétisme ".

Les Strasbourgeois dans l'angoisse

Le marché de Noël va rester fermé mercredi, toutes les manifestations sont interdites dans la ville endeuillée, et tous les spectacles annulés. Les drapeaux sont d'ailleurs mis en berne.

Une minute de silence a été observée par les employés de la ville :

Les rues du centre de Strasbourg sont presque vides mercredi :

Le site du marché de Noël de Strasbourg fait toujours l'objet d'une surveillance étroite, encore plus ces dernières années. Un projet d'attentat contre cet événement avait été déjoué en décembre 2000.